PDA

Afficher la version complète : Aeden : Naissance d'un monde



Apalmemnom
04/12/2005, 08h18
Je voudrai demander votre avis (à l'instar du Solitaire) sur un univers que je créé, qui sera la base d'une trilogie. La carte est en cours de création (elle occupe déjà 8 feulles format A4)

Donc voilà :

Aeden.
Terre aux mille facettes et aux milles aventures, berceau d'autant de civilisations qu'il y a d'étoiles dans le ciel. Mais il fut une race qui prit le pas sur les autres et constitua le plus grand royaume qui fut et qui sera.
Les hommes d'or, comme ils aimaient s'appeler, évoluèrent avec une rapidité sans égal, s'adaptant, fabriquant, combattant, ils façonnèrent le monde à leur image : grand, droit et fier. Trop fier.
Leurs constructions s'étendaient à travers toutes les terres, bravant les dangers, soumettant la nature à leurs caprices et renversant l'équilibre des choses. Tout leur réussissait, rien ne leur résistait, ils devinrent si puissants qu'ils se crurent au-delà de tout, ils se crurent invincibles, omniscients.
Ils se prirent pour des dieux.
Et comme toute divinité, ils voulurent créer un monde à leur image et non plus façonner un roc qu'ils estimaient avoir dompté et qui ne présentait plus le moindre intérêt pour eux, hormis le fait qu'il les hébergeait.
En créant ce monde, ils sonnèrent le glas de leur civilisation, Ils avaient oublié que des lois anciennes, immuables et infiniment plus puissante qu'eux dirigeait ce monde, ils n'avaient jusque là que chevauché cette limite, mais les dieux furent outrés par tant d'arrogance, si bien qu'ils maudirent les hommes, condamnant ainsi leur race et le monde auquel ils donnèrent naissance, mais il était trop tard.
Au lieu de créer un univers à part, les hommes firent bien pire et les dieux ne se rendirent compte que trop tard de leur erreur, mais le mal était fait.
Le monde trembla à la création d'une entité dont les pouvoirs dépassent l'entendement, les hommes furent victime de leur fierté, les dieux de leur zèle ; les cités humaines tombèrent comme des châteaux de cartes, la terre se déchira et Aeden se mit à saigner, son magma s'écoula à travers les continents dévastant et ensevelissant ce qui fut autrefois le plus grand royaume jamais mis debout.
Ce n'est qu'en s'unissant et en mettant leurs forces en commun que les dieux purent repousser cette menace sans parvenir à la détruire ; ils l'enfermèrent donc dans une prison qu'ils enfouirent en un lieu où personne ne pourrait la trouver.
Ou du moins, l'espéraient-ils.

Ici débute l'histoire connue.
Les dieux se concilièrent pour créer une race moins indépendante et moins sensible au pouvoir que la race qui a failli. Ainsi furent créés les elfes, qui furent divisés en autant de royaumes qu'il y avait de dieux. Torkend, dieu du courage et de l'honneur, Eldereth, dieu de la magie et du savoir, Eïdistrée, déesse de la bonté et de la sagesse, Maralond, dieu de la chasse et de la nature, Fabrieth, déesse du logis et de l'échange, Berkrag, dieu de la guerre et de la boisson, Airéheld, dieu du vent et des voyages, enfin, Garadin, dieu de la métallurgie et de l'artisanat.
Pendant des centaines d'années, les elfes prospérèrent sous le regard bienveillant de leurs créateurs, construisant leurs cités, marchandant entre eux sans détériorer la faune et la flore comme l'avaient fait les hommes d'or.
Cependant, l'équilibre se brisa lorsque Ilthérak, prêtresse d'Eïdistrée, accéda à un savoir obscur et tabou qui lui donna le pouvoir de repousser sa déesse et prendre la tête de son peuple.
Par un odieux complot, elle parvint à retourner les dieux les uns contre les autres par un réseau de conspiration et de faux-semblants.
Ainsi débutât la grande guerre elfique.
Les royaumes elfes tissèrent des préjugés, ce qui engendra une haine commune envers leurs semblables, le processus était tellement subtil que les dieux mêmes ne s'en aperçurent pas et pensèrent à la manière de leur peuple.
La tension était à son comble lorsqu'une étincelle mit le feu aux poudres : Ilthérak fit assassiner un puissant prêtre de Berkrag en faisant croire que c'était le fait des sujets de Fabrieth.
Jamais les elfes ne connurent pareil conflit ; les victimes se comptèrent par millions durant des siècles de luttes acharnées alimentées par une haine sans fondements.
Finalement, Eïdistrée put révéler la traîtrise d'Ilthérak ; les masques tombèrent, les luttes cessèrent et la prêtresse ainsi que son peuple furent bannis de la surface et durent se réfugier sous terre où les ombres changèrent leur personnalité et leur apparence, devenant ainsi des elfes noirs.
Après cette guerre civile, les dieux se séparèrent, bien que leurs différends furent mis de côté, ils restèrent méfiants les uns envers les autres malgré leur fraternité. Torkend abandonna les elfes pour devenir un dieu universel, respecté de tous, Eldereth isola son peuple sur une île et en différants lieus où ils devint le peuple des hauts elfes, Maralond dispersa les siens dans les forêts espérant passer inaperçu, ses elfes devinrent les elfes des bois, Fabrieth se tourna vers les hommes, préférant leur convivialité à celle des elfes, Berkrag était las des royaumes et préféra libérer ceux dont il avait la charge ; malgré cet abandon les elfes gris continuent de vénérer le même dieu, Airéheld fit évoluer les siens pour qu'ils puissent s'élever dans les airs et devenir les avariels, Garadin se mit à mépriser les elfes et devint le dieu des nains, des hommes d'or ayant survécu au cataclysme en se réfugiant dans les montagnes où ils sont restés ; enfin, Eïdistrée, la déesse déchue, tente par tous les moyens d'offrir la Rédemption aux elfes noirs et laver leur affront pour retrouver enfin la paix.

