PDA

Afficher la version complète : [Fic participative] - Assassin's Creed: the Hidden Artefact



William-Miles
28/11/2011, 18h56
le principe est simple. Il s'agit de créer une fan fic participative où chacun peut contribuer en proposant de rédiger la suite, la personne dont le texte a été sélectionné (minimum 400 mots) choisit la personne qui poursuivra le texte etc.
Toute proposition de suite est à faire par MP. En fonction des propositions je me réserve le droit d'annoncer au plus tôt demain soir à minuit le nom du sélectionné par MP (plus vraisemblablement d'ici quelques jours). Il pourra alors mettre la suite de la fanfic sur le forum, et c'est ensuite cette personne qu'il faudra contacter par mp pour lui proposer une suite. Il choisira alors ce qui lui semble la meilleure contribution et confiera le soin de rédiger la suite à cette personne etc. etc.

Bon courage, bonne lecture et merci de votre participation http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png

----------------------------------------------------------------
---------- Assassin's Creed: the Hidden Artefact ----------
----------------------------------------------------------------


- mes respects Mentor.
Le viel homme entendit à peine les salutations que le jeune assassin lui avait adressées. Il semblait ailleurs, l'esprit accaparé par de sombres préoccupations.
- je ne sais pas ce qu'il se passe, cela fait un mois qu'il est dans cet état, lança l'assassin à l'un de ses frères qui était assis à ses côtés.
Ils étaient en contrebas de la Citadelle de Masyaf, réunis autour d'un feu de camp allumé pour l'occasion en cette sombre nuit sans lune, balayée par un vent glacial, plutôt étonnant en cette saison.
- je l'ai remarqué aussi, poursuivit l'un des frères. Depuis une semaine il ne quitte pas la Citadelle. Il n'y entre le matin que pour en ressortir tard dans la nuit.
- quand il en sort! On dit qu'il lui arrive de rester des jours et des nuits entières dans la bibliothèque sans en ressortir. Je me demande ce qu'il peut bien y faire.
- en tout cas, c'est une bonne chose qu'il soit resté à Masyaf pour un moment. Quand il est arrivé ici, il y a deux ans, notre communauté n'était plus que l'ombre d'elle même. Elle n'existait pour ainsi dire plus.
- il faut dire que Selim, notre sultan, fait tout pour réduire notre ordre, renchérit un troisième frère. Entre les Templiers byzantins et les hommes de main de Selim, nous n'avons aucun répit.
- Selim n'est pas notre pire ennemi. C'est Osman, son vizir, surnommé "le vizir des Janissaires", qui cherche à éradiquer notre confrérie.
- les Janissaires, parlons-en! Ces gens-là sont pires que les Templiers! J'entendais l'autre jour notre mentor dire qu'il ne voyait aucune différence entre eux.
Un long silence se fit, aucun des assassins ne lâcha un mot. Ils étaient tous assis autour du feu qui commençait à décliner en intensité. Puis l'un des Assassins laissa échapper tout bas:
- mais quand même, que peut-il faire dans ces immenses tours humides ...



***

Le vieil homme s'assit à son bureau, et se mit à écrire après avoir soigneusement trempé sa plume dans l'encrier. Il n'était plus tout jeune, mais le geste était toujours aussi alerte, vif et précis. Il regarda un temps la flamme qui éclairait le bureau et se mit alors à écrire:


--------------------------------------------- Masyaf, 26 avril 1513

------------ Ma chère Sofia, amore mio,

près de deux années se sont écoulées depuis ce jour où tu as regagné l'Italie. J'avais pensé qu'il était plus sûr pour toi de regagner la péninsule italienne au plus vite. Aussi il ne s'est pas passé un seul jour depuis où le souvenir de toi ne m'a pas habité.
Les découvertes que j'ai faites dans la Citadelle de Masyaf dépassent toutes mes espérances, et viennent me conforter dans la justesse de notre cause chaque jour davantage.
Altaïr était là, à m'attendre depuis près de quatre siècles, conservant les mystères qu'il voulait me léguer, confiant dans le fait que j'allais un jour venir à lui. Ce jour là où j'ai rencontré mon ancêtre, je compris alors que la mort n'est finalement qu'un long sommeil destiné à prendre fin sitôt que le flambeau se ravive. J'ai découvert dans cette bibliothèque quantité de livres qui ne m'ont toujours pas livré leurs secrets. Je te fais parvenir quelques uns de ces précieux ouvrages en même temps que cette lettre. Je fais confiance dans ta connaissance et ta passion des livres anciens pour en percer les secrets.
Un de ces ouvrages m'a plus impressionné que les autres, tu le reconnaitras facilement, c'est le seul à être rédigé dans trois langues: arabe, syriaque, et une langue qui m'est inconnue. Plus surprenant encore, se trouvait glissée dans ce livre une lettre qui semble être de la main de Sef, l'un des fils d'Altaïr, que l'on croyait mort... dix ans avant la rédaction de la lettre.


