PDA

Afficher la version complète : Le suicide et vous



Ramoran
23/04/2006, 15h08

GrandPapaMagie
23/04/2006, 15h10
Qu'est-ce que je coche pour :
"Pas sans vous emmener tous avec moi" ?

Ramoran
23/04/2006, 15h12
Ne confondons pas les sujets, j'ai aussi envisagé un topic sur le meurtre et vous.

GrandPapaMagie
23/04/2006, 15h16
C'est pas un meurtre du tout. Rhaaa je suis pas un meurtrier, c'est sale les meurtre.
Non je parle de ce petit bouton pour faire sauter la planète (et moi avec du coup), pour vous emmener dormir en plusieurs morceaux séparés. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-happy.gif

Ramoran
23/04/2006, 15h21
Il ne s'agit là ni de meurtre ni de suicide... alors c'est peut être une troisième voie, très raisonnable à sa manière, et qui mérite sans doute aussi qu'on lui consacre aussi un poll.

GrandPapaMagie
23/04/2006, 15h58
La troisième voie ? Attends je cherche une blague sexuelle... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-tongue.gif

Le suicide je n'ai pas eu envie, mais il m'est souvent arrivé de penser "qu'est-ce qu'il se passerait si je venais à mourir ?", avec des sénarii comme il peut en arriver tous les jours mais si on y pense on ne sort plus de chez soi, et on n'y reste pas non plus. Et puis de façon plus technique, depuis que je suis petit je me pose des questions du genre "Qu'est-ce qu'il se passerait si j'ouvrais la portière maintenant qu'on est sur l'autoroute?".
Comme dirait Bjök...

It's early morning
No one is awake
I'm back at my cliff
Still throwing things off
I listen to the sounds they make
On their way down
I follow with my eyes 'til they crash
Imagine what my body would sound like
Slamming against those rocks

When it lands
Will my eyes
Be closed or open?
(Hyperballad, de l'album Post)

poildechameau
23/04/2006, 16h06
depuis que je suis petit je me pose des questions du genre "Qu'est-ce qu'il se passerait si j'ouvrais la portière maintenant qu'on est sur l'autoroute?".
ça je l'ai fait.
c'était pas sur l'autoroute, mais c'est fait

pour ma défense je tiens à dire que j'avais dans les 5 ou 6ans

Le-Solitaire
24/04/2006, 02h11
J'ai toujours considérer le suicide comme une énorme preuve de lacheté (d'autres me diront le contraire, foutaise !). C'est beaucoup plus simple d'abandonner. Mais est-ce que c'est mieux ? Certainement pas.
En plus d'être lache, c'est égoïste. Contrairement à ce que le suicidé pense, il y a toujours quelqu'un qui l'aime et qu'il va faire souffrir.

Je n'ai jamais pensé à me suicider mais j'ai déjà penser au suicide. Je n'ai pas pensé à passer à l'acte mais j'ai déjà réfléchi sur l'acte en lui-même.

Et il n'y a pas de "tentative de suicide". Il y a des suicides et il y a des appels à l'aide.

Vae-primat
24/04/2006, 04h06
Déjà fait!
Résultat : 37 fractures et un mois de coma.
Conclusion 1: la prochaine fois que je me pends, je n'utiliserais plus d'élastique http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif
Conclusion 2: la prochaine fois que je me pends, je mettrais la corde sous les bras parce qu'autour du cou ça empêche de respirer http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

Hariccelon
24/04/2006, 04h32
Pour moi, le suicide ne peut avoir d'intêret que si je le déguise en un meurtre pour que mon pire ennemi soit accusé...
Mais je n'ai pas vraiment d'ennemi. Le problème ne se pose donc pas.

etranger
24/04/2006, 04h35
Moi si un jours je me suicide, ce sera involontaire (on appelle ça un "accident").

ZEcricris
24/04/2006, 05h37
Moi si je me suicide, j'emporterai plein de gens avec moi comme ça je me ferai moins chier au paradis^^

poildechameau
24/04/2006, 05h42
je me ferai moins chier au paradis

comment peut-tu espérer aller au paradis? http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif

ZEcricris
24/04/2006, 05h49
Jésus est miséricordieux!

Et pis je fais des prieres des fois!

Enfin si on considére les:"Mon dieu, donne moi une biere et je croierai en toi" comme des prieres http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

poildechameau
24/04/2006, 06h01
c'est beau l'espoir...

GrandPapaMagie
24/04/2006, 06h02
Evidemment que le suicide c'est lâche et égoïste. Un sursaut d'orgueil pour faire cesser des souffrances qui elles ne sont pas partagées. Ah oui merde alors, souffrir tout seul on a le droit, mourir tout seul c'est égoïste. Et lâche bien sûr puisque ne voyant pas de solution à sa portée, il abandonne.
Et ben vive la lâcheté, vive les tir-au-flanc. C'est toujours mieux que les héros qui massacrent des gens qu'ils ne connaissent pas au nom d'une idée complètement floue dont chacun a une définition différente.
Mais bon quand quelqu'un se suicide, il vaut mieux l'accuser de lâcheté, d'égoïsme, et pourquoi pas de chouiner pour un rien, ça évite d'avoir à se poser la question "Qu'est-ce que j'aurais pu faire pour l'aider à vivre?". Finalement c'est de sa faute, je m'en lave les mains et j'irais même cracher sur sa tombe parce que vraiment on peut pas compter sur lui. C'est ça que tu voulais dire Le-Solitaire?
http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif

poildechameau
24/04/2006, 06h14
la vie est un cadeau

missy_rikku
24/04/2006, 08h50
C'est vrai que c'est lâche et égoïste mais c'est aussi idiot de dire "le suicide et vous", car si on s'était suicidé, on serait pas là pour en parler (si quelqu'un a déjà fait, lol)
On pourrait donc parler d'une tentative...
Mais alors pourquoi aurait-on rater cette tentative si on est encore là pour en parler...erf !

Ca me fait penser à une vieille histoire de lucky luke..le gars était si malchanceux, qu'il avait même rater son suicide (balle dans la tête) alors que rien ne pouvait rater..

Je crois pas que quelqu'un qui l'aurait fait en parlerait comme ça à tout le monde Ramoran http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif

SammyFisherJr
24/04/2006, 14h04
Moi quand je me suiciderai, ce sera comme la vieille avec la machine à coudre et la baignoire dans Delicatessen http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

Non, sincérement, je ne sais plus qui ici à dit que le suicide était une affaire de lâche, mais franchement, je ne suis pas d'accord.

On peut certes discuter des raisons pour lesquelles on se jette sous le train, on se taille les veines ou se met la tête sous le marteau pillon, et elles sont souvent dérisoires ; mais le fait de passer à l'acte est pour moi un acte d'un courage dont je ne me sens pas capable, tant est fort l'intinct de vie que cette putain d'hérédité fait couler dans nos veines.