Mais il n'y a pas que les nains, humains et elfes dans Aeden ; les gnomes, les orques, les gobelins, les kobolds et une multitude d'autres races ont pu évoluer et prospérer sans l'aide des dieux. Les gnomes, malins et farceurs, ont appris à manier la magie avec l'aide des hauts elfes, ils l'utilisent de façon très étrange : en liant quelques sorts à des machines diverses, ils parviennent à créer des gadgets souvent inutiles, mais toujours impressionnants de créativité. Les orques, brutaux et primitifs, se regroupent en tribus en divers lieux où ils mènent des raids sur des villages mal défendus voir même sur d'autres tribus. Il existe cependant une 'variante de la race orque ; les orogues, forts et intelligents, vivent dans les collines et les montagnes. Organisés en tribus à l'instar de leurs cousins, mais ils sont sédentaires et portent la guerre autour d'eux au nom de l'honneur et du courage. Les gobelins, vils et sournois, se reproduisent très vite et attaquent de manière désordonnée les villages les moins défendus, noyant les défenseurs sous la masse. Les kobolds sont les ennemis jurés des gobelins ; tout aussi sournois que ces derniers, ils sont cependant moins agressifs et ne survivent pas en pillant les villages avoisinants.

Si quelque chose vous gêne, dites le.

Jolaventur
04/12/2005, 09h58
Gné!!
moi pas lu moi trouve trop long

mais moi pitié de toi donc moi poste

Nairwolf
04/12/2005, 10h06
Bon ça prend les principes du genre, d'ailleur ça me fait penser à David Eddgins et la "Grande guerre des dieux". L'univers à l'air assez riche, mais pourquoi les orques sont ils toujours mauvais et cruels et de même pour les gobelins ?

Voila, pour un avis plus approfondis attend les gens qui s'y connaissent mieux en critique.

Apalmemnom
04/12/2005, 11h01
Les orques ne sont pas forcément "méchants", disons qu'ils adorent la guerre, et pis les orogues sont une version plus noble des orques, dans le style "pour l'honneur et la gloire".
Sinon, 'la grande guerre des dieux', connai pas. Mais je me suis rendu compte après avoir bien entamé le bouquin que les idées que j'ai eu ont été reprises par d'autres...monde cruel http://forums.ubi.com/images/smilies/cry.gif

@ Jolav : qu'est ce que tu veux dire par Gné ???

Hariccelon
04/12/2005, 12h05
@ Jolav : qu'est ce que tu veux dire par Gné ???

Gné : onomatopée exprimant le dépit pour un nain http://forums.ubi.com/images/smilies/88.gif

Sinon ton univers est sympa mais ce serait bien si tu inventais des races, pour te différiencer (les orques et les elfes c'est courant).

Nairwolf
04/12/2005, 12h12
De toute façon la pluspart des idées sont prises donc invente plus. http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_wink.gif

Armestat
04/12/2005, 12h19
Changes le nom déjà, ca pue le réchaufé...

Guiylan_
04/12/2005, 12h23
quote:
@ Jolav : qu'est ce que tu veux dire par Gné ???

Gné : onomatopée exprimant le dépit pour un nain Je dirais qu'il peut également s'agir de l'expression simplifiée d'une certaine surprise liée à une déception à connotation interrogative, nuancée d'une approche dubitativement intéressée. Bref, ça dit beaucoup de choses en peu de mots (un seul, en l'occurence). C'est que c'est éloquent, un nain... http://forums.ubi.com/images/smilies/88.gif

Apalmemnom, c'est dans quel cadre que tu veux créer cet univers ? (dans quel but, je veux dire)

Apalmemnom
04/12/2005, 12h41
@Guylan : C'est pour un bouquin qui va devenir, je pense (si ça marche) une trilogie (mais comme le dirai un copain gobelin, ne vend pas la peau de l'ours avant d'avoir trouvé un acheteur), tellement l'histoire est longue.

@Armestat : Ca fait déjà 3 fois que je change de nom, faut dire que je me suis rendu compte il y a peu que Aeden, ça existait déjà re http://forums.ubi.com/images/smilies/cry.gif

@ Hariccelon : il existe d'autres races purement inventées dont l'auteur est le seul à en connaitre l'existance.

@ Nair : inventer plus que des idées ? http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif Il faudra que tu m'explique comment qu'on fait...

