PDA

Afficher la version complète : Le commerce des mères porteuses



Ramoran
04/07/2009, 11h56
La grande philosophe Sylviane Agacinski s'élève contre une pratique qui va à l'encontre de la dignité humaine : il s'agit des femmes pauvres qui font location de leur utérus pour le profit de femmes riches en incapacité de porter leurs enfants. L'utérus devient une marchandise, ce qui est infiniment plus grave et profond que la prostitution. J'attends que les indignations s'élèvent ici contre ce commerce honteux.

Thorhammer0666
04/07/2009, 13h35
En effet cela est honteux car les personnes qui font usage de ce "commerce" ont la possibilité d' enfanter eux même. Pour les autres personnes, celle qui sont stérile il y a l'adoption, et beaucoup d'enfants sont en attente d'être adopter.

LolaNeverar
04/07/2009, 15h54
Evidemment, on mettra des embryons choisis dans des mères porteuses choisies pour créer une nouvelle humanité ! On fera de certains embryons choisis des mères porteuses et on y mettra des embryons etc.
Et toute cette humanité portera le nom 666-1, 666-2 etc. Et elle fera des soirée métal hurlant avec des messes sataniques...
C'est de la folie pure et simple ! http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif

Thorhammer0666
04/07/2009, 16h16
Hum...moi la je trouve que c'est trop. Elle poste des chose completement stupide et hors sujet sur un post serieux je suis completement d'accord avec sam quand il a dit par pitié faite la taire. Elle n'a pas digérée que l'homme est le droit de choisir sa religion ses préférence musicale.

@ Lola comment se fait-il que tu t'inquiete autant sur la suretée de l'âme de l'humanité vu que techniquement elle ne peut pas virée sataniste vu qu'elle a été créé a l'image de dieu. Laisse aux autre faire leur choix tu a fait le tien on ne t'en a pas empeché à se que je sache. La compéhension est un des fondements de ta religion donc arrète d'agresser d' autre foromeurs qui n'ont pas les même idées que toi. Car en se qui me concerne je suis loin d'être sataniste vu que je suis Odiniste.

GrandPapaMagie
04/07/2009, 18h12
Message original par Ramoran:
La grande philosophe Sylviane Agacinski s'élève contre une pratique qui va à l'encontre de la dignité humaine : il s'agit des femmes pauvres qui font location de leur utérus pour le profit de femmes riches en incapacité de porter leurs enfants. L'utérus devient une marchandise, ce qui est infiniment plus grave et profond que la prostitution. J'attends que les indignations s'élèvent ici contre ce commerce honteux.
Avec va le commerce d'ovules, pour obtenir les embryons. Des femmes vendent leurs ovules. C'est plutôt inquiétant qu'on puisse vendre une partie de son corps.

Arkanne
05/07/2009, 03h12
Pourquoi inquiétant ? c'est ça la démocratie, pas de discrimination dans la vente. Tu voudrais la limiter à la vente d'autrui ? http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rire.png

GrandPapaMagie
05/07/2009, 08h15
Non, ce n'est pas ça la démocratie.

Hariccelon
05/07/2009, 13h13
Mais vous n'avez rien compris, c'est une bonne utilisation de son capital humain bien sûr ! D'ailleurs, je vous conseille de vendre un de vos reins, les cours sont hauts.

LolaNeverar
06/07/2009, 09h55
@0666 : je ne puis lire ton post, les fautes sont si nombreuses que ça me donne mal à la tête. Si tu veux me parler, vérifie ton orthographe. Mon frère à 10 ans et écrit mieux que toi.

dniepr2008
06/07/2009, 10h33
Et dire que personne ne s'oppose, ne trouve honteuse la vente de corps de millionnaires à d'autres encore plus riches.... Même pas la moindre pétition pour le footeux Cristiano Ronalo. En effet, son corps, surtout ses pieds en fait, ont été loués pour la modique somme de 94 millions d'euros....C'est bien peu, non?? Comment peut on quantifier la location d'un corps?? Votre corps vaut-il une somme aussi dérisoire??