Voilà, à vous.

poildechameau
24/04/2006, 14h10
La grande bouffe ça tente quelqu'un? http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

Le-Solitaire
25/04/2006, 07h38
Posté par GPM:
C'est toujours mieux que les héros qui massacrent des gens qu'ils ne connaissent pas au nom d'une idée complètement floue dont chacun a une définition différente.
Faudrait pas tout mélanger là. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif


Mais bon quand quelqu'un se suicide, il vaut mieux l'accuser de lâcheté, d'égoïsme, et pourquoi pas de chouiner pour un rien, ça évite d'avoir à se poser la question "Qu'est-ce que j'aurais pu faire pour l'aider à vivre?".
Des suicidés, je n'en connais pas personnellement.
Mais des dépréssifs, ouais.
Des gens au bord du gouffre, ouais.
Des gens qui pense à passer par la fenêtre, ouais.
Mais s'ils ne l'ont pas fait, c'est peut-être justement parce que j'en discute avec eux.
Des fois c'est chiant de les écouter. Tu te dis qu'est-ce qu'ils ont tout le temps à se plaindre. Ils ne voyent pas que même avec des problèmes, leurs vies est carrément mieux que dans d'autres parties du monde ?
"Ma grand-mère est morte, l'école ça me fait chier, ma copine m'a largué et en plus j'ai plus d'amis. Ma vie est foutue, je vais me suicider."
Quand on te le dit une fois, tu rigoles.
Mais quand ça devient répétitif, là tu te dit que le gars à un problème.
Il ne voit pas qu'il est en bonne santé, qu'il a un logement, un certain confort, une famille.
Le gars, il ne pense qu'à sa gueule. Mettre fin à sa vie, ça va mettre fin à ses problèmes mais va en causer combien à son entourage ?

"Ah mais non, tu te rends pas compte, le gars, il est super courageux. Tu te rends compte ? Il va se tuer de sa propre volonté. C'est la clâââsse quand même. Il va dire merde à tout le système qui lui pourrit la gueule."
http://ballanais.monforum.fr/images/smiles/icon_confused.gif


Finalement c'est de sa faute,
Oui, carrément. Quand on frôle le raz des paquerettes, soit on relève la tête et on affronte les difficultés (mais pour ça encore faut-il se sortir les doigts du cul) , soit on s'écrase et là plus de problèmes.


je m'en lave les mains et j'irais même cracher sur sa tombe parce que vraiment on peut pas compter sur lui.
Non, à la limite je m'en fou.


C'est ça que tu voulais dire Le-Solitaire?
http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif
Ben pas exactement non. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif


Posté par Sammy :
mais le fait de passer à l'acte est pour moi un acte d'un courage

Posté par moi :
(d'autres me diront le contraire, foutaise !).

Shilderick
26/04/2006, 09h21
Originally posted by Le-Solitaire:
J'ai toujours considérer le suicide comme une énorme preuve de lacheté (d'autres me diront le contraire, foutaise !). C'est beaucoup plus simple d'abandonner. Mais est-ce que c'est mieux ? Certainement pas.
En plus d'être lache, c'est égoïste. Contrairement à ce que le suicidé pense, il y a toujours quelqu'un qui l'aime et qu'il va faire souffrir.

Je n'ai jamais pensé à me suicider mais j'ai déjà penser au suicide. Je n'ai pas pensé à passer à l'acte mais j'ai déjà réfléchi sur l'acte en lui-même.

Et il n'y a pas de "tentative de suicide". Il y a des suicides et il y a des appels à l'aide.

Tu n'as pas du beaucoup souffrir dans ta vie pour balancer un tel tissus d'inepties et de jugements peremptoires. Si tu n'as jamais envisagé de passer à l'acte je vois mal comment tu peux te permettre de juger les motivations et la souffrance de ceux qui l'ont fait, à te lire je ne ai pas plus le sentiment que ta divine empathie ait sauvé ta réflexion du naufrage.. Je te concède juste que l'idée de ne pas faire souffrir ceux qui nous aiment est surement un frein quand bien meme leur souffrance ne serait probablement pas comparable à celle qui nous pousserait à passer à l'acte. Pour le reste je rejoins GPM. Désolé je suis sur que tu n'as pas un mauvais fond mais là sincèrement je trouve ton discours consternant.

Le-Solitaire
26/04/2006, 14h22
Bien sur que j'ai eu des problèmes.
Y a des moments j'étais pas loin du fond du gouffre. C'est en partie à cause de ça que je me suis renfermé et que je suis devenu un solitaire mais j'ai jamais eu envie de mourir.
http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif

Arkanne
26/04/2006, 15h03
Le titre du topic est très clair, il parle de notre attitude personnelle face au suicide et non de condamner l'acte ou ceux qui n'ont pas aidé le suicidé que ce soit la société ou l'entourage immédiat.
En tout cas qualifier de lâche celui qui a pris une telle décision est très déplacé et dénote un manque de respect invraisemblable pour toute personne qui n'aurait pas les mêmes opinions que toi, le solitaire.

Le-Solitaire
26/04/2006, 15h44
Putain mais merde. Le suicide c'est un fléau chez les jeunes et vous vous êtes là en train de dire que c'est bien, que c'est courageux.
Faut arrêter à un moment.

Alors ouais, je suis tout ce que vous voulez, irrespectueux, égoïste, sans coeur, borné, mais vous ne me ferez pas changer d'avis.
http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-mad.gif

Ramoran
26/04/2006, 16h08
Donc si un jeune sait que le suicide est considéré comme une lâcheté, il va se retenir en disant: "merde on dira de moi que je suis lâche, je ne vais pas faire ça, je tiens trop à l'approbation des autres pour qu'on me juge ainsi!"

Nemesis-Sight
26/04/2006, 19h20
Je ne vais pas m'amuser à reprendre tous les propos qui m'ont paru intéressant, mais je vais donner un avis plus ou moins général.
Le-Solitaire je comprends ton point de vue, mais parfois c'est la seule échappatoire en se disant que ça ne finira jamais par aller mieux alors autant en finir. Pouvoir se sortir d'une situation très malheureuse demande une certaine volonté, que n'ont pas forcément les gens. Et dans ce cas on s'en fout complètement de la misère dans les pays pauvres, d'avoir un toit, une famille etc.
C'est vrai que se sortir des problèmes forgent la personnalité, la preuve tu es devenu plus solitaire, et ça se sent dans tes remarques que tu l'es.

Des fois c'est chiant de les écouter. Tu te dis qu'est-ce qu'ils ont tout le temps à se plaindre.
Mais as-tu essayé de te mettre à leur place, as-tu traversé ce qu'ils ont traversé. Si oui c'est que tu as plus de force de caractère qu'eux. Mais il ne faut pas juger les autres. C'est un fléau chez les jeunes, soit, mais il faudrait d'abord savoir pourquoi certains en sont arrivés là plutôt que de dire que ce sont des lâches.