Note : Ca y est, je passe la barre des 100 posts http://www.farcry-thegame.com/fr/images/smileys/partyconfetti.gif

Jolaventur
04/12/2005, 12h45
et encore vous m'avez pas vu flooder le chan sur GW par des Gné!!


je dirai qu'enn gros moi utilise quand moi comprends pas une chose ce qui arrive disont le franchement souvent http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

Nairwolf
04/12/2005, 12h46
Je m'explique : ne reprend pas des idées d'autres histoire car là ça fait réchauffé. Il faut trouver autre chose d'où de nouvelles idées. Et quand je disais "plus", c'était moins s'appuyer sur les histoires existantes.

Apalmemnom
04/12/2005, 12h54
C'est ce que je j'essaye de faire, mais à chaque fois que j'ai une idée, paf, deux jour après je me rend compte que quelqu'un d'autre l'a eu. http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif
J'aurai dû me lever plus tôt. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-sad.gif

Ramoran
04/12/2005, 18h02
ça me rappelle simplement le mythe des races d'or d'argent etx raconté par Hésiode dans les travaux et les jours, ansi qu'au mythe de Prométhée etc etc....
Tu refais une mythologie qui ressemble aux mythologies connues, et qui est très simplifiée très fade à mon goût.
Mais là dessus je suis dificile car j'ai détesté le sigmarillon de Tolkien, qui prétend reinventer toute une myhtologie.

Donc je ne suis pas un juge très partial car c'est le genre même qui m'exaspère.
Pourquoi lire des mythologies artificielles, figées, simplettes auxquelles personne ne croit, alors qu'on peut avoir à des vraies mythologies, profondes puissantes, poétiques, aux multiples versions?

dniepr
05/12/2005, 02h48
En dépit du fait que tu as du certainement réfléchir et travailer sur ce projet, il me semble qu'il n'y a rien de très original.... Ca sent le ADD à plein nez...

A mon avis si tu veux écrire une histoire, plutôt que de créer un monde à part entière, tu
ferais mieux de l'intégrer à un monde déjà connu (comme celui d'ADD donc). Il sera beaucouop plus riche que le tien car pas mal de personnes oint travaillé dessus et depuis un certain nombre d'années en plus.... En outre, le monde d'ADD est suffisamment vaste pour faire tenir n'importe quelle intrigue dedans. Et puis tu peux toujours tronquer son histoire de quelques événements et ajouter des tiens...


@Ram: Pour apprécier Tolkien vaut mieux lire Le SiLmarillion que le SiGmarillion^^.

nchuleft
05/12/2005, 09h37
vous allez me prendre peut etre pour un ignare, mais... c'est quoi, l'ADD????? http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif

et je ne voit que un mot pour exprimer mon imcompréhension: Gné??? http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

moi aussi, j'ai un récit que je travaille depuis 6 petites années et je vais peut etre aussi demander a vous, foromeurs, de me critiquer mon truc... et la carte de mon monde est terminée mais vous l'auriez vue, si elle ne faisais pas........... 1m20 de long sur 0,90m de large... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif

eldaura
05/12/2005, 10h28
Ahhh, nostalgie... AD&D = "Advanced Dungeons And Dragons" c'était comme ça qu'on jouait aux jeux de rôles avant les ordinateurs, avec un crayon, du papier et des dés... D'ailleurs il y a plein de JDR vidéo qui ont copié-collé les règles de jeu d'ADD (comme Baldur's Gate)

nchuleft
05/12/2005, 10h52
Aaaaah! ok... bah, d'un coté, tout les bouquins fantastiques de ce genre se passent dans des mondes comme ça... mais moi j'ai innové! na! http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_razz.gif et si vous voulez le voir, ce début, j'aimerais avoir des critiques. un trus que je travaille depuis 1999, ça doit etre bien tourné, quoi que...

Le-Solitaire
06/12/2005, 03h00
@Apal : Je suis d'accord avec Dniepr.
Les Avariels...ahhhh, pauvre petite Aërie. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-sad.gif

@Nchuleft : Vas-y, envoie. http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_smile.gif

Chtinecureuil
06/12/2005, 03h51
AH AD&D !! Aller petite phrase/sequence souvenir (limite flood ok...dsl, je le refera pas promis)
moi : à -2 je backstab !!
* roule le D20 *
mj : fumble ! he, he, dommage pour toi il a une sharpness....
moi : http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-sad.gif et meeeer....

Apalmemnom
07/12/2005, 07h46
Ok, donc il faut que je bosse encore un petit peu sur l'originalité...c'est vrai que je suis un gros joueur d'ADD...

@ram : le mélange des mythologies, je l'ai un peu fais exprès, mais il faut dire que dans ce court résumer, je ne montre que la surface du monde, l'aspect plus profond n'apparaîtra que dans le livre. Désolé, je suis avare en détails, c'est fait exprès.

Sinon, je voudrai savoir si le style d'écriture employé est adapté et attractif, c'est ce que je soigne en premier lieu en attendant de finir l'univers naissant.

barbarenordique
07/12/2005, 09h03
Le probleme das les vraies mythologie c'est que beaucoup de choses ne sont pas sues donc supposées voir absente!!
Notamment la mythologie nordique,celle des incas aussi n'est pas trés riche!!

