PDA

Afficher la version complète : On sait que vous puez, même si vous l'ignorez.



Ramoran
28/10/2005, 10h59
Voilà, voilà c'est ainsi que je mets un titre sur un petit texte trouvé dans un roman qui m'a bien plu.

Chacun de nos amis a tellement ses défauts que pour continuer à l'aimer nous sommes obligés d'essayer de nous consoler d'eux -- en pensant à son talent, à sa bonté, à sa tendresse, -- ou plutôt de ne pas en tenir compte en déployant pour cela toute notre bonne volonté. Malheureusement notre complaisante obstination à ne pas voir le défaut de notre ami est surpassée par celle qu'il met à s'y adonner à cause de son aveuglement ou de celui qu'il prête aux autres. Car il ne le voit pas ou croit qu'on ne le voit pas. Comme le risque de déplaire vient surtout de la difficulté d'apprécier ce qui passe ou non inaperçu, on devrait, au moins, par prudence, ne jamais parler de soi, parce que c'est un sujet où on peut être sûr que la vue des autres et la nôtre propre ne concordent jamais. Si on a autant de surprises qu'à visiter une maison d'apparence quelconque dont l'intérieur est rempli de trésors, de pinces-monseigneur et de cadavres quand on découvre la vraie vie des autres, l'univers réel sous l'univers apparent, on n'en éprouve pas moins si au lieu de l'image qu'on s'était faite de soi-même grâce à ce que chacun nous en disait, on apprend par le langage qu'ils tiennent à notre égard en notre absence, quelle image entièrement différente ils portaient en eux de nous et de notre vie. De sorte que chaque fois que nous avons parlé de nous, nous pouvons être sûrs que nos inoffensives et prudentes paroles, écoutées avec une politesse apparente et une hypocrite approbation ont donné lieu aux commentaires les plus exaspérés ou les plus joyeux, en tous cas les moins favorables. Le moins que nous risquions est d'agacer par la disproportion qu'il y a entre notre idée de nous-mêmes et nos paroles, disproportion qui rend généralement les propos des gens sur eux aussi risibles que ces chantonnements des faux amateurs de musique qui éprouvent le besoin de fredonner un air qu'ils aiment en compensant l'insuffisance de leur murmure inarticulé par une mimique énergique et un air d'admiration que ce qu'ils nous font entendre ne justifie pas. Et à la mauvaise habitude de parler de soi et de ses défauts il faut ajouter comme faisant bloc avec elle, cette autre de dénoncer chez les autres des défauts précisément analogues à ceux qu'on a. Or, c'est toujours de ces défauts-là qu'on parle, comme si c'était une manière de parler de soi, détournée, et qui joint au plaisir de s'absoudre celui d'avouer.
D'ailleurs il semble que notre attention toujours attirée sur ce qui nous caractérise le remarque plus que toute autre chose chez les autres. Un myope dit d'un autre: «Mais il peut à peine ouvrir les yeux»; un poitrinaire a des doutes sur l'intégrité pulmonaire du plus solide; un malpropre ne parle que des bains que les autres ne prennent pas; un malodorant prétend qu'on sent mauvais; un mari trompé voit partout des maris trompés; une femme légère des femmes légères; le snob des snobs. Et puis chaque vice comme chaque profession, exige et développe un savoir spécial qu'on n'est pas fâché d'étaler. L'investi dépiste les investis, le couturier invité dans le monde n'a pas encore causé avec vous qu'il a déjà apprécié l'étoffe de votre vêtement et que ses doigts brûlent d'en palper les qualités, et si après quelques instants de conversation vous demandiez sa vraie opinion sur vous à un odontalgiste, il vous dirait le nombre de vos mauvaises dents. Rien ne lui paraît plus important, et à vous qui avez remarqué les siennes, plus ridicule. Et ce n'est pas seulement quand nous parlons de nous que nous croyons les autres aveugles; nous agissons comme s'ils l'étaient. Pour chacun de nous, un Dieu spécial est là qui lui cache ou lui promet l'inversibilité de son défaut, de même qu'il ferme les yeux et les narines aux gens qui ne se lavent pas sur la raie de crasse qu'ils portent aux oreilles et l'odeur de transpiration qu'ils gardent au creux des bras et les persuade qu'ils peuvent impunément promener l'une et l'autre dans le monde qui ne s'apercevra de rien. Et ceux qui portent ou donnent en présent de fausses perles s'imaginent qu'on les prendra pour des vraies.