Donc si un jeune sait que le suicide est considéré comme une lâcheté, il va se retenir en disant: "merde on dira de moi que je suis lâche, je ne vais pas faire ça, je tiens trop à l'approbation des autres pour qu'on me juge ainsi!"
Même si elle ne m'est pas destinée en voilà une remarque qu'elle est décevante....

Sinon GPM tu as un style inimitable pour dire les choses. http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif

JediMAX
27/04/2006, 01h58
"Ma grand-mère est morte, l'école ça me fait chier, ma copine m'a largué et en plus j'ai plus d'amis. Ma vie est foutue, je vais me suicider."
Là c'est ridicule, en effet.

"J'ai été violé plusieurs fois étant enfant, ma famille m'a abandonné, j'ai perdu mes amis, je ne ressens jamais de plaisir ni de joie, et je me demande bien pourquoi je continue à subir."
Là ça me semble déjà plus compréhensible.

Le suicide n'est ni courageux, ni lache. C'est un moyen de dire "j'arrête". La vie est un cadeau, mais tout le monde n'a pas la même, et il y a divers degrés de difficultés... Je suis contre le suicide, moi aussi, parce que je pense que la vie vaut d'être vécue, donc j'écoute beaucoup les gens qui ont des "problèmes", et j'essaye de les aider. Et il y en a qui me font bien "marrer" dans le fond (avec de gros guillemets pcq même si la raison semble dérisoire, la souffrance, elle, est bien réelle), avec des "ah, mon grand père est mort il y a cinq ans, c'est trop dur, j'y pense souvent...", surtout quand tu entends ce que j'ai écrit plus haut (voir pire... bien pire) de la part d'autres personnes quelques jours avant.

Il y a des gens qui se suicident par "facilité", mais il y en a qui n'ont vraiment aucune raison de continuer à vivre, à part pour "sauver les apparences". Mais à quoi ça sert de souffrir chaque jour, chaque heure et chaque seconde ? Quand tu n'arrives plus à ressentir quoique ce soit, et que tu enchaines les années, monotones et insipides, juste pour dire de ne pas céder ? Quand la situation n'évoluera pas, car ce sont tes perceptions les plus profondes qui sont touchées ?

J'aime vivre. Mais je comprends que ça ne soit pas le cas de tout le monde.

Vae-primat
27/04/2006, 02h12
Pouvoir se sortir d'une situation très malheureuse demande une certaine volonté, que n'ont pas forcément les gens.
Faut pas non plus mettre tous les suicidés sur le même plan. Que ce soit pour Le_Solitaire qui estime que ce sont des lâches ou pour d'autres qui estiment qu'ils sont courageux.
Il faut bien se dire que pour ceux qui passent à l'acte, c'est une évidence, une solution à leurs problèmes. Après on peut épiloguer sur la pertinence de cette solution, la consistance des problèmes qui les ont amenés là et le but recherché, cela n'en change pas moins la finalité de l'acte.
Pour en avoir côtoyés, de leur vivant,je peux dire qu'à part ceux qui l'ont mûrement réfléchie comme étant une solution "digne", les autres voient cela comme une "remise à zero des compteurs", une sorte de renaissance.

Et dans ce cas on s'en fout complètement de la misère dans les pays pauvres, d'avoir un toit, une famille etc.
Faux! Ce n'est valable que dans un nombre très restreint de suicides. La plupart des suicidés y pensent (c'est même une des causes pour laquelle nombreux sont ceux qui ne passent pas à l'acte=>comme c'est aussi une des causes pour laquelle d'autres le font=>ça prouve bien qu'ils s'en foutent pas)

Des fois c'est chiant de les écouter. Tu te dis qu'est-ce qu'ils ont tout le temps à se plaindre.

Mais as-tu essayé de te mettre à leur place, as-tu traversé ce qu'ils ont traversé.
Pourquoi crois-tu qu'il faut absolument traverser une dure épreuve pour se suicider?
Que dire alors de l'étudiant qui se suicide pour avoir raté un examen?
Ou des amoureux qui se suicident pour se prouver leur amour ? (façon Roméo et Juliette)
Pour avoir traversé des épreuves, je comprends le point de vue du Solitaire lorsqu'il les traîte de lâches. C'est le seul qualificatif qui vient en tête lorsqu'on compare la situation qu'on vit avec la solution que d'autres ont choisie pour des situations parfois bien meilleures.
Comment qualifier un gars qui, par rapport à vous, a tout pour s'en sortir et qui choisit de se suicider parce qu'il doit faire des concessions sur son confort?=>Dans ce cas, c'est clairement de la lâcheté.
Par contre, le gars qui met fin à ses jours, pour éviter d'être un poids et une souffrance pour sa famille(longue maladie incurable), fait acte de courage et preuve d'amour pour ses proches.

Donc si un jeune sait que le suicide est considéré comme une lâcheté, il va se retenir en disant: "merde on dira de moi que je suis lâche, je ne vais pas faire ça, je tiens trop à l'approbation des autres pour qu'on me juge ainsi!"

Même si elle ne m'est pas destinée en voilà une remarque qu'elle est décevante....
Je crois que la remarque se voulait ironique http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif
Cependant on s'accorde pour dire que le suicide est un appel à l'aide. Et un appel à l'aide n'est-ce pas une façon de demander un peu de considération?
Et qu'est-ce la considération sinon une façon d'appréhender l'approbation des autres?

Si la finalité de l'acte est la même, les raisons qui poussent à cette extrèmité sont multiples. On ne peut donc trancher qu'en connaissance de cause, et par rapport à l'individu mis en question, pour "décider" si c'est un acte de lâcheté, de courage, de bravade ou de simple bêtise.

Shilderick
27/04/2006, 03h34
Pourquoi crois-tu qu'il faut absolument traverser une dure épreuve pour se suicider?
Que dire alors de l'étudiant qui se suicide pour avoir raté un examen?
Ou des amoureux qui se suicident pour se prouver leur amour ? (façon Roméo et Juliette)
Pour avoir traversé des épreuves, je comprends le point de vue du Solitaire lorsqu'il les traîte de lâches. C'est le seul qualificatif qui vient en tête lorsqu'on compare la situation qu'on vit avec la solution que d'autres ont choisie pour des situations parfois bien meilleures.
Comment qualifier un gars qui, par rapport à vous, a tout pour s'en sortir et qui choisit de se suicider parce qu'il doit faire des concessions sur son confort?=>Dans ce cas, c'est clairement de la lâcheté.
Par contre, le gars qui met fin à ses jours, pour éviter d'être un poids et une souffrance pour sa famille(longue maladie incurable), fait acte de courage et preuve d'amour pour ses proches.