Apalmemnom
07/12/2005, 09h08
Beh, celle des Vikings (c'est ce que tu entendait par nordique ?) n'est pas vraiment inconnue, disons qu'elle est compliquée, plus que les grecs, c'est dire http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif, par contre, j'ai presque rien trouvé sur les Incas, Mayas, Azteques, apparemment, elle sont mortes en même temps que les civilisations.
Les mythologies des vaincus disparaissent, on ne connait que celle des vainqueurs... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif

nchuleft
08/12/2005, 10h37
bon ben si LS me dit d'envoyer, je m'y met! (et bonjour a tous) au fait, je ne joue pas a Add donc si mon texte y ressemble, c'est pas faute...

Ramoran
08/12/2005, 18h34
Remarques sur le style au fil du texte.


Originally posted by Apalmemnom:


Aeden.
Terre aux mille facettes et aux milles aventures, berceau d'autant de civilisations qu'il y a d'étoiles dans le ciel.

C'est trop grandiloquent, et pas assez imaginatif.
La comparaison avec la quantité d'étoiles a été faite mille fois avant, et tu tentes de donner une idée de grandeur par une image grandiose, mais c'est un cliché mille fois vu.



Mais il fut une race qui prit le pas sur les autres et constitua le plus grand royaume qui fut et qui sera.
Là encore c'est pompeux. La tournure impersonnelle verbe être, au passé simple, est un trop gros effet.
A côté de ça, les mots ou expressions "prendre le pas sur" "constituer" qu'on peut truver dans n'importe quel article de journal sonne bizarrement à côté de tournures si vieillotes et pompeuses.



Les hommes d'or, comme ils aimaient s'appeler, évoluèrent avec une rapidité sans égal, s'adaptant, fabriquant, combattant, ils façonnèrent le monde à leur image : grand, droit et fier. Trop fier.
Leurs constructions s'étendaient à travers toutes les terres, bravant les dangers, soumettant la nature à leurs caprices et renversant l'équilibre des choses.

Tu abuses des propositions participiales, je ne comprends pas pourquoi cet alourdissement de la phrase française est si prisée par toi aussi bien que par Le Solitaire.



Tout leur réussissait, rien ne leur résistait, ils devinrent si puissants qu'ils se crurent au-delà de tout, ils se crurent invincibles, omniscients.
La chose coule beaucoup plus naturellement qu'au début, il y a moins de grandiloquence, mais pas grand chose non plus qui retienne l'attention.



Ils se prirent pour des dieux.
Et comme toute divinité, ils voulurent créer un monde à leur image
Tu as déjà dit qu'ils ont façonné le monde à leur image. Répétition de tournure, et d'idée!



et non plus façonner un roc qu'ils estimaient avoir dompté et qui ne présentait plus le moindre intérêt pour eux, hormis le fait qu'il les hébergeait.
"intérêt" "hormis le fait que", encore des mots qui ne vont pas avec l'ensemble qui se veut solennel.



En créant ce monde, ils sonnèrent le glas de leur civilisation,
Encore une expression vue mille fois! Assez!

D'ailleurs j'arrête ici mes petites remarques.

Apalmemnom
09/12/2005, 08h08
Je comprends mainteneant le sens d'"inquisiteur masqué", ô toi dont les mot sont aussi tranchants qu'un cimeterre de Damas.

Le côté grandiose est fait exprès, c'est quand même une histoire épique, 'faut pas oublier.

D'ailleur, j'avais pas vu la répétition "façonner un monde à leur image" (je croyai l'avoir corrigé).
Question vocabulaire, t'utiliserai quoi comme mots pour remplacer "interêt", "hormis", "prendre le pas" et "constituer" ?

Parce que, je parle un français correct, mais je voudrai que le texte soit quand même compréhensible!

soyo07
09/12/2005, 08h53
Isidore non ça suffit, on va quand même pas récidiver ! ce serait pas sympa pour apalmemnom ! oui je sais on a écrit pleins de choses rigolotes sur le topic du Solitaire, mais Apalmemnom, il est encore jeune, ça pourraît le facher, aussi bien c'est un être ultra sensible ! Clémentine je t'ai dit non ! il n'y a pas de carottes sur Aeden, ni de salade vertes, il est hors de question que je t'y emmène ! Aeden is a magic world, tu as entendu le monsieur, il a dit qu'il y avait des kobolds solitaires à la gachette facile, des nains de jardins et des gobelin mangeurs de petits lapins ! allez, on rentre, on va attraper froid !

Apalmemnom
09/12/2005, 09h27
http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

Ramoran
09/12/2005, 10h25
Apalmemmon, ce que tu appelles style "épique" n'est pas forcément le ton adapté.

Tolkien par exemple quand il commence le seigneur des anneaux, prend délibérément un ton didactique et universitaire.

Le style dépend de l'angle que tu as choisi.
Là tu choisis l'angle de celui qui connait tout dès le départ.

Ce n'est pas la chose la plus naturelle.
Par exemple Hésiode dans sa théogonie, se présente comme un pâtre auquel les muses qu'il a invpquées rendent visite pour lui donner la vision des commencements.

Dans l'edda de Snorri la vision de la naissance du monde vient au roi Gylfi, qui a fait tout un voyage, et pose des questions, a d'étranges personnages installés sur trois trônes.