Thorhammer0666
06/07/2009, 12h09
Message original par LolaNeverar:
@0666 : je ne puis lire ton post, les fautes sont si nombreuses que ça me donne mal à la tête. Si tu veux me parler, vérifie ton orthographe. Mon frère à 10 ans et écrit mieux que toi.

Pov' pitite, la nouvelle martyre, ne t' inquiete pas la bible va te purifier les yeux.

GrandPapaMagie
06/07/2009, 13h35
Message original par dniepr2008:
Et dire que personne ne s'oppose, ne trouve honteuse la vente de corps de millionnaires à d'autres encore plus riches.... Même pas la moindre pétition pour le footeux Cristiano Ronalo. En effet, son corps, surtout ses pieds en fait, ont été loués pour la modique somme de 94 millions d'euros....C'est bien peu, non?? Comment peut on quantifier la location d'un corps?? Votre corps vaut-il une somme aussi dérisoire??
Non, ce sont ses services qui sont vendus. C'est ce qu'il sait faire qui a de la valeur, pas son coprs.

sam-le-pirate
06/07/2009, 15h33
Donc, si on suit ton raisonnement GPM, les prostituées ne vendent pas leurs corps. Elles vendent leurs services. Elles font parties du secteur tertiaire.

GrandPapaMagie
06/07/2009, 16h27
Non, si on suit mon raisonnement correctement, on n'arrive pas à des conclusions idiotes. Tu as d'autres questions ?

eldaura
07/07/2009, 18h08
94 M€ pour un an, c'est assez bien payé de la passe, même s'il doit en faire plusieurs par match.

J'ai déjà eu l'occasion d'écouter Mme Sylviane Agacinski à la radio sur ce sujet. Ses soi-disants écrits philosophiques, dont elle revendique l'aspect scientifique (mouarf mouarf mouarf) puent le monothéisme à plein nez. Elle est d'un autre siècle et il n'y a qu'à attendre que le temps fasse son oeuvre. La "dignité humaine" est un nouveau concept flou qui ne témoigne que de l'incapacité de certain "penseurs" à appuyer leurs thèses à l'aide de véritables arguments (c'est-à-dire des arguments qui ne dépendraient pas de leurs convictions religieuses respectives, dont nous n'avons que faire en philosophie). D'où cette dignité humaine tient-elle sa légitimité ? On ne saurait le dire. En écoutant ou en lisant ses zélateurs, on s'aperçoit assez vite qu'elle ne vient ni du peuple ni d'un consensus sur lequel on pourrait voter et donner son avis. Non, elle existe, principe moral qui se voudrait immuable, universel et intemporel. Rien que ça.

En bref, c'est un argument du type "il ne faut pas parce que c'est pas bien et ne me demande pas pourquoi parce que demander est tabou". Mais où diable m'a-t-on déjà rabattu les oreilles de tels arguments ? A la messe bien sûr. Si vous ne vous sentez pas l'âme catholique, pas de problème, la dignité humaine existe aussi en version hébraïque (cf Finkielkraut) ou musulmane (T. Ramadan). Vous êtes anti-avortement ? anti-contraception ? anti-pratiques sexuelles bizarres ? Un seul argument permet d'interdire à des adultes consentants certaines pratiques qui n'affectent pourtant en rien la vie de ceux qui refusent de les faire leurs : la dignité humaine. LE moyen pour avoir toujours raison, même et surtout sans aucun argument logique. Vous vous élevez contre cette idéologie ? C'est donc que vous vous mettez vous même en dehors de toute humanité. Na ! Imparable.