Ton postulat (et tu n'es pas le seul) semble etre que nous sommes tous égaux face à la vie, meme vécu affectif, memes valeurs, memes blessures etc.. désolé c'est un peu plus compliqué que ça quand bien meme 2 personnes ont en apparence exactement les memes chances et les memes difficultés ça ne permet pas pour autant de les considérer de la meme façon particulièrement en ce qui concerne leur souffrance morale, partant de là, cette lacheté sur laquelle tu t'accordes avec Le solitaire -> poubelle. Un étudiant qui se suicide parce qu'il a raté un examen ça te parait peut etre d'une totale vacuité, en attendant s'il en arrive là c'est que son examen est probablement devenu sa principale raison de vivre la faute à une certaine éducation stygmatisant l'échec ou la réussite, qu'est ce qui te permet de juger sa souffrance, le dénument extreme dans lequel le plonge cet échec, la brutalité du choc, la honte..
Quelqu'un qui doit sacrifier son confort et qui se suicide c'est un lache ? Tout dépend de la vie qu'il a vécu. Un chef d'entreprise qui du jour au lendemain fait faillite, doit vendre les meubles, se retrouve Rmiste, doit assumer ça devant sa petite famille et se suicide je ne trouve pas ça lache quand bien meme il laisse ses proches sur le carreau, encore une fois difficile d'évaluer la souffrance extreme liée à la brutalité d'un tel changement..

Ce que je trouve lache en revanche c'est de se permettre de juger les autres et leur souffrance en fonction des apparences, de critères bien établis, de petits schémas mesquins, bien convenus, bien stéréotypés, de mettre les gens et leur douleur dans des petites cases comme si on pouvait comprendre ce qui pousse fondamentalement quelqu'un à commetre un acte aussi extreme que de se donner la mort, c'est vraiment une vision particulièrement médiocre et limitée de son prochain.

GrandPapaMagie
27/04/2006, 04h08
Le suicide n'est pas l'apanage des miséreux. Certes le suicide d'une stupide pute trop gâtée ("stupid spoiled whore" dans le texte) ne m'émeut que très peu, à la limite j'applaudis, maisil n'y a pas besoin d'être violé(e), à la rue, drogué(e) et prostitué(e) pour avoir une légitimité du suicide. Du genre oui alors dans notre cercle de grands philosophes, nous avons considéré la situation et effectivement madame Ducobu avait suffisamment d'éléments pour avoir le droit au suicide, nous approuvons donc. Par contre monsieur Dupont là c'est pas bon du tout regardez sa fiche : il a encore tous ses parents! non non ça passe pas, c'est un lâche.
Je ne parlerai pas des suicides compulsifs (par amour par exemple), qui relèvent plus d'une instabilité mentale que d'une véritable décision.
Quelque soit la situation de la personne, elle subit des aggressions stressantes qui déstabilisent son équilibre mental, son bien-être. On peut parler de l'échelle de Holmes (petit document ici (http://www.antredudragon.com/impact.html)), le stress étant un facteur du suicide. Et la richesse et le confort apparent ne protègent pas de la dépression et du stress. Pour en savoir plus sur la dépression, vous pouvez lire Face aux ténèbres de William Styron, ça vous évitera de dire des inepties sur la lâcheté ou le courage. J'espère que tout le monde envisage le fait qu'on puisse être riche et malheureux.
Autre chose, la douleur infligée aux autres par le suicide est un élément qui tend à faire renoncer au suicide. Bizarrement, si on prend la définition de lâcheté, on peut déduire que c'est lâche de renoncer au suicide par peur de faire mal. Comme quoi l'idée de courage ou de lâcheté dans un suicide, ça n'a pas vraiment de sens.

En résumé, au lieu de croire qu'on dit que le suicide c'est bien, il faut plutôt réfléchir sur les causes et ne pas croire qu'elles sont futiles. Un peu d'ironie : c'est bien connu qu'exprimer ses sentiments c'est d'une facilité déconcertante et c'est pour ça que ceux qui envisagent le suicide sont toujours clairs, parlent de leur raison profonde sans inhibition, et donc quand quelqu'un dit qu'il va se suicider parce que son grand-père est mort, il est vraiment con.
En gros, Le-Solitaire, la véritable raison du désir de suicide, si tant est que ce n'est pas juste l'effleurement de l'idée qui repartira très vite, on ne te le dit pas. Parce que c'est ce qui fait mal et qui est inexprimable.

Pour aller plus loin dans les causes de ce "fléau des jeunes", il serait bon de rappeler que dans ce pays de fainéants qu'est la France, on trouve le plus grand nombre de suicide au monde (le Japon est loin derrière, contrairement aux délires de Pujadas qui sont plutôt sur le devant car il est un peu con sur les bords et beaucoup au milieu), le facteur de déprime principal est le stress au travail, et... ô combien fainéants que nous sommes, les Français sont les travailleurs les plus productifs au monde si on considère le CA/travailleur. Marrant ça non ?

Après, c'est la structure mentale dès la naissance qui permet d'endurer plus ou moins de stress. Quelqu'un qui ne vit avec pas grand chose dans un bidonville, habitué depuis toujours à la difficulté et voyant qu'autour de lui les gens continuent à vivre sera plus à l'épreuve des balles qu'un nanti qui a besoin du soutien de toute sa famille pour vivre alors que celle-ci le laisse errer dans une existence vide de structure.

Après c'est toujours mieux d'apprendre à quelqu'un à pêcher plutôt que de lui donner un poisson, mais c'est toujours mieux que de lui dire "à manger? bah débrouille-toi moi j'y arrive bien". Ainsi Le-Solitaire tu es bien plus égoïste en t'isolant qu'un suicidaire "sans problème". C'est même lâche d'abandonner ses amis plutôt que de leur apprendre à faire face à ce que toi tu penses être une futilité. On a pas tous la même expérience de la vie, je ne vais pas dire que tu es devenu solitaire pour des futilités, alors respecte ceux qui sont en difficulté devant une petite marche à franchir quand tu as un mur devant toi.

Arkanne
27/04/2006, 04h12
Shilderick : <span class="ev_code_BLACK">+1</span>


"Ce que je trouve lache en revanche c'est de se permettre de juger les autres et leur souffrance en fonction des apparences, de critères bien établis, de petits schémas mesquins, bien convenus, bien stéréotypés, de mettre les gens et leur douleur dans des petites cases comme si on pouvait comprendre ce qui pousse fondamentalement quelqu'un à commetre un acte aussi extreme que de se donner la mort, c'est vraiment une vision particulièrement médiocre et limitée de son prochain.

Jedimax quote :

"Il y a des gens qui se suicident par "facilité", mais il y en a qui n'ont vraiment aucune raison de continuer à vivre, à part pour "sauver les apparences". Mais à quoi ça sert de souffrir chaque jour, chaque heure et chaque seconde ? Quand tu n'arrives plus à ressentir quoique ce soit, et que tu enchaines les années, monotones et insipides, juste pour dire de ne pas céder ? Quand la situation n'évoluera pas, car ce sont tes perceptions les plus profondes qui sont touchées ?

J'aime vivre. Mais je comprends que ça ne soit pas le cas de tout le monde."

<span class="ev_code_BLACK">+1 ( tu vois tout arrive) http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_smile.gif</span>

Vae quote :

"Je crois que la remarque se voulait ironique
Cependant on s'accorde pour dire que le suicide est un appel à l'aide. Et un appel à l'aide n'est-ce pas une façon de demander un peu de considération?
Et qu'est-ce la considération sinon une façon d'appréhender l'approbation des autres?

<span class="ev_code_BLACK">Peut être pour les suicides volontairement ratés, sinon qu'est ce qu'on s'en fout !</span>

Si la finalité de l'acte est la même, les raisons qui poussent à cette extrèmité sont multiples. On ne peut donc trancher qu'en connaissance de cause, et par rapport à l'individu mis en question, pour "décider" si c'est un acte de lâcheté, de courage, de bravade ou de simple bêtise."

<span class="ev_code_BLACK">Même en "connaissance de cause" je ne me permettrais jamais de juger un tel acte, encore moins de le cataloguer de "simple bêtise". Si les gens bêtes se tuaient tous, quel pas en avant pour l'humanité ! http://forums.ubi.com/images/smilies/88.gif</span>

Nemesis-Sight
27/04/2006, 05h36
Faut pas non plus mettre tous les suicidés sur le même plan. Que ce soit pour Le_Solitaire qui estime que ce sont des lâches ou pour d'autres qui estiment qu'ils sont courageux.
Je ne parle pas là de lâcheté ou de courage, et je ne suis pas psychologue et ne prétend pas l'être. Mais comme l'a dit Shilderick tout le monde n'a pas le même vécu, ne lui donnant pas les mêmes « armes » pour faire face, sans pour autant dire quelque soit le problème, mais je suis certain que la force de caractère d'un individu joue sur le passage à l'acte ou non.

Faux! Ce n'est valable que dans un nombre très restreint de suicides. La plupart des suicidés y pensent (c'est même une des causes pour laquelle nombreux sont ceux qui ne passent pas à l'acte=>comme c'est aussi une des causes pour laquelle d'autres le font=>ça prouve bien qu'ils s'en foutent pas)
Là j'en doute très sérieusement, je me demande sur quoi tu te bases.

Je crois que la remarque se voulait ironique http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif
Merci http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif
Bien sûr que c'est ironique, mais dans la mesure où il est profondément ancré dans sa manière de penser, ce n'est pas ce genre de phrase qui le fera changer d'avis.

Vae-primat
27/04/2006, 10h58
Là j'en doute très sérieusement, je me demande sur quoi tu te bases.

Sur les déclarations de ceux qui, justement, ne sont pas passés à l'acte.
Pour les autres il faudra attendre que je sois décedé pour que je puisse tailler un bavette avec eux (tu m'en voudras pas si je suis pas pressé. Il faut dire que le sujet ne m'intéresse pas à ce point d'une part et d'autre part j'ai des doutes quant'aux facultés médiumniques susceptibles de promouvoir un dialogue avec les défunts=>Ce serait idiot d'avoir la réponse et de ne pas pouvoir la communiquer http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

serioussamus
27/04/2006, 12h46
Voilà, je reviens pour me changer les idées et parce que ça fait longtemps et je tombe sur un sujet comme ça ! Et bin ! http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

Sujet intéressant, ceci dit (d'une certaine manière).


Tout d'abord, pour répondre au poll:
envisagé, jamais très sérieusement.

Sinon comme beaucoup, je me suis longtemps demandé si c'était lâche ou courageux de se suicider...Bin je cherche encore...C'est au cas par cas...
Mieux, je sais qu'il n'y ni l'un ni l'autre; et mieux encore, je ne juge absolument pas ceux qui le font réellement.
Tu l'as dit toi-même Le-Solitaire:

il n'y a pas de "tentative de suicide". Il y a des suicides et il y a des appels à l'aide.
Et pour moi, quelqu'un qui répète ça:

"Ma grand-mère est morte, l'école ça me fait chier, ma copine m'a largué et en plus j'ai plus d'amis. Ma vie est foutue, je vais me suicider."

Déjà, effectivement, il a un problème, ensuite, s'il ne s'est toujours pas suicidé depuis qu'il te dit ça, c'est qu'il a besoin d'aide.
Donc on ne peut pas le traiter lâche, non ?

Je suis d'accord avec le fait qu'on peut très bien ressentir le besoin de mettre fin à sa vie même si l'on vit dans l'opulence (en ayant aucun problème de l'ordre financier quoi).
Par contre, l'idée de savoir qu'il y a toujours pire que soi, je ne suis pas sûr que ça marche pour tout le monde. Je crois que ça dissuade le petit pourcentage de suicidaire plutôt indécis, rien de plus.
Je veux dire que, si jamais je pensais sérieusement au suicide, je pense pas que ça m'arrêtera. J'ai conscience constamment que je suis chanceux, et même privilégié.

Hum...c'est vrai qu'on peut dire "on a qu'une vie, c'est con de la gâcher"...mouais...
J'aurais plutôt tendance à penser: "chacun est libre. C'est sa vie, il en fait ce qu'il veut. Libre d'y mettre un terme, ou de continuer, je n'ai pas à juger."
Comme ça a déjà été dit, le suicide peut être une fin "digne" en soi. Il y en a qui restent et qui sombrent dans l'alcoolisme, le tabagisme ou toute sorte de drogue, bref, qui gâchent leur vie également. Est-ce pour autant qu'ils ont plus de mérite que ceux qui se sont suicidés parce que, eux, ils ont continué à vivre ?

Donc, finallement, j'essaye de ne pas juger.

Autant je trouve qu'effectivement se tuer sur un coup de tête, c'est un peu con sur les bords, autant quelqu'un qui y a longuement réfléchi j'ai rien à dire.


Voila voila, salut à tous, sur ce topic joyeux...

Nemesis-Sight
27/04/2006, 16h56
Sur les déclarations de ceux qui, justement, ne sont pas passés à l'acte.
Pour les autres il faudra attendre que je sois décedé pour que je puisse tailler un bavette avec eux (tu m'en voudras pas si je suis pas pressé. Il faut dire que le sujet ne m'intéresse pas à ce point d'une part et d'autre part j'ai des doutes quant'aux facultés médiumniques susceptibles de promouvoir un dialogue avec les défunts=>Ce serait idiot d'avoir la réponse et de ne pas pouvoir la communiquer http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif

Ahem oookk je crois que je vais devoir reformuler alors, te bases tu uniquement sur le récit de tes connaissances qui ne sont pas passées à l'acte, ou as-tu lu une étude sérieuse sur le sujet.
Parce que penser aux pays pauvres quand tout s'écroule autour de soi, c'est pas que j'en doute, mais c'est que c'est complètement idiot. Mis à part pour chercher une excuse pour ne pas le faire, mais quelqu'un de déterminer n'y pensera pas.