Ramoran
28/10/2005, 10h59
Voilà, voilà c'est ainsi que je mets un titre sur un petit texte trouvé dans un roman qui m'a bien plu.

Chacun de nos amis a tellement ses défauts que pour continuer à l'aimer nous sommes obligés d'essayer de nous consoler d'eux -- en pensant à son talent, à sa bonté, à sa tendresse, -- ou plutôt de ne pas en tenir compte en déployant pour cela toute notre bonne volonté. Malheureusement notre complaisante obstination à ne pas voir le défaut de notre ami est surpassée par celle qu'il met à s'y adonner à cause de son aveuglement ou de celui qu'il prête aux autres. Car il ne le voit pas ou croit qu'on ne le voit pas. Comme le risque de déplaire vient surtout de la difficulté d'apprécier ce qui passe ou non inaperçu, on devrait, au moins, par prudence, ne jamais parler de soi, parce que c'est un sujet où on peut être sûr que la vue des autres et la nôtre propre ne concordent jamais. Si on a autant de surprises qu'à visiter une maison d'apparence quelconque dont l'intérieur est rempli de trésors, de pinces-monseigneur et de cadavres quand on découvre la vraie vie des autres, l'univers réel sous l'univers apparent, on n'en éprouve pas moins si au lieu de l'image qu'on s'était faite de soi-même grâce à ce que chacun nous en disait, on apprend par le langage qu'ils tiennent à notre égard en notre absence, quelle image entièrement différente ils portaient en eux de nous et de notre vie. De sorte que chaque fois que nous avons parlé de nous, nous pouvons être sûrs que nos inoffensives et prudentes paroles, écoutées avec une politesse apparente et une hypocrite approbation ont donné lieu aux commentaires les plus exaspérés ou les plus joyeux, en tous cas les moins favorables. Le moins que nous risquions est d'agacer par la disproportion qu'il y a entre notre idée de nous-mêmes et nos paroles, disproportion qui rend généralement les propos des gens sur eux aussi risibles que ces chantonnements des faux amateurs de musique qui éprouvent le besoin de fredonner un air qu'ils aiment en compensant l'insuffisance de leur murmure inarticulé par une mimique énergique et un air d'admiration que ce qu'ils nous font entendre ne justifie pas. Et à la mauvaise habitude de parler de soi et de ses défauts il faut ajouter comme faisant bloc avec elle, cette autre de dénoncer chez les autres des défauts précisément analogues à ceux qu'on a. Or, c'est toujours de ces défauts-là qu'on parle, comme si c'était une manière de parler de soi, détournée, et qui joint au plaisir de s'absoudre celui d'avouer.
D'ailleurs il semble que notre attention toujours attirée sur ce qui nous caractérise le remarque plus que toute autre chose chez les autres. Un myope dit d'un autre: «Mais il peut à peine ouvrir les yeux»; un poitrinaire a des doutes sur l'intégrité pulmonaire du plus solide; un malpropre ne parle que des bains que les autres ne prennent pas; un malodorant prétend qu'on sent mauvais; un mari trompé voit partout des maris trompés; une femme légère des femmes légères; le snob des snobs. Et puis chaque vice comme chaque profession, exige et développe un savoir spécial qu'on n'est pas fâché d'étaler. L'investi dépiste les investis, le couturier invité dans le monde n'a pas encore causé avec vous qu'il a déjà apprécié l'étoffe de votre vêtement et que ses doigts brûlent d'en palper les qualités, et si après quelques instants de conversation vous demandiez sa vraie opinion sur vous à un odontalgiste, il vous dirait le nombre de vos mauvaises dents. Rien ne lui paraît plus important, et à vous qui avez remarqué les siennes, plus ridicule. Et ce n'est pas seulement quand nous parlons de nous que nous croyons les autres aveugles; nous agissons comme s'ils l'étaient. Pour chacun de nous, un Dieu spécial est là qui lui cache ou lui promet l'inversibilité de son défaut, de même qu'il ferme les yeux et les narines aux gens qui ne se lavent pas sur la raie de crasse qu'ils portent aux oreilles et l'odeur de transpiration qu'ils gardent au creux des bras et les persuade qu'ils peuvent impunément promener l'une et l'autre dans le monde qui ne s'apercevra de rien. Et ceux qui portent ou donnent en présent de fausses perles s'imaginent qu'on les prendra pour des vraies.