Donc raconter les commencements et le pâsé fondateur d'un monde, exige effectivement un style solennel, mais aussi une mise en scène...
Ce genre de vérité est de l'ordre de la révélation.
Tes tournures pompeuses sonnent vide ici, car tu sais déjà tout.

Le deuxième problème, est que tu présentes en même temps le monde et son passé, on a du mal à s'intéresser au passé d'un monde qui n'existe pas.
Et on ne construit pas un monde, pour le lecteur, en commencençant par le commencement...
Là tu es trop ambitieux de vouloir en même temps le monde et de révéler les mystères de ses origines.
Une autre chose qui fait que ce n'est pas très adapté, c'est que ça manque d'images fortes.
Une tournure pompeuse qui n'est pas soutenue par ça tourne à vide et tombe dans le ridicule.

Sinon généralement quand un mot ne va pas, ce n'est pas le mot seulement qu'il faut changer, car la phrase conduisait à ce mot, c'est toute la tournure.

Par exemple plutot que "prendre le pas sur", il faut trouver quelquechose de moins vague:est ce que ça veut dire qu'ils ont dominé tout le monde par les armes? Ou que leur civilisation était plus prospère et brillante?
Si tu cherches à préciser tes idées tu trouveras des tournures complètement différentes.
Et tu ne demanderas pas: "quel mot à la place"?

Sinon plutot que "constituer", j'aurais écrit "bâtir".

Pour "intérêt", c'est pas seulement le mot qui sonne bizarrement, c'est le sens tout simplement.
Je ne crois pas une seconde que des bâtisseurs trouvent que ce qu'ils ont soient sans intérêt, même si je comprends qu'ils veuillent aller plus loin.

J'aurais donc plutot écrit, en restant dans ton style un peu solennel "un roc qui était devenu trop petit pour satisfaire leur arrogante volonté de conquérir, et qu'ils ne voyaint plus que comme un abri."

J'ai totalement changé la phrase mais bon..

Si non pour "hormis le fait que" c'est une expression horrible à proscrire.

Il est très facile de trouver d'autres tournures...

Il n'avait pas d'autre in térêt... que de...
aucun autre intérêt... que de...

barbarenordique
09/12/2005, 10h34
Par nordique je veux dire viking oui...Mais comme on est sur un forum morrowind ne l'oublions pas je me met dans l'etat d'esprit morrowindesque!!Et dans morrowind y'a des nordiques!!http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

En effet elle est complexe mais elle est aussi je le repete confuse!!Puisque les histoires,les noms differes selon les pays et je peux t'assurer que si on supprime toutes les hypoteses de nimporte quel recit mythlogoqiue viking il n'y reste pas grand chose!!

Apalmemnom
09/12/2005, 11h24
@ Ram : eh bien, on peut dire que tu es culturationn...culturo...que t'en connait un bout !
Tu as sans doute raison sur de nombreux points (j'ai la flemme d'écrire), le problème est que je n'ai pas d'idées sur la naissance proprement dite du monde, alors je ne dis quece que le lecteur a besoin de savoir pour comprendre le livre et son univers, plutôt que de le laisser nu en terre inconnue.

@ Barbar : C'est pas faux (hein Perceval ? http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif)En même temps, les vikings étant un peuple avant tout guerrier, les traces écrites ne sont pas légion.

Ramoran
09/12/2005, 11h51
Si ton but est que le lecteur s'y retrouve, alors un ton moins solennel serait plus adapté à un but si simple.

Tu n'as pas di'dée sur la naissance du monde, mais tu en as sur celle des peupjles et royaumes.
Et ces origines sont de type mythique, voilà pourquoi, ça peut difficilement aller avec une description du monde disons plus objectif.

Je pense que tu pourrais choisir de ne pas décrire toutes les choses nécessaires à la compréhension... le sentiment d'être perdu, et de se retrouver peu à peu, s'il est dosé habilement, peut être un effet très intéressant, enfin plus intéressant à pn avis qu'un exposé général sur le monde, où on remonte à des origines lointaines sans qu'on soit informé du présent.

Apalmemnom
09/12/2005, 13h00
Originally posted by Ramoran:
Je pense que tu pourrais choisir de ne pas décrire toutes les choses nécessaires à la compréhension...

C'est peut-être une solution, merci pour tes conseils.

Apalmemnom
14/12/2005, 14h23
Bon, puisque vous avez été sages et que vous m'avez bien aidé, je vous envoi une partie du premier chapitre du premier tome de la trilogie.

Donc, c'est parti pour : Crépuscule : Livre I : La folie du prophète

***

« Ils approchent, fais ce que je te dis !
- Mais, maîtresse, ils vont vous...
- Ils arrivent, emmène la, prends soin d'elle. Adieu... »
Les portes s'ouvrirent dans un vacarme assourdissant.
« Cours ! »
La servante partit aussi vite qu'elle le put, ne se retournant que pour voir s'effondrer une ombre percée de lances.
« Attrapez la ! Cria une voix. »
Ignorant sa fatigue et sa peine, elle s'éloigna le plus possible, prit le passage secret suivie de près par une troupe en armes.
Le Tintement des armures résonnait sur la pierre du mince couloir, qui débouchait dans les environs d'une ville en flammes.
Des échos retentissaient, acier contre acier, cris de douleur, mort, souffrance partout autour.
Des aboiement se mêlèrent au bruits de bottes dans son dos.
Sa gorge était en feu, ses pieds étaient meurtris, mais elle ne ralentissait pas.
Les hommes s'essoufflèrent derrière elle, leur armure étaient trop encombrantes.
Les chiens se rapprochaient.
Elle faiblit.
Ses jambes avaient du mal à supporter son poids.
Elle n'arrivait plus à respirer.
Ses pieds plongèrent dans une eau glaciale.
Des marais.
Elle sortit un panier de sous ses robes, et le laissa dériver au gré du courant.
Puisse Sobek te protéger.
La meute bondit sur elle, l'eau devint écarlate.