Vae-primat
27/04/2006, 21h15
Ton postulat (et tu n'es pas le seul) semble etre que nous sommes tous égaux face à la vie, meme vécu affectif, memes valeurs, memes blessures etc.
Justement non. Mon postulat est que nous sommes tous différents. C'est d'ailleurs ce qui fait la difficulté lorsqu'on se trouve face à un candidat au suicide. Contrairement à ce que tu penses, un candidat au suicide donne toujours des signes de sa décision. Malheureusement pour certains, on ne voit ces signes que trop tard.
Ce que tu sembles oublier c'est que dans l'optique du suicidé, il ne met pas fin à sa vie, il met fin à ses ennuis. Et c'est sur cette distinction qu'on arrive à le faire changer d'avis.

s'il en arrive là c'est que son examen est probablement devenu sa principale raison de vivre la faute à une certaine éducation stygmatisant l'échec ou la réussite, qu'est ce qui te permet de juger sa souffrance, le dénument extreme dans lequel le plonge cet échec, la brutalité du choc, la honte..

Bien sûr qu'on peut trouver toutes les excuses du monde pour un acte. Et bien sûr que si l'étudiant en question passe ses nuits à faire la bringue c'est pas normal qu'il rate son examen. Dans ce cas tu m'expliques pourquoi il a invité toute la classe pour assister à son suicide pour l'avoir raté?
Comme tu dis plus bas, tout dépend des circonstances que les gens vivent et du ressenti qu'ils en tirent. C'est aussi une réalité que l'acte en lui même exprime un état d'esprit qu'il est difficile à cerner car même en côtoyant tous les jours un individu on n'a pas souvent le temps de s'y intéresser autant qu'on le devrait. Et souvent le suicide soulève plus de questions qu'il ne donne de réponses.
Et comme chaque cas est unique on ne peut dresser une fiche, ni les cataloguer. On ne peut souvent que constater.
Et que tu le veuilles ou non, que cela te choques ou pas, les raisons d'un suicide vont de la stupide bravade à l'acte de courage en passant par tous les stades intermédiaires dont la lâcheté fait partie : c'est une simple constatation, pas un jugement.
Et alors? Qu'est-ce qui change? Le résultat poursuivi est le même : mettre un terme à ses ennuis. Et c'est une vision particulièrement lucide d'appréhender son prochain car suivant sa façon de réagir face à une difficulté on peut agir à temps pour l'empêcher de passer à l'acte.
Là bien sûr tu me diras qu'il est libre de le faire et bien sûr deux lignes plus bas tu exprimeras haut et fort ton opposition à la peine de mort en oubliant allégrement qu'il s'agit de la même chose : il n'y a que le juge et le bourreau qui changent!!
Moi je suis pour la peine de mort pour les assassins récidivistes mais je me bats pour montrer au candidat au suicide que malgré toutes les difficultés, la vie vaut la peine d'être vécue. (Je sais, je suis un utopiste)

Peut être pour les suicides volontairement ratés, sinon qu'est ce qu'on s'en fout
Pas tant que ça et pas seulement pour ceux qui se sont ratés mais aussi pour tous les autres. Consciemment ou inconsciemment nous recherchons tous une certaine approbation. L'appartenence à un groupe, la façon de s'habiller, les endroits qu'on fréquente, etc sont tous guidés par des choix plus ou moins conscients de l'approbation des gens qui nous entourent.

Même en "connaissance de cause" je ne me permettrais jamais de juger un tel acte, encore moins de le cataloguer de "simple bêtise". Si les gens bêtes se tuaient tous, quel pas en avant pour l'humanité !

Encore une fois, il ne s'agit pas de juger mais de constater. Bien sûr derrière la "simple bêtise" il y a souvent un dérangement mental qui fait perdre le sens des réalités au candidat suicidaire. (la "simple bêtise" c'est le simulacre d'un suicide en supposant qu'elle ou lui arriverait à temps pour le/la sauver et qui se termine tragiquement=>on peut aussi l'appeler un accident imprévu si tu veux, ça n'y change rien c'est une mort bête!)
Désolé, pour moi il n'y a pas de gens bêtes. Il y a des gens de sensibilité différente. Et chacun a son opinion ou son point de vue sur le sens de la vie. Quant'à savoir si l'humanité ferait un bond, je me poserais la question de savoir dans quel sens on va bondir et est-ce que cela serait nécéssairement un bien pour l'Humanité.

Parce que penser aux pays pauvres quand tout s'écroule autour de soi
Non, là,il y a quiproquo. Je ne parlais pas de penser aux pays pauvres mais de penser à la famille et relations.
Les pays pauvres c'est bien le dernier de leurs soucis.
Par contre la famille joue un grand rôle, pour dissuader ou pour inciter au suicide, suivant toujours la situation. Une fille qui pense au suicide parce qu'elle est violée par son père avec l'accord tacite de la mère, c'est pas la famille qui va la retenir, bien au contraire. Par contre un jeune en manque de repères n'arrivant plus à communiquer avec ses parents, le fait de rétablir un dialogue avec eux peut le décider à renoncer. Encore une fois chaque cas est different et dans les exemples cités plus haut la "solution" peut être diametralement opposée c'est pourquoi, lorsqu'on "detecte" un candidat au suicide, il vaut mieux laisser faire un spécialiste sans pour autant laisser choir le candidat au suicide.

Randall-Flagg
28/04/2006, 14h45
j'ai répondu: une possibilité parfaitement envisageable.

Rassurez vous je pense que les probabilités pour que je me suicide sont pratiquement nul.

Je n'aurais du tout répondu de la même façon il ya quelques années car je pour moi l'instinct de survie est quelque chose de très puissant et avant pour moi l'acte suicidaire était incompréhensible.

Ce sont des images terribles du 11 septembre qui m'ont fait évoler sur la question. Celles de ces gens qui se sont jetés du haut des tours.
Ils ont sauté en sachant qu'il allaient mourir. De toutes façons ils ne pouvait pas s'en sortir; alors ils ont choisi la fin la moins douloureuse. Tout ces gens auraient préférés vivre mais ils ne pouvaient que choisir leur mort.

Ca m'a fait réfléchir sur les suicides """ordinaires""" (j'ai mis assez de guillements?). les personnes qui se suicides le font parce qu'elles ne trouvent pas d'échappatoir à leur problèmes (émotionels, ...); elles ne peuvent pas choisir la vie.
La solution ne peut venir que de l'extérieur, une main tendue, une échelle de secours pour que ces personnes puissent choisir la vie.


On ne sait pas ce que nous réserve la vie et peut être qu'un jour je me retrouverai dans une situation physique ou émotionnelle pour laquelle je ne trouverai pas d'échappatoire et je j'envisagerai sérieusement le suicide.
Peut être qu'il existe toujours une solution mais quelque fois on est tout simplement incapable de la trouver tout seul ou on a pas les outils nécessaires.