Pourquoi ne pas demander aux mères porteuses ce qu'elles en pensent plutôt que de vouloir décider à leur place au nom d'une morale obsolète et qui ne fait plus depuis un certain temps la majorité dans ce pays ? Notre corps nous appartient. A nous, et pas à un hypothétique Créateur. Encore mieux, et pour se débarrasser une fois pour toutes de l'épineux problème de la "location" contre argent d'un uterus biologique, pourquoi ne pas se tourner vers la solution proposée par Henri Atlan, l'ectogenèse en uterus artificiel ? Mais je sens que dès que cette voie commencera à être viable, nos penseurs favoris trouveront de nouveaux arguments pour défendre la dignité des machines à naître.

PS @ Ram : c'est bon, tu tiens ton troll ? http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rire.png

GrandPapaMagie
08/07/2009, 02h00
C'est de toi au moins ?


C'est n'imp' en tout cas, l'éthique n'est pas une invention judéo-chrétienne. Et l'éthique n'est pas les valeurs à la mode du genre pas polluer, envoyer du riz en Afrique, etc. L'éthique, ce sont des valeurs morales que tu es capable de définir. C'est gentil de prendre un exemple d'une madame qui sait pas se défendre, mais ça ne prouve rien du tout. Si ça l'écarte, elle, du débat, ça ne veut pas non plus dire que ce qu'elle défend est à jeter.

C'est bien de dire que Dieu est mort, mais le "chacun fait sa petite tambouille morale" et "laissez les gens choisir pour eux", c'est encore plus démagogique que d'utiliser l'argument de la dignité humaine pour n'importe quoi. Ce n'est absolument pas recevable car on n'est pas des petits individus dans notre coin, mais des sociétés. Ce qu'une personne arrive à accepter et qui suivant les circonstances n'est même pas forcément un choix réfléchi (syndrome de Stockholm par exemple), peut nuire à ceux qui ne l'acceptent pas. C'est aussi le rôle de ceux qui "ne sont pas concernés", en l'occurrence les hommes, de débattre pour protéger les valeurs de celles qui pourraient céder à l'argumentaire en béton qu'un chercheur aura préparé froidement pour gagner des millions dans un domaine qui devient le grand sujet des romans d'espionnage.

Il y a bien des gens qui acceptent d'entrer dans des sectes et qui finissent "suicidés" lorsqu'ils n'ont plus d'argent. Était-ce vraiment un choix qu'il faut leur laisser à eux seuls ?

Hariccelon
08/07/2009, 03h23
Attention, j'ai lu des trucs de fous ici ! Je dois rétablir la vérité vraie !

Les 94 millions pour Ronaldo sont une indemnité de transfert, c'est-à-dire une indemnité de rupture de contrat versé par le club "acheteur" (qui en réalité devrait être appelé "nouveau contractant" ou quelque chose comme ça) au club "vendeur" (ancien contractant). Juridiquement, ce n'est absolument pas une vente d'être humain ni d'une partie de son corps.


Pour le reste du débat, c'est trop philosophique pour moi.

eldaura
08/07/2009, 06h15
Message original par GrandPapaMagie:
C'est de toi au moins ?


Non, je ne crois pas, je ne suis qu'un produit de la société. C'est juste mon opinion, relativement exagérée dans le but de faire réagir. http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/langue.gif



Message original par GrandPapaMagie:
C'est n'imp' en tout cas, l'éthique n'est pas une invention judéo-chrétienne.


Correct, mais on vit dans une société judeo-chrétienne, ce qui fait que je ne trouve pas utile de critiquer le système moral des Inuits ou des tribus amazoniennes.



Message original par GrandPapaMagie:
Et l'éthique n'est pas les valeurs à la mode du genre pas polluer, envoyer du riz en Afrique, etc. L'éthique, ce sont des valeurs morales que tu es capable de définir.


Je dirais que la morale consiste précisément en un kit restreint de valeurs visant à l'harmonie et à la pérennité d'une société donnée. Ces valeurs doivent être imposées à tous en tant que norme collective. Elle est organisée autour de la poursuite d'un objectif global (la Vertu pour les Grecs, le Bien pour les judeo-chrétiens, etc). De cet objectif commun découle un ensemble de règles simples (par exemple ne pas tuer, ne pas voler, organiser les familles sur le modèle papa/maman/bébé...) Dans le cas du judeo-christiannisme, ces règles sont figées depuis plus de 2000 ans. Même si elles ne sont pas véritablement immuables (pour un type de société donné), elles jouent sur une durée très longue et il est à chaque fois très dur de les remettre en question.