Le soleil se leva sur la vallée.
Le fleuve charriait des corps, vestiges d'une bataille ayant eu lieu plus tôt dans la nuit.
Pour Anaar Rasheren, cela ne présentait rien de bon. La situation politique de la province de l'Hêka était critique : partout on entendait que la population se soulevait contre le Noungeb, le manque de protection face aux pillard Neredîms au sud et la menace constante de l'empire Scutum au nord avaient servi de prétexte pour un soulèvement de masse.
La ville en amont, Denevis, a apparemment subi une attaque, la petite ville de Banatern n'était plus sûre ; il fallait fuir vers le nord, loin de ce chaos et de cette souffrance.
Tandis qu'il aidait les autres villageois à ramener les cadavres sur la rive pour leur offrir une sépulture, Anaar aperçu quelque chose d'inhabituel pris dans les branches d'un arbre sur la rive opposée. Le plus étrange, c'était les cris qui s'en échappaient, à peine audibles derrière le bruit du torrent.
Il demanda une corde qu'il attacha autour de sa taille alors que d'autres villageois s'assuraient que le courant ne l'emporte pas.
Le fond de la rivière était instable, l'eau lui arrivait à la taille, mais malgré cela, Anaar avançait avec résolution. Il arriva de l'autre côté et put se saisir du panier pour le ramener au sec.
Son contenu était un enfant, une fille, emmitouflée dans du linge de qualité. Ses cris cessèrent aussitôt qu'elle aperçu le visage de son sauveur.
Anaar était un homme dur, mais bon ; cela faisait près de huit ans qu'il avait quitté la légion ; il était las du danger, las de la violence des hommes, mais aussi des elfes, des orques et des molrocs.
Sa femme Lucida avait succombé à une maladie inconnue, ses anciens compagnons s'étaient dispersés aux quatre vents, seul lui restait son fils, Marek, un jeune garçon de dix ans aussi naïf que fougueux. Il courait déjà après les filles du village et collectionnait les gifles de celles-ci. Il était venu au monde alors qu'Anaar était encore dans la légion ; Lucida l'élevait seule pendant que son mari commandait une phalange lors de la guerre du Téthyr, qui fut courte et sanglante : ce fut la première grande défaite de l'empire. Il prit sa retraite après celle-ci et se retira avec sa compagne dans l'Hêka pour y vivre des jours heureux.
Mais les récents événements montrent que même dans les coins les plus reculés du monde, personne n'est à l'abri.

Tout le monde s'affairait autour de l'ex légionnaire pour découvrir sa trouvaille. Différentes histoires pouvaient être entendues sur les origines de l'enfant, des plus spirituelles aux plus rationnelles. Certains disaient qu'elle avait été envoyée par la providence ou par les dieux pour on ne sait quelle dessein, maléfique ou bénéfique, mais tous étaient sceptiques quant au devenir de l'enfant.
Anaar, quand à lui, fit la sourde oreille et décida de donner un avenir à l'orpheline.
Lorsqu'il revint chez lui, il fut assailli de questions par Marek qui ignorait totalement ce qu'il se passait. Il lui répondit simplement que lui et les autres villageois avaient découvert l'enfant dans le fleuve et qu'il avait choisi de la garder. Il estimait qu'il était inutile de lui parler des corps et de la bataille qui avait certainement eu lieu cette nuit là.
La réaction de Marek fut mitigée : il semblai content d'avoir une petite sÅ“ur, mais rien ne serait plus comme avant, et avant, tout allait bien.

Le lendemain, le prêtre du village vint voir Anaar pour lui faire part de son point de vue :
« Vous comprenez, dit celui-ci, les autres sont sceptiques sur les origines de cette enfant, ils demandent l'ordalie.
- Mais c'est ridicule, répondit Anaar, je ne voix pas en quoi elle pourrait être dangereuse, dites le leur, elle était abandonnée dans le fleuve...
- Au milieu d'une douzaine de cadavres. C'est cela que craignent les villageois, sans ça, ils ne se seraient pas inquiétés à ce point. Je vous en prie, ce n'est qu'un rituel comme celui que l'on fait pour la naissance de chaque enfant, il n'y a aucun danger. C'est juste pour mettre tout le monde à l'aise.
- Très bien, se résigna-t-il tout en s'assurant que Marek n'avait rien entendu. S'il ne faut que ça pour mettre fin à cette histoire, qu'il en soit ainsi. »