Ramoran
28/04/2006, 14h56
Donc presque la moitié n'envisagent même pas le suicide, ne veulent pas y penser... J'étais pourtant persuadé que cette idée avait sérieusement traversé la tête de tout le monde tellement elle allait de soi.
Donc au moins l'un de mes polls m'aura appris quelquechose http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

Ponette1
28/04/2006, 15h02
Je ne croix pas me suiccider bien tôt.
Je presfaire succider les autres quand ils sont meshants ! http://forums.ubi.com/images/smilies/cry.gif Mais j'ai mâle au coeur si je le fé alors je ne le fé pas ! http://forums.ubi.com/images/smilies/cry.gif

Llian
30/04/2006, 07h31
Je fais partie de ceux qui ne comprennent pas qu'on puisse juger un tel acte...
Qui peut prétendre avoir la moindre idée du ressenti, de la souffrance d'un autre être humain ? même en connaissant les faits et les circonstances, la sensibilité de chacun est unique...
Pour ma part j'ai répondu "une tentation à laquelle il a été difficile de résister"... c'est ce qui me semble le plus proche. En fait ça n'a été qu'une seule fois. Et si j'avais été seule à ce moment, je reste persuadée que je serais passée à l'acte. Pour reprendre les mots de certains, sur le moment (et cela n'a duré que quelques heures) c'était "une évidence", il fallait que je disparaisse, c'est tout... Je ne voulais plus "être".
Pourquoi ? peu importe... je n'avais tout simplement plus la force d'exister... Trop de souffrance, trop longtemps, et l'instinct de survie s'était éteint. Les raisons de ces souffrances étaient sans aucun doute dérisoires au regard d'autres malheurs... mais ma souffrance était réelle, elle m'a usée, rongée, jour après jour, mois après mois... et lorsqu'elle est arrivée au dernier os, soudainement je me suis sentie étrangement bien : c'était fini, la solution était là, je disparaissais, et voilà...
Bien sur que j'avais tord, bien sur qu'il y avait d'autres solutions, mais à ce moment là j'étais tout simplement dans une autre réalité. Je me suis vue très serainement prendre ma voiture et aller m'écraser à pleine vitesse contre un mur...
On m'en a empêchée.
Depuis ce jour en y repensant j'en ai des frissons dans le dos. L'instinct de survie est revenu, presque aussi vite qu'il m'avait abandonnée... Pourtant si j'avais été seule à ce moment là, je ne serais plus là pour en parler. J'ai eu énormément de chance.


Quand on frôle le raz des paquerettes, soit on relève la tête et on affronte les difficultés (mais pour ça encore faut-il se sortir les doigts du cul) , soit on s'écrase et là plus de problèmes.
Le Solitaire... tes jugements sont attérrants d'insensibilité et d'inhumanité... Mais garder une telle distance avec la souffrance des autres est sans doute un bon moyen de se protéger...
Le plus lâche n'est pas toujours celui qu'on croit...

Le-Solitaire
02/05/2006, 07h27
Posté par Ramoran :
Donc si un jeune sait que le suicide est considéré comme une lâcheté, il va se retenir en disant: "merde on dira de moi que je suis lâche, je ne vais pas faire ça, je tiens trop à l'approbation des autres pour qu'on me juge ainsi!"
C'est sûr que lui dire que le suicide c'est courageux, ça va tout de suite plus l'empêcher de passer à l'acte.


Posté par Jedi :
Je suis contre le suicide, moi aussi, parce que je pense que la vie vaut d'être vécue, donc j'écoute beaucoup les gens qui ont des "problèmes", et j'essaye de les aider. Et il y en a qui me font bien "marrer" dans le fond (avec de gros guillemets pcq même si la raison semble dérisoire, la souffrance, elle, est bien réelle), avec des "ah, mon grand père est mort il y a cinq ans, c'est trop dur, j'y pense souvent...", surtout quand tu entends ce que j'ai écrit plus haut (voir pire... bien pire) de la part d'autres personnes quelques jours avant.
C'est ce que je voulais dire. Sans aller jusqu'à la famine en Afrique ou des atrocités comme ça, quand un pote à envie de se suicider pour une raison que je considère comme futile alors qu'à côtés je connais d'autres personnes qu'ont vécu des trucs pires et qui eux profitent à fond de la vie, j'ai envie de mettre deux baffes au gars pour qu'il ouvre un peu les yeux sur la réalité de ses problèmes.


Posté par Vae :
Pourquoi crois-tu qu'il faut absolument traverser une dure épreuve pour se suicider?
Que dire alors de l'étudiant qui se suicide pour avoir raté un examen?
Ou des amoureux qui se suicident pour se prouver leur amour ? (façon Roméo et Juliette)
Pour avoir traversé des épreuves, je comprends le point de vue du Solitaire lorsqu'il les traîte de lâches. C'est le seul qualificatif qui vient en tête lorsqu'on compare la situation qu'on vit avec la solution que d'autres ont choisie pour des situations parfois bien meilleures.
Comment qualifier un gars qui, par rapport à vous, a tout pour s'en sortir et qui choisit de se suicider parce qu'il doit faire des concessions sur son confort?=>Dans ce cas, c'est clairement de la lâcheté.
Merci.http://www.battle-arenas.net/images/smiles/48.gif


Posté par Shilderick :
Un chef d'entreprise qui du jour au lendemain fait faillite, doit vendre les meubles, se retrouve Rmiste, doit assumer ça devant sa petite famille et se suicide je ne trouve pas ça lache quand bien meme il laisse ses proches sur le carreau, encore une fois difficile d'évaluer la souffrance extreme liée à la brutalité d'un tel changement.
Je ne suis entièrement pas d'accord avec toi.
Si malgré cet échec, il arrive à s'en sortir, alors là oui, je dirai chapeau, quel courage il a eu de surmonter cette épreuve.


Posté par GPM :
Ainsi Le-Solitaire tu es bien plus égoïste en t'isolant qu'un suicidaire "sans problème".
Surement, mais à la différence du suicidé, mon comportement est réversible.


Posté par GPM :
C'est même lâche d'abandonner ses amis plutôt que de leur apprendre à faire face à ce que toi tu penses être une futilité.
(...)
...alors respecte ceux qui sont en difficulté devant une petite marche à franchir quand tu as un mur devant toi.

C'est justement parce que je les aide que je ne connais pas de suicidés.
J'ai rien contre ceux qui ont des difficultés à monter la marche. C'est contre ceux qui préfèrent lui tourner le dos que ça ne va pas.