Dans un deuxième temps il s'agit de trouver un moyen de mettre en oeuvre la poursuite de ces buts, selon les circonstances ou l'époque. Par exemple, si l'on veut défendre le modèle de la famille nucléaire que l'on connait, on appliquera différentes méthodes. Au Moyen-Age par exemple on interdit aux apprentis de guildes de fonder une famille avant d'avoir sa propre échoppe. De nos jours on peut freiner des quatre fers dès qu'il s'agit de donner des droits aux couples alternatifs (un seul parent, deux parents de même sexe, ...). Le moyen est différent, adapté à l'époque, mais le but reste le même : protéger un "commandement" que l'on considère comme passage obligé vers le Bien. C'est ce que j'appellerais l'éthique.

D'ailleurs les deux peuvent se contredire de temps en temps. Si tu brûles un savant au nom de Dieu, tu reconnais qu'en tant que chrétien il est mal de tuer, mais que selon les circonstances du moment, ne pas tuer cette personne aboutirait à un mal plus grand que de ne pas le tuer. Les jésuites sont spécialistes de cette casuistique très pratique qui permet de faire le noir tout en prêchant le blanc.

Pour reprendre ton exemple écolo (puisque Cohn-Bendit est très à la mode depuis un mois), se refuser à polluer est certes une valeur à la mode, mais c'est aussi un moyen de préserver la société à long terme. En ce sens, l'écologie est plus éthique que morale. Dans l'antiquité, la pollution n'était pas un problème, et par conséquent l'écologie n'était pas une valeur. Si un jour le problème de la pollution disparait, l'écologie en tant que valeur pourra disparaître elle aussi.

En très bref, on a donc :
Principe Moral (Vertu, Bien, etc) -> engendre kit de valeurs à long terme (les 10 commandements par ex) -> se décline selon l'époque en comportements à imposer ou interdire.
Donc quand quelqu'un justifie son comportement il remonte généralement du plus spécifique au plus général : "je suis contre l'euthanasie parce que l'on ne doit pas tuer, et je pense qu'on ne doit pas tuer parce que ce n'est pas Bien". Au final, on peut se poser la question de la légitimité du Bien, qui ne peut venir que d'une transcendance quelconque.

Dans une société homogène et superstitieuse (tout le monde partage un même système de valeurs incontestables), c'est très simple. En Iran, le Bien c'est la chariah. En Pologne c'est l'Evangile. Facile. Tout le monde est d'accord, pas d'embrouille.

Dans une société moderne multiculturelle, c'est moins évident :
- d'un côté l'état doit dire et faire appliquer la morale par le biais de la loi, supposée être la même pour tous, sans discrimination de race, sexe, croyances.
- d'un autre côté, la population, peut très bien ne pas partager les principes fondateurs de la loi, si leurs croyances en sont trop éloignées.

Que faut-il donc faire ? Si l'on adapte la loi ou qu'on l'applique en fonction de chaque segment de population, ce n'est plus une loi, et la société se partitionne en différentes communautés chacune régie par son propre code de conduite. La chariah dans les banlieues et l'opus dei à Neuilly et les vaches seront bien gardées ? Ce n'est pas ce que je souhaite pour la France. Si par contre on applique une loi unique à tous, il faut bien choisir selon quel principe fondateur cette loi sera construite. Quel bien pour la société, celui des athées ? des agnostiques ? des chrétiens ? des musulmans ? des juifs ? des adorateurs de Quetzalcoatl ? des raëliens ? des scientologues ? des adeptes de Gaïa ? D'une certaine manière on est en démocratie, et chacun devrait avoir son mot à dire. On peut imaginer se référer à une sorte de noyau commun à tous, mais ce noyau se rétrécira au fur et à mesure de la patchworkisation de la société.