La majorité du village était présent dans le temple, ceux qui ne croyaient pas à ces sornettes vaquaient à leurs occupation dans le village. Les plus sceptiques murmuraient à voix basse ce qu'ils pensaient de cette affaire, les autres, dont faisait partie Tyriaq, le forgeron et meilleur ami d'Anaar, étaient présents uniquement pour connaître le fin mot de cette histoire.
Le prêtre entra, suivi de ses deux apprentis ; il déposa l'enfant sur l'autel, avant de l'asperger d'huile sacrée tout en récitant ses prières. Les plus pieux des villageois baissèrent la tête tout en murmurant des paroles inaudibles.
Soudain, la salle fut emplie d'une vive lumière et un halo entoura l'enfant.
Le prêtre recula, effrayé, les villageois poussèrent des exclamations tandis que les plus peureux s'échappaient.
L'instant d'après, tout revint à la normale et le silence revint et perdura quelques secondes.
Anaar s'approcha, suivi de près par le prêtre. L'enfant n'avait rien à priori, mais il remarqua qu'un tatouage était apparu sous la pommette gauche de l'orpheline : le jimah, la marque des dieux.
Ainsi, l'enfant était vouée à une grande destinée.

***

N'hésitez pas à critiquer à la manière de Ram, c'est ce qu'il y a de plus efficace pour avancer http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif

Et Jolav, pas de "Gné" je te prie http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

Et voilà mon 200e post http://www.farcry-thegame.com/fr/images/smileys/partyconfetti.gif

BoB321-1
14/12/2005, 23h52
assez cool le style: on ne sais pas tout a fait ce qui se passe au début, ca donne assez bien

j'ai essayé d'écrir un boukin moi aussi, je suis devenu fou a la fin du 3ème chapitre, j'avai écrit le tiers de livre en 8 pages http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-mad.gif

nchuleft
15/12/2005, 09h07
Il arriva de l'autre côté et put se saisir du panier pour le ramener au sec.
Son contenu était un enfant, une fille, emmitouflée dans du linge de qualité. Ses cris cessèrent aussitôt qu'elle aperçu le visage de son sauveur.



Il arriva de l'autre côté et put se saisir du panier pour le ramener au sec.
Son contenu était un enfant, une fille, emmitouflée dans du linge de qualité. Ses cris cessèrent aussitôt qu'elle aperçu le visage de son sauveur. pas mal, le texte, mais les passages que j'ai coté font directement penser a Moïse, donc vaut mieux trouver un autre truc, comme...euh...j'ai pas d'exemple mais bon... sinon, le reste est pas mal, mais en lisant j'ai vraiment pensé a l'histoire (je le redis) de Moïse...

edovarys_
15/12/2005, 09h57
bien mais comme Nchu, Moïse se voit la dedans... le panier, la ville en assaut, la famille qui le récupere, envoyée des dieux... mais le début est quand meme attrayant.

Apalmemnom
15/12/2005, 10h34
Moïse, j'y avait pas pansé, j'ai tout écrit au feeling, et sur le momment, je n'ai pas trouvé d'autre moyens pour l'ammener à Anaar. D'ailleur, je ne vois pas comment faire autrement...

@ Bob : moi, les trois premiers tiennent en 40 pages http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

Armestat
15/12/2005, 11h28
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. (dicton célèbre)

Corneille.

Apalmemnom
15/12/2005, 11h44
Merci pour la chtite précision, je corrige http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif

Ramoran
15/12/2005, 11h49
D'un autre côté, j'ai l'impression que c'est une loi du genre de faire des histoires qui ressemblent à des mythes et légendes qui existent déjà, regardez l'anneau dans Tolkien, ça fait immanquablement penser à l'anneau de Gygès... et pour la malédiction, on pense à l'anneau des ninbelungen, etc etc. Ton histoire nchuleft me faisait trop penser à Excalibur, on veut créeer des mondes, on ne fait que des mirois affadis des vieux mythes.

Pour le texte, le début est dynamique saisi en pleine action. L'effet, sans être très original est assez réussi (en tout cas bien plus à mon sens que l'introduction pompeuse et solennelle)
Je ne comprends pas pourquoi la mère ne pars pas dans le passage secret, j'aurais été elle, je serais parti avec l'enfant, tandis que l'esclave noblement aurait succombé http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

Détails: un vacarme assourdissant, aïe je déteste lire une alliance nom-adjectif déjà lue et entendue mille fois. Avoir du style, c'est en partie savoir allier les adjectifs au noms d'une manière à soi... sinon ta perception des choses est conventionnelle, et on ne palpite pas, alors que la scène nous y invite.


Attrapez le! Cria une voix
L'incise fait partie de la phrase, autrement dit, ne pas faire de majuscule à "cria".



suivie de près par une troupe en armes.

Trop journalistique et banal comme style. décidément je n'aime pas les participes en fin de phrase, ça appesantit la phrase, son rythme, là où on devrait haleter.



Puisse Sobek te protéger.
C'est le narrateur qui dit ça?


Le fleuve charriait des corps, vestiges d'une bataille

C'est moyen les corps considérés comme des vestiges... disons que les corps sont des cadavres, parler de "vestiges" ne fait qu'atténuer la force du mot.
Enfin le vestige est ce qui reste d'une chose après destruction... on parle des vestiges d'un temple, on ne parle pas des vetiges du canon qui ont détruit le temple... parler des vestiges d'une battaille, c'est faire une impropriété de terme.

elle aperçut, pas elle aperçu.