Hannibal_ur
28/10/2005, 11h17
Tu pourrais pas faire un version courte la, j' ai la flegme de lire tout cela, (mais cela dit, ça a l' air tout a fait interresant...) http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-tongue.gif

Belartus
28/10/2005, 11h19
texte réaliste et très juste.

Y'a environ 200 ans ya un mec qui avait dit aussi : On voit la paille dans l'oeil de son voisin et pas la poutre dans le sien!

Sinon c'est tiré de quel roman ton texte?

Ramoran
28/10/2005, 11h22
Bon pour les fainéants

chaque fois que nous avons parlé de nous, nous pouvons être sûrs que nos inoffensives et prudentes paroles, écoutées avec une politesse apparente et une hypocrite approbation ont donné lieu aux commentaires les plus exaspérés ou les plus joyeux, en tous cas les moins favorables. Le moins que nous risquions est d'agacer par la disproportion qu'il y a entre notre idée de nous-mêmes et nos paroles, disproportion qui rend généralement les propos des gens sur eux aussi risibles que ces chantonnements des faux amateurs de musique qui éprouvent le besoin de fredonner un air qu'ils aiment en compensant l'insuffisance de leur murmure inarticulé par une mimique énergique et un air d'admiration que ce qu'ils nous font entendre ne justifie pas. Et à la mauvaise habitude de parler de soi et de ses défauts il faut ajouter comme faisant bloc avec elle, cette autre de dénoncer chez les autres des défauts précisément analogues à ceux qu'on a. Or, c'est toujours de ces défauts-là qu'on parle, comme si c'était une manière de parler de soi, détournée, et qui joint au plaisir de s'absoudre celui d'avouer.
D'ailleurs il semble que notre attention toujours attirée sur ce qui nous caractérise le remarque plus que toute autre chose chez les autres. Un myope dit d'un autre: «Mais il peut à peine ouvrir les yeux»; un poitrinaire a des doutes sur l'intégrité pulmonaire du plus solide; un malpropre ne parle que des bains que les autres ne prennent pas; un malodorant prétend qu'on sent mauvais; un mari trompé voit partout des maris trompés; une femme légère des femmes légères; le snob des snobs.

Nemesis-Sight
28/10/2005, 12h05
Il est un rien pessimiste ce texte.

<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content"> chaque fois que nous avons parlé de nous, nous pouvons être sûrs que nos inoffensives et prudentes paroles, écoutées avec une politesse apparente et une hypocrite approbation ont donné lieu aux commentaires les plus exaspérés ou les plus joyeux, en tous cas les moins favorables </div></BLOCKQUOTE>

Là je plains l'auteur j'espère que ce n'est pas réellement sa manière de penser et que si c'est le cas il ne pense pas systématiquement comme ça.

Dans ton résumé il manque la partie au début ou il dit que les autres ne nous voient pas tel qu'on se voit nous même, pour ça je suis d'accord. Il y a la manière dont on se voit, la manière dont les autres nous voient et la manière dont est vraiment. Sachant bien sûr que tous les autres ne nous voient pas tous de la même manière.
Enfin il y en aurait pas mal à dire sur ce texte.

Ramoran
28/10/2005, 12h55
Belartus: 2000 ans tu veux dire.


Je dirai pas de quel roman c'est tiré, ça vous permet d'en parler sans trop d'a priori.

Nemesis: ah oui, c'est pessimiste! mais si tu veux je peux te trouver pire, j'aime les regards corrosifs et cruels.

J'ai pas fait un "résumé" j'ai simplement raccourci l'exrait, donc il est normal qu'il manque le début, mais ça c'est vraiment pour les feignasses comme Hannibal.

Je crains que l'auteur exprime exactement sa pensée, et qu'il fasse exprès de donner une formulation systématique.

La phrase en question sur le fait qu'une parole sur soi donne lieu aux commentaires acerbes, me semble juste, précisément à cause de la distorsion entre la vision par soi même et par le groupe.

Armestat
28/10/2005, 13h20
Ramora, c'est une facon de me dire que vous ne trouvez pas tous que je suis sexy, beau, intteligent, raffiné, marrant et petomane de talent?

Nemesis-Sight
28/10/2005, 13h22
<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content">La phrase en question sur le fait qu'une parole sur soi donne lieu aux commentaires acerbes, me semble juste, précisément à cause de la distorsion entre la vision par soi même et par le groupe. </div></BLOCKQUOTE>
Juste, dans certains cas oui, systématiquement, ça m'étonnerait, pourtant je suis plutôt du genre à émettre des réserves sur le comportement des individus. Et il se peut que sur certains points notre vision de nous-même concorde avec celle des autres, dans ce cas il n'y aura pas forcément critique. Tu pourras me répondre que c'est juste une impression parce qu'après tout on a été écouté avec "une politesse apparente et une hypocrite approbation". Mais je n'y crois pas pour autant, pas de la part de tout le monde en tout cas.

Ramoran
28/10/2005, 13h44
Armest: J'avais bien pensé à toi, quelle intelligence!

Lyrendil
28/10/2005, 13h45
Chienne de vien hein les gars? http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-sad.gif

Armestat
28/10/2005, 13h50
Oui, la vie est une chienne, mais come dirait un gros boulet que j'ai rencontré cet été: "Y'a des gens qui mangent pas tous les jours alors soyez heureux de votre merde!" http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

Chienne de vie parceque les gens pensent pas comme toi? C'est justement cette diversité qui fait les rapports humains interessants. Si nous étions tous des robots pensants la même chose, là je me suiciderais bien vite.

Ramoran
28/10/2005, 13h57
Si nous savons entretenir des illusions sur nous mêmes, et que nous attribuons aux autres des défauts qui nous sont propres, on peut se féliciter de ce que l'amour propre nous tende un miroir déformant, et nous réjouir de cette duperie comme un excellent anésthésiant de l'âme.

Armestat
28/10/2005, 14h00
Exact aussi, on a tous besoin d'être trompés par soit même pour sa propre sécurité. D'infâlmes connards ne reconaitraient jamais qu'ils le sont, alors que voyant quelqu'un faire la même chose qu'eux ils seraient choqués.

Ramoran
28/10/2005, 14h16
Mince, il y a une faute de frappe (censure?) c'est pas "l'investi dépiste les investis" mais "l'inverti dépiste les invertis"....

serioussamus
29/10/2005, 01h40
<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content">Originally posted by Ramoran:
Si nous savons entretenir des illusions sur nous mêmes, et que nous attribuons aux autres des défauts qui nous sont propres, on peut se féliciter de ce que l'amour propre nous tende un miroir déformant, et nous réjouir de cette duperie comme un excellent anésthésiant de l'âme. </div></BLOCKQUOTE>

Euh...vous savez qu'il n'existe pas que des types narcissiques jusqu'au bout des ongles hein ? http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif
Si ce texte peut s'appliquer à pas mal de gens, je me méfie de ce genre de truc qui se veut profond et parle pour la totalité des hommes (femmes y compris bien sûr).
On trouve également des personnes conscientes de leurs propes défauts (pas tous, c'est normal), sisi j'vous jure !


Ah au fait, Hannibal stp, là je crois que ta sign' est peut-être un peu trop (sûrement même) suggestive à mon goût.
Y'a des enfants en plus qui passent (ou qui peuvent potentiellement passer http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-tongue.gif).
(Lyrendil tu sors s'teuplait http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif !)
C'est pas qu'elle me rebute particulièrement mais là ça fait franchement étalage de viande crue...
(Et le premier qui me sort que je dis ça donc moi-même sûrement......j'le bute http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_smile.gif.)

Jolaventur
29/10/2005, 01h46
Argl!! désolé même le texte pour les feignants c'est encore trop long pour moi


mais d'après vos réactions je pense avoir saisi le sens global du texte

Armestat
29/10/2005, 02h16
<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content"> je me méfie de ce genre de truc qui se veut profond et parle pour la totalité des hommes (femmes y compris bien sûr </div></BLOCKQUOTE>

Il n'y a pas que les narcissiques.

Et si si, ca s'applique à tout le monde. A plus ou moins grande échelle.

Ramoran
29/10/2005, 05h08
Serious, il ne s'agit pas de narcissisme, mais d'amour propre. Le narcissique contemple son image et l'aime. Il est obsédé par elle. L'amour propre est plus général, plus banal, et se prête plus à des textes qui pourraient toucher un peu tout le monde. Il consiste simplement à une certaine estime de soi, qui passe par toute une série de manifestations différentes selon les individus (susceptibilité, désir de plaire, etc). Et dire que des gens n'agissent pas en fonction de cela me semble absurde. A partir de là, les effets de l'amour propre, ses pouvoirs déformants, y compris chez les gens les moins narcissiques, est un grand sujet pour la littérature (en tout cas c'est un grand thème chez les écrivains français au moins depuis le XVII?s.) et son exploration peut donner des textes non seulement qui se veulent profonds, mais qui le sont.
La portée générale est surtout intéressante parce le lecteur peut se l'appliquer à lui même, et regarder plus atentivement de quelle manière il se juge et juge les autres. Je veux bien que certaines personnes soient d'une lucidité extraordinnaire sur leurs propres défauts, et qu'ils aient une conscience exacte de l'effet qu'ils produisent sur les autres, mais pour la plupart des gens, cette lucidité est des plus difficile à acquérir.
Ce texte est fort parce qu'il détaille cruellement la relativité des jugements, et permet de se regarder soi même d'un aute oeil. Pour ma part, il m'a retourné quand je l'ai lu (j'étais jeune sans doute) et donc sans doute les gens extraordinnaires qui savent tous de leur défauts, et qui savent même ce qui se passent dans la tête des gens qu'ils fréquentent n'en ont pas besoin, mais j'avoue que ce n'est pas mon cas.

Par contre sur la sign d'Hannibal, on est d'accord, je dirais qu'elle est tout simplement vulgaire.

Jolaventur
29/10/2005, 05h50
c'est clair et devrais pas y avoir de ça sur un forum tout comme sur son topic des célibs endurcis


bon sinon pour revenir au sujet
"oui je pu mais comme je le sens pas

Ramoran
29/10/2005, 06h01
La sign d'Hannibal est somme toute dans le sujet: a-t-il conscience qu'elle pue?

Jolaventur
29/10/2005, 06h13
je ne crois pas

il faudrai que Arkanne intervienne

Le-Solitaire
29/10/2005, 06h29
Faut arrêter les Saintenitouches. http://www.farcry-thegame.com/fr/images/smileys/coffee3.gif
Elle a quoi la sign d'Hannibal ? C'est des photos de Lettitia Casta en lingerie, c'est tout.
Le seul truc qui peut être génant, c'est le poids. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif

Jolaventur
29/10/2005, 06h47
peut être mais y'a des nenfant sur ce forum

Ramoran
29/10/2005, 06h50
Je la trouve laide et vulgaire, c'est tout. On peut faire des photographies de laetitia Casta autrement que comme un poulet grillé exposé dans une pub pour faire saliver. Mais bon, c'est juste une question de goût, pas de morale, il est libre de la garder.

Le-Solitaire
29/10/2005, 06h50
Tu va me dire qu'il n'ont jamais vu une fille/femme en lingerie ?

Quand il vont à la piscine, la tenue de ces dames ne sont guère plus longues.

Tout ça n'est que barrières psychologiques liées à une éducation un peu trop catholicisée.

@Ram : Elle l'a bien voulu. C'est pas Hannibal qui lui a dit de devenir mannequin et de faire des photos en lingerie pour qu'il puisse avoir une sign d'elle.

Mais sinon, je suis d'accord qu'elle est moche. Et la sign, trop verte, et la fille, qui n'a pas un beau visage.

Hannibal_ur
29/10/2005, 07h03
Bon je passerais outre les revendications faites a mon égard, si ma sign ne vous plait pas, dites le franchement et j' aviserais, plutot que d' en parler entre vous!! Oui, je sais, elle est vulgaire, oui je sais, ça peut choquer des gens, mais depuis le temps que je l' ait, (en comptant les anciennes), je n' ai reçu aucune revendications a son égard donc aucune raison que je l' enlève! Personnelement y' a aucun souci, on me demande de l' enlever, je l' enléve, mais bon voila, j' aurais préferé qu' on me le dise dans d' autres conditions plutot que de la critiquer délibérément sur un thread, je trouve ça trés moyen!! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif
En ce qui concerne les modo, je n' ai reçu aucun avertissement de leur part, mais je n' en ait pas bessoin pour virer ma sign!! Un simple MP de quelques un d' entre vous aurait largement suffi!! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-happy.gif!!
Bon, pour le thread des célibataires endurcis, il est effectivement vulgaire, mais reste tout de même assez "soft" (pas de lien vers de sites porno, enfin rien de trés choquant...) et s' il un modo doit le locker, j' approuverais son geste...
Pour revenir a ma sign, j' essaye de trouver de nouvelles idées actuellement...a mon grand regret!! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-sad.gif

edit: pour ce qui est des photos sur le thread des célib endurcis, j' avoue avoir exagéré et je retire immédiatement les photos!

Jolaventur
29/10/2005, 07h26
ta sign ne me dérange pas au contraire je suis le premier à fouiner suu ce genre de site (non payant)et je suis particulièrement libre du coté de ce genre de choses.

je faisai juste remarquer que nous sommes sur un forum tout public et que toute les tranches d'age sont représenté

pas vrai Lyr même s'il parait plus vieux et mature qu'il en à l'air



mais Ram se fait un peu le porte parole d'une certaine morale bien pensante je trouve

Ramoran
29/10/2005, 07h34
Jolav: j'ai déjà dit que la sign était pas de mon goût, et je dirais de mauvais de goût.
ça n'a rien de "moral".

Hannibal_ur
29/10/2005, 09h34
http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif

Euh... ouais bon bref, j' ai rien compris mais j' enleve ma sign, vous avez raison, protégons les ptit nenfants!! Je vais aussi changer l' avatar et pour le rang perso je verais plus tard!!! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif
je vais essayer de prendre une nouvelle voie, celle du célibat ne me convenait ptetre pas!! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

Le-Solitaire
29/10/2005, 10h32
Il y avais des photos sur les thread des célib endurcis ? http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif
J'ai raté ça. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-sad.gif

Hannibal_ur
29/10/2005, 10h53
Et quelles photos!!! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-happy.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-tongue.gif!!
mais bon, la censure a sévit... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif
Ba de toute façon, si je me rapelle bien , t' est en 56k donc t' aurait pas vu grand chose... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

Le-Solitaire
29/10/2005, 11h50
<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content">Ba de toute façon, si je me rapelle bien , t' est en 56k donc t' aurait pas vu grand chose... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif </div></BLOCKQUOTE>
Perdu. J'ai l'ADSL depuis quelques année déjà.
C'est Filoo l'ami des escargot. http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

PS : Et tu vois, là, ta sign personne ne va rien dire.
Pourtant, je préfère mieux voir une femme en lingerie qu'une tête de mort.
La violence et la mort n'est pas déconseillé aux pitis nenfant, alors que la sensualité et le sexe, oui. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif
On est bien loin du Peace and love. Ce serait plutot War and Death.

Hannibal_ur
29/10/2005, 11h53
Oups, alors c' est nairwolf qui est aussi en 56k... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-tongue.gif

edit: je suis daccord avec toi, le-solitaire, moi aussi je préfererais une nana en maillot que un tete de mort mais bon, faut se rendre a l' évidence, une tete de mort choque moins qu' une fille en ptite tenue a mon grand regret, c' est ainsi et on va rien changer, ma sign ne pouvait pas durer et j' aurais du m' en douter! mais bon, c' est pas bien grave, j' aime bien la nouvelle... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-tongue.gif

Arkanne
29/10/2005, 15h37
Ce thread aurait aurait dû soulever d'autres échos en vous, et quelques uns l'ont bien vu.
Je propose de revenir au sujet.

Pour la sign d'Hannibal elle était nulle et bête mais pas choquante quand on pense aux plages en été etc. Je préfère de loin celle-ci.

Quant aux têtes de mort, inscrivez-vous aux Familles de France, brûlez Diablo sur les places publiques, interdisez Painkiller et bandez les yeux des enfants !

serioussamus
30/10/2005, 02h15
@Ramoran: Je me rends compte que j'ai posté un vite et le sens de mon post n'est pas totalement celui souhaité (je m'en excuse, effectivement, je voulais parler de l'amour propre); mais je maintiens toujours.

Je suis sûr que l'auteur est un grand psychologue spécialiste des comportements humains et tout et tout, mais je doute fortement que cela reste applicable à tout le monde, même si c'est sûrement vrai pour une majorité de personne (dont moi sûrement, en partie).
Je me méfie des textes généraux (sentences, maximes, proverbes et autres phrases de grands auteurs). Même si j'adore ça (je dois avoir plusieurs gros bouquins de citations), et que c'est toujours vrai et humorisque, cela ne s'applique pas à la totalité de la population.

@Hannibal: Merci déjà http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif.
Bon c'est vrai qu'on ne t'as pas envoyé de MP, et que je n'ai pas mis le "@Hannibal", mais on s'adressait à toi quand même http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-tongue.gif.

@u Solitaire: Si effectivement la vue d'une femme en petite tenue ne choque presque plus personne de nos jours, c'est pas une raison pour en faire étalage non plus.
Après, c'est une question de point de vue voire de principe.


PS: Bon, il y a eu un bug lorsque j'ai cliqué sur le "post now", donc je m'excuse, mais là j'étais un rien irrité pour tout refaire, mais l'idée est là, même si j'ai pu oublier un truc que je voulais dire ou que tout n'est pas écrit noir, euh...blanc sur marron http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif.

Hannibal_ur
30/10/2005, 04h05
<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content">
Quant aux têtes de mort, inscrivez-vous aux Familles de France, brûlez Diablo sur les places publiques, interdisez Painkiller et bandez les yeux des enfants ! </div></BLOCKQUOTE>

Arf http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif..., j' ai cru que vous alliez débattre sur ma nouvelle sign, enfin moi je vois rien de choquant dans celle-ci... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-tongue.gif

Nemesis-Sight
30/10/2005, 06h39
Je doute que l'auteur soit/était un grand psychologue, si c'est le cas je plains ses clients qui doivent/devaient souvent recourir au suicide comme unique thérapie envisageable... Si c'était effectivement sa manière de penser.

Ramoran
30/10/2005, 08h47
C'est un roman pas un traité de psychologie savante. L'auteur n'a pas fait des études de psy. Il ne s'est pas amusé à pratiquer des thérapies, ou à en subir.
Et son recours à lui n'est pas le suicide, mais l'écriture.
Et je ne vois pas pourquoi le fait de ne pas dire des choses "positives" serait preuve de mauvaise psychologie. Ce qu'il dit n'est pas pure psychologie, au sens traditionnel: ça souligne l'écart entre les points de vue, et le fait que ça concorde si peu... ça souligne que le "moi" ne s'appréhende pas de la même manière, et qu'on n'est pas transparent à soi même.
Ensuite il développe tout une série de conséquances cruelles, qui dérangent sans doute, et tant mieux.

Nemesis-Sight
30/10/2005, 09h26
J'utilise souvent le second degré quand j'écris.
Mon post précédent était juste pour dire que je ne pensais pas qu'il était psychologue.
D'ailleurs effectivement Proust ne l'a jamais été.
Enfin bref, ce qui me gêne dans ses propos ce n'est pas que ce soit des choses "négatives" mais qu'il ne se contente que de cette vision unilatérale, il a une bien piètre opinion des gens en général.
(Oui je reste sur le passage "De sorte que chaque fois que nous avons parlé de nous, nous pouvons être sûrs que nos inoffensives et prudentes paroles, écoutées avec une politesse apparente et une hypocrite approbation ont donné lieu aux commentaires les plus exaspérés ou les plus joyeux, en tous cas les moins favorables.")
Que les autres ne nous voient pas comme on se voit je suis tout à fait d'accord comme je l'avais écrit dans mon premier post : Il y a la manière dont on se voit, la manière dont les autres nous voient et la manière dont on est vraiment. Mais que ça donne systématiquement lieu à des commentaires exaspérés... Je ne suis pas d'accord avec lui, mais peut être que je me voile la face et que je ne suis entouré que par des gens hypocrites et dans la mesure où je dois également réagir de cette manière avec les autres je le suis donc également.