------------------------------------ Chypre (quelque part), hiver 1231

----------------------------Père,

je n'ai que peu de temps devant moi, sans doute même le temps m'est compté, et je ne sais si tu liras mes lettres (comme j'ai de sérieux doutes quant aux précédentes). Douze années se sont passées depuis ce fameux soir où j'ai quitté Masyaf pour Chypre en compagnie de Niccolo Polo.
Nous y étions partis afin d'étudier des glyphes qui étaient, selon les dires de Niccolo, "de la plus haute importance." Ils sont situés quelque part non loin de la cathédrale Sainte-Sophie de Nicosie. Mais alors que nous nous approchions de la cathédrale, une embuscade tendue par des Templiers du Royaume de France, maîtres de Chypre, se dressa contre nous. Et depuis ce jour nous sommes retenus prisionniers dans une forteresse aux murs si épais et aux ouvertures si rares que l'on ne parvient même pas à distinguer le jour de la nuit.

Je tiens aussi à te faire part de choses très importantes, depuis ........ ... ........
....... la Pomme d'Eden n'est pas la seule ............ .............. ........... ....... .............
.... autre artefact qui.... ......... ...... complémentaire. ...... ........... réunir ........
sans quoi il faudrait.... ........ ........ .......... pouvoir... ......... .......destructeur.......

???? ----- ???? ----- ?????



Voila ce que dit cette lettre, Sofia. Et depuis, elle ne cesse de me hanter. J'ignore comment et pourquoi cette lettre se trouve ici, ni même les raisons pour lesquelles Altaïr n'a sans doute jamais eu connaissance d'une telle lettre, mais je suis résolu à résoudre ce mystère qui entoure la disparition de Sef. Il n'est pas mort comme on l'a supposé, mais était en vérité sur la piste d'un étrange artefact, visiblement complémentaire de la Pomme d'Eden. La fin de la lettre est parcellaire, l'encre s'est effacée avec le temps, ne laissant apparaître que quelques mots. Sans parler de ces mots en arabe: "Paris", "Chypre" et "Pomme", qui ne semblent pas être de la main de Sef.
Et si cette piste devait me conduire dans ces deux endroits? Je pressens même que ce voyage me mènera bien au-delà de ces seules régions. En aurai-je la force? Je ne peux effectuer ce périple seul, je suis conscient qu'il me faut l'accomplir avec un compagnon de route. Dans un premier temps je me rendrai sur l'île de Chypre, afin d'éclaircir le mystère de ces glyphes qui ont tant suscité l'intérêt de Niccolo Polo. J'en profiterai aussi pour me rendre dans cette imprenable forteresse. Chypre n'est plus aux mains des Templiers, elle est maintenant sous le contrôle de Selim.
Toutefois, je dois prendre garde, les Templiers sont parait-il toujours présents dans l'île, et je me méfie tout autant des Janissaires à la solde du vizir Osman.
Dans l'espoir de te retrouver le plus tôt possible, ma chère Sofia, aussi longtemps que ma lame me protégera.


---------------------------------------------- Ezio Auditore



***

Le soleil sembla se lever beaucoup plus tôt sur Masyaf ce jour-ci, comme s'il montrait des signes d'impatience. Et la froideur de la nuit passée avait fait place à une indicible chaleur. Ezio s'était levé tôt, comme à son habitude, et se préparait en vue de réaliser son départ pour Chypre. Il ne prit pour affaires que le strict minimum: sa lame, quelques couteaux de lancer, une gourde et une petite dague vénitienne. Avant de quitter le Levant, il décida de passer par le bazar de Lattaquié. Principal port à destination de Chypre, il ne pouvait qu'y faire des rencontres intéressantes.

Ezio franchit les portes de la Citadelle de Masyaf, quand un apprenti assassin (ceui qui lui avait adressé ses salutations la veille) vint lui dire:
- alors comme ça vous nous quittez pour aller à Chypre, mentor? Vous vous y rendez seul?
- tout seul. Je confie au Destin le soin de m'accorder un compagnon de route en cours de chemin. Les rencontres ne manqueront pas.
- et pas que de bonnes rencontres, prenez garde mentor, vous n'êtes plus tout jeune, lança timidement l'apprenti assassin.
- ne t'en fais pas. J'ai encore beaucoup de ressources. L'âge apporte l'expérience, et l'expérience fait la qualité de l'assassin.
- oui mentor. Dites... la bibliothèque vous a t-elle livré d'autres secrets? C'est que, ces temps-ci, vous sembliez y passer beaucoup de temps.
- des secrets. Oui, on peut dire ça comme ça, se contenta de dire Ezio tout en sanglant son cheval qui allait le mener jusqu'au porte de Lattaquié.
Il monta sur son cheval, et alors qu'il semblait partir, il se retourna vers ses compagnons en leur disant:
- mes frères! Souvenez-vous de ce que je vous ai appris durant ces deux ans, et soyez toujours fidèles à notre credo. Protégez Masyaf des attaques ennemies, mais défendez notre credo au delà même de la mort. La mort n'est rien. Elle n'est qu'un sommeil destiné à prendre fin sitôt que le flambeau se ravive. Ayant dit ces paroles, il disparut dans l'horizon, ne laissant derrière lui que le bruit de galop de son cheval.



***

Il ne fallut que peu de temps à Ezio pour gagner la ville de Lattaquié, renommée par les Ottomans "Lazkiye". Lazkiye était une ville animée, réputée pour être une importante cité portuaire commerçante, véritable carrefour où se mêlent les odeurs et les couleurs des différentes épices qui emplissent le bazar de la ville. Ezio s'apprêta à franchir les portes de la ville quand il fut alerté par le spectacle d'une escarmouche. Un jeune homme fut aux prises avec des Janissaires, qui l'attaquèrent de toutes parts.
- ton compte est bon, Templier! Fais tes adieux à ce monde, lancèrent les Janissaires tout en ricanant.
- votre vizir est la pire des ordures templières! Allez le rejoindre en enfer, cria le jeune homme tout en ripostant aux assauts des Janissaires. Il toucha à mort l'un d'eux. Le bruit des épées s'entrechoquait dans un brouhaha assourdissant. Ezio était surpris de l'agilité avec laquelle le jeune homme ripostait aux assauts, qui ne tarda pas à occire un deuxième Janissaire.
- mon heure n'est pas encore venue, semble t-il! s'exclama le jeune homme sur un ton à la limite de l'insolence. Son insolence et son habileté aux armes suffirent à déstabiliser les deux gardes restants, il en profita alors pour leur jeter un écran de fumée. Il rua au milieu de la fumée et l'on entendit un cri épouvantable, le râle d'un mourrant.
Une silhouette tomba à terre, la fumée se dissipa peu à peu.
Un Janissaire de plus était passé de vie à trépas. Le jeune homme se trouva maintenant seul face au seul Janissaire survivant.
- mais quel diable d'homme es-tu donc? quel démon s'est emparé de ta lame? fulmina le Janissaire.
- moi, un démon? Je ne suis rien en comparaison de l'Ange des Ténèbres devant qui tu vas comparaître aussitôt que tu auras goûté de mon cimeterre!
Pris de peur, le Janissaire partit les jambes à son cou, laissant entendre au lointain des cris qu'on ne saurait dire s'ils étaient de colère ou de peur.

- eh voila comment sont les Janissaires. Toujours à fanfaronner quand ils sont en meute, mais couards quand ils sont en face-à-face, dit le jeune home en direction d'Ezio.
- en tout cas, ta manière de combattre est impressionnante. Tu es une fine lame. Mais pourquoi l'un d'eux a t-il dit que tu es un Templier?
- parce que ce sont des idiots! et qu'il est toujours commode d'accuser les autres de ce que l'on est soi-même. J'étais autrefois un Janissaire. Ma famille était originaire du Péloponnèse. Elle a été exterminée par les Ottomans, et je fus élevé depuis mon enfance parmi les Janissaires. Mais je ne peux servir sous une armée qui est à mille lieues des idéaux qu'elle dit défendre. J'ai donc fait défection. Et depuis, ils veulent ma peau.
- noble geste de ta part, ce cas de conscience t'honore. Comment t'appelles-tu?
- Giannis Pappas. A qui ai-je l'honneur?
- Ezio Auditore da Firenze.
Le jeune homme s'était figé, il regardait Ezio l'air hébété.
- Ezio? le Maître Assassin Ezio Auditore?
- lui-même. Il semblerait que ma renommée m'a précédée. J'ai une proposition à te faire. Que dirais-tu de mettre tes compétences au service d'une noble cause en m'accompagnant dans mon périple? Ton agilité et ta jeunesse ne seraient pas de trop dans ma quête.
- moi, rejoindre le grand Ezio Auditore? Bien sûr que j'accepte de vous suivre. Quel honneur!
- va bene! mais tu peux me tutoyer. D'ailleurs dorénavant tu es un Assassin.
- ma soif de Justice... ma quête de Vérité... me voici assassin aux côtés de mon mentor. Je n'en reviens pas, c'est pas vrai.
- "ce n'est pas vrai"? repris doucement Ezio. Viens, je t'expliquerai sur le bateau toute mon histoire. Mais avant quelques précisions. Sache que l'on se rendra précisément à Chypre, du moins dans un premier temps, et que l'on part à la recherche d'un artefact. Sache aussi qu'il nous faudra faire face à de redoutables ennemis qui se metteront au travers de notre route sans aucune pitié, qu'ils soient Janissaires ou Templiers.
Ah aussi, une dernière chose: rappelle-toi toujours de notre credo:



- Rien n'est vrai... tout est permis.
Andiamo.

Nicoditore83
28/11/2011, 23h57
Tout d'abord, je voulais t'adresser mes félicitations. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/yes.png

C'est une fiction bien écrite avec quasiment pas de fautes. L'histoire est racontée de façon à la fois détaillée et claire.

Sur le fond, respect, j'ai moi-même rêvé d'un Ezio Auditore s'établissant à Masyaf afin de percer tous les secrets de l'ordre des Assassins. Ces références à Altaïr font vraiment réver, et dans la lettre à Sofia j'entendais presque Ezio parler tellemennt ça paraît vraisemblbable.
Bravo !

William-Miles
29/11/2011, 01h49
Merci beaucoup Nicoditore !

C'est en voyant Ezio à Masyaf, dans cette vaste bibliothèque souterraine, que m'est venu l'idée que l'endroit avait forcément accumulé au cours des siècles d'autres secrets qu'Ezio devait découvrir. Ezio ne pouvait pas seulement y rester une semaine pour n'y découvrir "que" la Pomme.

A vrai dire j'aimerais écrire l'intégralité de la fanfic, mais je sais que je n'en aurai pas le temps, alors m'est venu l'idée d'une oeuvre collective. Et puis le fait de confier à un "élu" le soin de rédiger la suite, ce passage de flambeau (euh si passage il y a, j'espère que ça n'en restera pas qu'à l'épilogue lol) résonne très "assassin" sur le principe.

bee61
29/11/2011, 02h34
une idée originale cette écriture à plusieurs mains http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/happy.gif
un bémol : que tu ne puisses pas continuer à la rédiger seul, tant ton style d'écriture et tes qualités narratives sont vraiment plaisantes à lire ..
j'imagine que tu aimerais que la suite soit du même niveau, mais tu as mis la barre très haut là, d'autant que tu propose un délai vraiment court pour la sélection http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/langue.gif

juste une question : est-ce que tu laisses une entière liberté pour les futures orientations du scénario, ou est-ce que tu souhaites que les suivants respectent une trame que tu as en tête ?

William-Miles
29/11/2011, 03h19
merci pour ton message bee61 !

j'avais établi ce délai à titre indicatif, même si j'ai précisé que c'était "au plus tôt ce soir à minuit", tu as raison, il est bien trop court! Et ça risque de décourager bien des volontés!

En fait je crois que je supprime toute idée de délai. Je me contenterai de dresser tous les soirs un petit topo sur les propositions qui me sont parvenues, le nombre de participants etc. Et d'ici trois quatre jours je prendrai ma décision.

Pour la trame elle est assez libre dans l'ensemble, même s'il faut bien entendu tenter de respecter au mieux tous les éléments présents dans le premier post. J'ai été volontairement précis pour qu'on puisse retrouver chacun des éléments dans la trame ultérieure. En un mot, on peut y ajouter des choses (c'est le but) mais sans jamais rien y retrancher. Autrement c'est libre. J'impose aucune contrainte scenaristique. Et puis après, viendra de toute manière le choix fatidique http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/clindoeil.png
C'est ensuite mon successeur, ou plutôt mes successeurs qui assureront la relève.

En tout cas merci pour vos messages, ils sont encourageants http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/happy.gif

spank59
01/03/2012, 16h35
un jeux sur ton scenario devrai cartonnai si l'histoire continue sur cette voie !!
:D

kranttshepard
01/03/2012, 19h11
c était mon idée au départ

tu a était voir le forum prince of persia toi


19/10/2011, 01h11 Passionné des forums http://forums-fr.ubi.com/image.php?u=148695&dateline=1326644566 (http://forums-fr.ubi.com/member.php/148695-colibro26) Inscrit septembre 2011Messages322

bonjour oui tu a parfaitement raison elle est assez courte est j aurais du développer un peut plus mais comme le dit le titre c est un fic collectif donc j espère que l on viendra nombreux la continuer c était juste un début voila merci beaucoup de ta réponse