Après le retour en arrière me parait faible...
Mais là je commence à avoir fin, je vais préparer mes nouilles, j'en dirai ^peut être un peu plus plus tard.

Apalmemnom
15/12/2005, 13h12
http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif
Je suis sur le cul là...
Tu es prof/éditeur/académicien ou quoi ? Même les profs de mon lycée n'ont rien trouvé à dire sur cet extrait http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif (ils ont peut-être adopté un point de vue différent que celui du correcteur)

Bon, maintenant, je vais me justifier :

"Puisse Sobek te protéger", c'est la servante\nourrice (pas l'esclave) qui le pense (c'était normalement en italique, mais copier-coller oblige...)

Je parle de "vestiges" car c'est la seule trace visible de la bataille vue par les villageois.

Pour ce qui est de la nourrice qui s'enfuie, c'est surtout scénaristique, et l'explication se trouvera à la fin http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif (en cours...)

Beh sinon, quand tu dis "préposition subodonnée conjonctivite au troisième degré", je réponds : Gné ???
Je n'ai pas fait de bac L, mais STI électronique, donc, ceci sonne comme du togolais à mes oreilles (yeux)

eldaura
15/12/2005, 13h23
Je ne voudrais pas cracher sur les profs, mais s'ils continuent à suivre la progression actuelle, dans 10 ans ils donneront le bac à 117% d'une classe d'âge. Ca s'appelle mettre l'élève au centre du processus d'apprentissage je crois. Il y en a d'autres qui appellent çà se foutre de la gueule du monde...mais je suis peut-être légèrement de mauvaise humeur ce soir, et donc pas forcément objectif.

barbarenordique
15/12/2005, 13h57
eldaura:Tu veux pas attendre que j'ai passé mon bac avant de dire que trop de monde est accépté?? ca..attend au moin le brevet..Je tiens pas a etre recalé moi !!http://forums.ubi.com/images/smilies/cry.gif http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

eldaura
15/12/2005, 14h00
désolé, je ne voulais pas te décourager ! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif
Et bonne chance pour ton brevet !

barbarenordique
15/12/2005, 14h28
merci..Mais ca devrait etre facile je suis bon cette année!!http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

bon pour pas flooder!!

apal:superbe (pour moi) et comme je connai pas l'histoire de moise et ba ca me la rapelle pas!!

Ramoran
15/12/2005, 15h57
Disons que les profs auront le point de vue suivant: voilà quelqu'un qui fait l'effort d'écrire toute un histoire, il y a peut être des choses à redire, mais dans l'ensemble c'est plutôt bien, surtout si on compare avec les rédactions des autres élèves. Donc on ne va pas le décourager!
Et la mentalité des profs veut qu'on valorise toujours le travail de l'élève.

Mais moi j'ai un autre point de vue: j'ai lu beaucoup, je suis très difficile, j'aime les textes forts originaux et bien écrits, et si quelqu'un me demande de critiquer un texte qui n'est pas à la hauteur de ce que j'ai aimé, je vais tenter de dire très précisément où les choses clochent.

Si tu veux un point de vue plus équilibré je dirais les qualités que j'ai trouvées: une bonne mise en place des évènements, un début dans le feu de l'action qui évite les lourdeurs, de jolies évocations des bruits des poursuivants, et des cris. J'ai bien aimé le moment de la sortie, où l'eau devient écarlate et le soleil se lève, et on passe d'un drame individuel à un drame collectif. Je crois que tu aurais pu travailler plus ce passage, et c'est en partie pour ça que les "corps vestiges etc" m'ont déplu.
Je persiste à dire que malgré les qualités, je ne sens pas un style vraiment fort: trop de phrases sont bâclées et sont banales dans l'expression.

Apalmemnom
16/12/2005, 12h11
Merci beaucoup pour tes conseils, Ram.
Mon objectif est, pour l'instant, d'écrire un livre attractif, avec un scénario original. Je préfère plaire que de faire compliqué, et je pense qu'avec les réponses que j'ai reçu (pas seulement sur ce forum) montrent qu'apparemment, je suis sur la bonne voie.
Encore merci pour tes commentaires, la suite lorsque le livre sera édité (si j'y arrive d'ici là http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-happy.gif)

Et au fait, qu'est-ce que ça veut dire "Imus obscuri sola sub nocte per umbram" ?
Quelque chose comme "lorsque le soleil se lève, la nuit s'en va mais des ombres restent" ?

Ramoran
16/12/2005, 12h16
ça veux dire:
Nous allons obscurs sont la nuit solitaire, à travers l'ombre...

J'ai mis au présent un vers de Virgile.

eldaura
16/12/2005, 12h16
nous allons, la nuit, invisibles et seuls à travers l'ombre ? http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_confused.gif

/* regrette amèrement d'avoir joué au pendu avec ses potes pendant les cours de latin */ http://forums.ubi.com/images/smilies/cry.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

Apalmemnom
16/12/2005, 13h03
Bon, beh, j'ai des progrès à faire en latin, paske mois, je n'ai retenu que l'emplacement des navires de la flotte adverse http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif