PDA

Afficher la version complète : Gimmick vs Gameplay : la Class Fantasy



Helair
02/03/2017, 12h16
Salut tout le monde !

Souvent il y a des débats autour du jeu vidéo sur quel est l'aspect le plus important d'un jeu. Sont-ce les graphismes ? Le Gameplay ? L'histoire ? La musique ? Le développement des personnages ? Un peu de tout ?
Ma réponse : le mieux est quand le gameplay et l'histoire ne font qu'un. Quand le gimmick des personnages EST le gameplay des personnages. Mon personnage est un péon de base plongé dans une guerre ? Je veux sentir qu'il galère. Mon personnage est un assassin surentraîné et plein de colère ? Je veux sentir la violence de ses coups et son expertise au combat. On appelle ça la Class Fantasy : quand on joue une classe, on doit vraiment sentir l'histoire de cette classe transparaître dans son gameplay. Et là dessus, For Honor gère vraiment.

Certaines classes sont rageantes, ont des coups qu'on peut juger OP quand on se les mange, mais ces coups sont justifiés, ils ne sortent pas de nulle part. Voyez donc :

La Sentinelle n'est pas un simple soldat, c'est un chevalier. Et encore, même le titre de chevalier est réducteur pour eux : ils sont l'élite, un ordre millénaire dans lequel seul les meilleurs combattants du pays peuvent espérer entrer. Ce sont des forces spéciales, des commandos entraînés au point qu'un seul peut retourner le cours d'une bataille. Ils ont deux coups très rapides : est-ce si choquant qu'ils puissent manipuler une épée longue avec autant d'aisance ?

Le Fléau fait lui aussi partie de l'élite de l'armée de front. Une épée est peut-être lourde, mais ce n'est rien à côté de cette masse d'acier qu'ils font tourner comme si rien n'était. Ajoutez la force centrifuge à leur force à eux et vous comprendrez vite pourquoi ils font autant de dégâts.

Le Spadassin est rageant : il est rapide, peut infliger des saignements, bloquer les coups en esquivant, etc... Mais n'oublions pas un détail : ces femmes évoluent dans un monde apocalyptique où règne la loi du plus fort. Pour survivre elles doivent aller se battre, comme tous les autres. Plus encore, elles doivent gagner. Et que sont-elles censées faire face à des Vikings de 200 kg ou face à des Sentinelles et leur épée longue ? Un seul moyen de gagner : ne pas se faire toucher. Être plus rapide que l'ennemi ne le sera jamais, et faire en sorte que chaque coup porté soit décisif.

L'Emissaire sont un peu plus particuliers : ils ne sont pas un ordre d'élite du front militaire, ils sont une ligne de défense. Si les Sentinelles ont échoué, si les Fléaux ont échoué, alors on envoie les Emissaires, et ils ne doivent pas échouer. Il y en a peu, mais ce sont des monstres. Des gens capables de manier une hallebarde, d'avoir une armure plus lourde et plus épaisse que celle d'une Sentinelle. Ils ont la puissance que n'ont pas leurs pairs. Soulever plusieurs centaines de kg de muscle est un exploit certes, mais dont ils sont tous capables.

Le Hersir est considéré comme un géant... parmi les Vikings. Quand un peuplé réputé pour ses immenses guerriers et pour ne jamais faiblir sur le champ de bataille considère certains des siens comme des forces de la nature, on peut légitimement s'attendre à quelque chose d'à peine humain. Des guerriers choisis par Odin en personne, qui ne craignent ni la mort, ni la douleur. Des guerriers suffisamment puissants pour que la plus épaisse des armures ne puisse pas arrêter leur hache. Le Hersir fait des dégâts colossaux, ils peuvent retirer la moitié de la vie de certaines classes juste avec leur attaque spéciale. Mais à votre avis : que se passe-t-il quand un guerrier pareil décide de mettre toute sa force dans une attaque ?

Le Jarl se défini lui-même comme étant le bouclier du peuple. Il ne se bat pas seulement pour lui, pas seulement pour la gloire : il se bat pour protéger ceux qui ne peuvent pas se battre. Il protège les enfants, les infirmes. Pensez-vous vraiment que le chef d'un peuple qui ne vit que pour l'honneur et la force tomberait facilement ?

Le Berserker n'a ni la force du Hersir, ni la résistance du Jarl. Et pourtant il ne démérite pas à leurs côtés. Pourquoi ? Parce que c'est un guerrier né. Il exploitera la moindre erreur et la moindre faille pour vous taillader avec ses haches sans s'arrêter jusqu'à vous succombiez. Bloquez un de ces coups : 3 autres passeront. Relâchez votre vigilance, et votre tête roulera sur le sol avant que vous aillez compris ce qui vous arrivait.

La Valkyrie n'est pas une femme ordinaire. Elle est rapide mais est également bénie de la force des Vikings. C'est une chasseresse habituée à survivre, à traquer, et à tuer. Sa lance a transpercé des ours, elle transpercera des hommes. Elle sait se défendre mieux que quiconque, joue sur sa force pure ou sa rapidité en fonction de la situation et de ses adversaires. Vous pensiez qu'elle esquivait vos coups car elle est incapable de les encaisser ? Dommage...

Le Kensei est plus qu'un guerrier : c'est un génie militaire et un stratège. Quand vous affronter un Kensei vous ne faites pas uniquement face à son katana, mais à son esprit éduqué et incroyablement rapide. Il attaquera là ou vous ne vous y attendez pas, anticipera le moindre de vos gestes, parera chaque coup et au moment ou vous serez dépassé, à ce moment seulement il révélera que lui aussi à la force de trancher une armure.

Le Shugoki est tout ce qu'on attend pas d'une armée qui se base sur la rapidité et la technique : un colosse inarrêtable, un démon sur qui les armes n'ont aucun impact. Frappez-le, il continuera. Blessez-le, il se relèvera. Tuez-le, il reviendra. Peu importe que vous maniez une dague ou une hache de guerre : rien ne pourra l'empêcher de vous broyer, avec son arme ou à mains nues.

L'Orochi est l'élite de l'armée Samouraï : rapide, agile, entraîné aux arts martiaux depuis son plus jeune âge. Contre lui vos repères habituels sont inutiles : la distance ne signifie rien pour celui qui peut la parcourir en un battement de cils, la vulnérabilité n'a de sens que pour celui qui peut être touché. Peut-être réussirez-vous à l'acculer, peut-être penserez-vous l'avoir piégé, vous n'aurez que les quelques secondes précédent votre mort pour comprendre que depuis le début, c'est lui qui refermait son piège sur vous.

La Nobushi a passé sa vie à s'entraîner, seule. C'est une autodidacte qui n'intervient que dans les heures les plus sombres. Ses mouvements sont rapides, ses coups mortels. Ce n'est qu'en la combattant que vous pourrez réellement comprendre ce qu'est la peur. Ce n'est qu'une fois incapable de bouger et en train de vous vider de votre sang que vous prendrez conscience que ces coups qui vous semblaient faibles avaient chacun une cible précise, qu'ils ont tous atteint.


Chaque classe a sa propre histoire, sa propre identité et sa place sur ce champ de bataille perpétuel qui sert de monde. N'oubliez pas que 1000 ans de conflit incessant se sont écoulés : les faibles sont morts, les médiocres sont morts, les forts sont morts, seule l'élite est encore présente.

Babeline
02/03/2017, 12h53
Bravo ! C'est très intéressant et reflète bien l'image des héros que nous jouons. Une description rapide et très facile à lire.

Zettai-Reido
02/03/2017, 13h25
Joli, très joli :eek:
Une très belle présentation des classes voir du jeu en lui même. Bravo :D

Jah31-FR
02/03/2017, 13h53
Très belles descriptions. Très bien écrit.
Un vrai plaisir à lire.
Bravo !

Helair
02/03/2017, 15h06
Merci, c'est agréable d'avoir des retours ^^

Otunkia
02/03/2017, 18h46
Je ne peux qu'appuyer ce qui à déjà été dit. Vraiment sympa à lire. Un vrai régale !:D

steepy68
04/03/2017, 23h24
Franchement chapeau