Message original par GrandPapaMagie:
C'est bien de dire que Dieu est mort, mais le "chacun fait sa petite tambouille morale" et "laissez les gens choisir pour eux", c'est encore plus démagogique que d'utiliser l'argument de la dignité humaine pour n'importe quoi. Ce n'est absolument pas recevable car on n'est pas des petits individus dans notre coin, mais des sociétés.


Je ne passe pas de la mort de dieu à la tambouille morale (qui me fait assez pitié je dois dire) mais passons, la conséquence est la même et je suis tout à fait d'accord avec toi : on a d'une part UNE société qui doit fonctionner harmonieusement, et d'autre part des sous-ensembles de population avec des croyances et des critères moraux différents voire contradictoires entre eux. Il est donc très important de bien séparer ce qui participe de la loi commune (une seule morale pour tous) de ce qui relève de la sphère privée et des choix personnels (chacun son éthique tant qu'elle ne cherche pas à déborder sur le voisin). Les new-ages ont au moins souvent le mérite de ne pas faire de lobbying et de ne pas se fixer comme but de transformer tout le monde en végétarien dansant sous la lune. Ou alors je ne suis pas au courant. Leurs convictions sont fantaisistes, mais ils ne cherchent à les imposer à personne.

On ne peut en dire autant d'aucun des trois monothéismes que cette séparation public/privé dérange énormément, comme tout ce qui relativise leurs absolus. Il te sortiront alors leur argument favori, la porosité des comportements et la contagion sociale :
- je ne peux accepter que ma voisine se promène en jupe courte (ou déguisée en pute selon le niveau de langage) parce que ça donne une mauvaise image du quartier.
- je ne peux accepter que la femme de mon voisin s'appelle Roger, parce que c'est un mauvais exemple pour mes gosses.
- je ne peux accepter que des hommes se baignent dans même piscine que ma femme, sinon il vont la violer (nécessite le présupposé sexiste que tous les hommes sont des porcs, contre quoi il serait bon de se sentir insulté).



Message original par GrandPapaMagie:
Ce qu'une personne arrive à accepter et qui suivant les circonstances n'est même pas forcément un choix réfléchi (syndrome de Stockholm par exemple), peut nuire à ceux qui ne l'acceptent pas. C'est aussi le rôle de ceux qui "ne sont pas concernés", en l'occurrence les hommes, de débattre pour protéger les valeurs de celles qui pourraient céder à l'argumentaire en béton qu'un chercheur aura préparé froidement pour gagner des millions dans un domaine qui devient le grand sujet des romans d'espionnage.


Quand l'argument de la contagion ne suffit plus, et que l'on veut condamner des comportement parfaitement privés, on recourt à la dignité humaine. J'ai entendu cet argument appliqué à des domaines tels que l'usage de drogues (pas l'alcool et le tabac, hein, les vraies drogues), le sado-masochisme, les techniques extrêmes de modification du corps pour le plaisir (piercing et branding, mais aussi le tatouage parfois), et bien sûr tout ce qui a trait à la naissance et à la mort, grands chevaux de bataille (monopoles ? ) des religieux.



Message original par GrandPapaMagie:
Il y a bien des gens qui acceptent d'entrer dans des sectes et qui finissent "suicidés" lorsqu'ils n'ont plus d'argent. Était-ce vraiment un choix qu'il faut leur laisser à eux seuls ?


Euh... non, effectivement, mais là tu fais référence une pratique personnelle qui semble aller à l'encontre de l'intérêt objectif de la personne qui fait le choix (ou se laisser attirer vers lui). J'avais entendu un débat sur le thème de l'anthropophagie. Quelqu'un avait passé une annonce demandant si quelqu'un était intéressé par se laisser manger, et quelqu'un d'autre y avait répondu. Que penser de la victime ? Elle va forcément contre son intérêt qui semble être de vivre vieux et heureux. Quel autre intérêt supérieur le pousse alors à s'offrir comme victime. Peut-être qu'en d'autres temps il se serait proposé à la crucifixion, qui sait ? http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/langue.gif Mais ça paraît quand même assez éloigné du sujet des mères porteuses qui ne sont pas là pour souffrir ou subir quelque préjudice que ce soit.

Arkanne
09/07/2009, 13h32
Si mme dutrou veut se faire mère porteuse, elle se fera malgré la loi qui lui interdit ça, si elle trouve PRENNEURS ; son apport à la dangerosité ambiante nuisible à la société étant assez minime comparée à l'amiante, aux radiations ou à la présence des extraterrestres, elle ne sera pas mise à l'index.
Des Agagas qui se font de la pub avec ça, je trouve assez risible.
Je vois de pauvres femmes du tiers monde, mal nourries depuis des générations en train de former un troupeau reproducteur... http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/langue.gif
Il y a des statistiques sur les demandes d'enfants issus de mères porteuses ?

GrandPapaMagie
12/07/2009, 08h36
Bon, je prends le temps de te répondre eldaura.

Tout d'abord, tu pourrais bien parler des Inuits ou des Amazoniens, il n'y aurait pas moins de rapport que la critique du judéo-christianisme. Tu te focalises sur une idée fausse, qui serait que les lois ont été faites pour "faire le Bien", une valeur judéo-chrétienne. Premièrement ça n'a pas de sens puisque toutes les sociétés ont des lois, qu'elles connaissent un but moral transcendant ou pas.

Et oui, le code pénal n'est pas une liste des degrés de Bien et de Mal, avec les châtiments associés pour expier la faute. Tu oublies qu'en dehors de toute religion ou but d'existence, ne pas tuer son prochain a un sens très pragmatique. Si je ne tue pas mon prochain (s'il n'y a pas de loi pour m'envoyer en prison bien sûr), c'est parce que déjà si je peux le faire, quelqu'un d'autre peut me le faire, et je n'ai pas intérêt à ce que tuer son contradicteur soit une habitude. Ensuite tuer un autre être humain, à cause de nos ressemblances physiques et psychique c'est comme se tuer soi-même. Les raisons pour lesquelles je le tue me renvoient à moi et mes problèmes. J'essaie de tuer mes problèmes comme ça, mais c'est évidemment voué à l'échec. Et enfin parce que grâce à une réflexion en-dehors des sentiers battus par les religions (qui sont un peu des bouquins "La Morale pour les nuls"), je peux me dire que je dois accepter que l'autre me déçoive.

Les lois sont donc là pour que la société ne s'auto-détruise pas et s'améliore, en donnant des règles pour que ceux qui n'ont pas encore eu la réflexion ou dont la réflexion est mise à mal par les névroses puisse avoir des repères pour tout ce qui n'est pas intuitif. Là où la loi peut déborder, c'est quand elle s'inscrit dans une lutte de l'ordre contre le chaos. Entre interdire qu'on piétine le joli jardin de son voisin (tiens d'ailleurs Paradis = jardin), et obliger à planter des tulipes tous les 10cm en alternant les rangées rouges et les rangées jaunes, il faut comprendre là où doit s'arrêter la loi. Exemple concret : la discrimination positive, c'est aller trop loin.



Ensuite je ne suis pas d'accord avec ta définition de l'éthique. Ce n'est éthique que si tu es capable de le justifier, toi. Il y a évidemment des valeurs intéressantes dans l'écologie, mais ce n'est pas parce qu'on nous le vend comme de l'éthique que c'en est. Ce mot est trop souvent utiliser pour vendre des yaourts, donc attention. Et oui ça serait pas mal ça, "Bio, le yaourt éthique". La dioxine dedans a été bien traitée. Bref.



Enfin sur la dignité humaine, c'est normal que tu vois ce terme ressortir souvent, ça vient de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Et c'est bien sûr repris par le code civil (article 16) et le code pénal (chapitre 5). Donc après, quand quelqu'un s'exprime, il aura vite fait d'invoquer cette loi pour tout et n'importe quoi. Un peu comme quand on est au collège et il va y avoir une semaine pleine de contrôles. Là un élève lance "Attends en maths il va peut-être aussi y avoir un contrôle !", et bien sûr il y a toujours quelqu'un pour sortir "Oh non elle a pas le droit d'faire ça !". Ouh la vilaine prof de maths ! Vicieuse ! Eh, l'informatique ça rend fou, mais pour faire des maths il faut être fou avant.
Toujours est-il qu'elle a le droit, même si Kévin invoque la toute puissante "atteinte à la dignité humaine" face à un contrôle de maths. Ce n'est pas parce que Kévin l'utilise mal que ça ne peut pas être amené comme argument cependant.



Quant au cas d'anthropophagie et de désir de se faire manger, c'est un cas isolé avec son cortège de névroses et de psychoses, mais on s'en fiche. À force de passer en boucle des "faits divers" qui se situent dans les virgules des statistiques au 20h, Germaine croit que "y en a de plus en plus !" alors que la vraie statistique qui la concerne c'est que son mari est alcoolique et la frappe régulièrement.

Arkanne
12/07/2009, 15h37
Ensuite tuer un autre être humain, à cause de nos ressemblances physiques et psychique c'est comme se tuer soi-même.

<span class="ev_code_GREEN">Je pense que ça plaira beaucoup à Lola. M'enfin tu t'égares, Caïn a bien tué Abel.</span>

Les raisons pour lesquelles je le tue me renvoient à moi et mes problèmes. J'essaie de tuer mes problèmes comme ça, mais c'est évidemment voué à l'échec.

<span class="ev_code_GREEN">Tu as trop lu de mauvais livres psy simplificateurs. </span>

Et enfin parce que grâce à une réflexion en-dehors des sentiers battus par les religions (qui sont un peu des bouquins "La Morale pour les nuls"), je peux me dire que je dois accepter que l'autre me déçoive.

<span class="ev_code_GREEN">Bravo ! Venant de toi c'est super tolérant. Tu vas certainement être sanctifié.</span>

GrandPapaMagie
13/07/2009, 06h23
Si c'est trop simple, développe !

Et oui j'espère que je serai sanctifié et pas canonisé.

Arkanne
13/07/2009, 12h36
Evidemment non, ne rêve pas trop ! Pour être canonisé il te faudrait les boules d'une bonne poignée de papes http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/langue.gif tandis que sanctifié peut avoir un autre sens que canoniser aussi. Tu n'auras besoin que d'une poignée de fidèles que tu aurais trompés, ce qui arrive tout le temps.

Sinon, pour développer, dire : "Ensuite tuer un autre être humain, à cause de nos ressemblances physiques et psychique c'est comme se tuer soi-même." c'est de la douce folie inculquée par un prêchi-prêcha de manipulateur psy ou religieux à la con, car personne ne se reconnaît dans son prochain, personne ne se croit aussi con, voyons ! Dis-moi tu as suivi une cure ?

GrandPapaMagie
13/07/2009, 13h07
Tu ne reprends même pas la même phrase. C'est laquelle que tu comprends pas ?

LolaNeverar
16/07/2009, 02h30
Je suis tout à fait d'accord avec Grand Pa, benni soit il ! Dans ces temps troubles il trouvera la voie de Dieu et son esprit sera sauvé. Peut être même son corps s'il suit l'exemple de St. Alexis.

eldaura
17/07/2009, 13h12
Ou Abélard.

Arkanne
17/07/2009, 13h21
Ouiiiiiiiii pour Abélard ! Gpm châtré fera un bon présentateur météo ! http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/rolleyes.gif

eldaura
17/07/2009, 13h42
ou un bon chanteur castrat pour le pape http://webtools.fr.ubi.com/forums/smileys/langue.gif