Posté par Serious :
Déjà, effectivement, il a un problème, ensuite, s'il ne s'est toujours pas suicidé depuis qu'il te dit ça, c'est qu'il a besoin d'aide.
Donc on ne peut pas le traiter lâche, non ?
On est d'accord. Ce n'est pas ceux qui ont envie de passer à l'acte que je critique, c'est ceux qui l'ont fait.
Oui, je sais, c'est facile de critiquer les morts... (je prends les devant au cas où... http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-indifferent.gif)


Posté par Serious :
J'aurais plutôt tendance à penser: "chacun est libre. C'est sa vie, il en fait ce qu'il veut. Libre d'y mettre un terme, ou de continuer, je n'ai pas à juger."
J'aurais été tenté d'acquiescer à ces sages paroles, mais va dire ça à la famille du suicidé.
"Oui, j'étais au courant. Oui, j'aurais pu l'aider. Mais c'était sa vie, il en a fait ce qu'il en a voulut."
Les suicidés ne pensent pas aux autres (je ne parle pas de ceux qui ne sont pas passé à l'acte justement pour tout ce que Vae a dit à propos des liens entre le candidat au suicide et sa famille). Ils pensent qu'ils n'ont personne. Souvent, ils se trompent.


Posté par Randall :
Ce sont des images terribles du 11 septembre qui m'ont fait évoler sur la question. Celles de ces gens qui se sont jetés du haut des tours.
Ils ont sauté en sachant qu'il allaient mourir. De toutes façons ils ne pouvait pas s'en sortir; alors ils ont choisi la fin la moins douloureuse. Tout ces gens auraient préférés vivre mais ils ne pouvaient que choisir leur mort.
C'est un des seuls cas où je peux comprendre le suicide. Quand la finalité est la même, à savoir la mort, c'est compréhensible qu'on ait envie d'y arriver sans souffrir.


Posté par Llian :
Le Solitaire... tes jugements sont attérrants d'insensibilité et d'inhumanité...
Tu n'es pas la première à me le dire et sans doute pas la dernière avant encore un bon moment.
D'ailleur c'est marrant que tu en parles puisqu'un pote qui voulait se suicider m'avait dit à peu près la même chose. Maintenant, il commence peu à peu à reprendre goût à la vie.
Comme quoi l'inhumanité des fois...


Mais garder une telle distance avec la souffrance des autres est sans doute un bon moyen de se protéger...
Le plus lâche n'est pas toujours celui qu'on croit...
http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_smile.gif http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-wink.gif

poildechameau
02/05/2006, 09h05
Comment on peut savoir si ça vaut le coup de se suicider point d'interrogation.
Un brin de philo sur la vie ça peut aider.

VIVE LA PHILO http://www.farcry-thegame.com/fr/images/smileys/partyconfetti.gif

serioussamus
03/05/2006, 10h32
Originally posted by Le-Solitaire:
<BLOCKQUOTE class="ip-ubbcode-quote"><div class="ip-ubbcode-quote-title">quote:</div><div class="ip-ubbcode-quote-content">Posté par Serious :
J'aurais plutôt tendance à penser: "chacun est libre. C'est sa vie, il en fait ce qu'il veut. Libre d'y mettre un terme, ou de continuer, je n'ai pas à juger."
J'aurais été tenté d'acquiescer à ces sages paroles, mais va dire ça à la famille du suicidé.
"Oui, j'étais au courant. Oui, j'aurais pu l'aider. Mais c'était sa vie, il en a fait ce qu'il en a voulut."
Les suicidés ne pensent pas aux autres (je ne parle pas de ceux qui ne sont pas passé à l'acte justement pour tout ce que Vae a dit à propos des liens entre le candidat au suicide et sa famille). Ils pensent qu'ils n'ont personne. Souvent, ils se trompent. </div></BLOCKQUOTE>

Hum, justement, j'ai émis une condition quand même...
Effectivement, si une personne se suicide sur un coup de tête, sans y réfléchir plus que ça ni en parler à personne, ce n'est pas lâche, c'est con.
Life is over.

Mais s'il y pense sérieusement depuis quelques temps, éventuellement en en parlant à quelqu'un d'autre, alors là, impossible de le juger "coupable".


Ensuite, je ne suis pas convaincu que les suicidés soient nombrilistes au point de ne pas penser aux répercutions de son acte sur son entourage; au moins pour ceux qui y ont réfléchi un tant soit peu.
Et même dans le cas contraire, ça me dérange un peu...Si tu veux, maintenant, c'est plus le suicidé qui est égoïste, mais celui qui reste et qui "tient à lui": "te suicide pas sinon, je serai triste"...Le laissant ainsi avec sa douleur (si aucune solution possible).
Hum, bon, je simplifie énormément (surtout que j'ai pas trop l'temps de m'attarder là-dessus ce soir) et c'est peut-être pas très limpide mais bon...
En gros, "vis pour moi, malgré ta vie difficile".
Bref...

Et je suis pas naïf au point de penser que tout le monde a toujours des personnes sur qui compter.

poildechameau
03/05/2006, 10h58
Un suicide c'est con, ça peut gacher toute une vie!!

Ramoran
03/05/2006, 14h20
Parfois la vie est tellement dure qu'il faut bien en finir.

Un exemple:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-767410,0.html

poildechameau
03/05/2006, 15h51
bah dis donc... http://forums.ubi.com/images/smilies/blink.gif

Plus sérieusementt, le suicide j'y ai déja été confronté,je peux vous dire que s'en remettre c'est vraiment pas facile.

GrandPapaMagie
03/05/2006, 16h31
Originally posted by Ramoran:
Parfois la vie est tellement dure qu'il faut bien en finir.

Un exemple:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-767410,0.html

http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

Mais quel article de merde ! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

J'ai entendu dire que sur ces jeu de rôle sur Internet, il y avait une compétition telle entre les joueurs que si un joueur lance un duel à un autre, celui qui perd devient homosexuel (je cite: "lol u noob faggot ur gay!!!11") et au Japon, beaucoup de joueurs se suicident pour cette raison. Ils se suicident en masse d'ailleurs, toute une guilde entière tellement ils ont la pression. Mais l'éditeur a assuré qu'il en tiendrait compte pour que ça soit moins dur pour les joueurs de perdre (je cite "We don't give a fuckin' shit! we're making money!").

Et moi des fois le poulet dans la rôtissoire il me regarde de travers, j'en perds tous mes moyens.

ZEcricris
04/05/2006, 12h59
Originally posted by GrandPapaMagie:
Et moi des fois le poulet dans la rôtissoire il me regarde de travers, j'en perds tous mes moyens.

Poilde, arrete de faire peur a Grand papa! http://forums.ubi.com/images/smilies/16x16_smiley-very-happy.gif

poildechameau
04/05/2006, 13h45
la maison de la vollaille (http://www.nimportequi.com/videos.php?p=liste_video) Solidarité poulaillère.

eldaura
05/05/2006, 17h03
Originally posted by Ramoran:
Donc si un jeune sait que le suicide est considéré comme une lâcheté, il va se retenir en disant: "merde on dira de moi que je suis lâche, je ne vais pas faire ça, je tiens trop à l'approbation des autres pour qu'on me juge ainsi!"

D'accord avec ça. Quand on se suicide, la pression sociale on s'en fout royalement. C'est quand on fait une petite tentative pathétique qui appelle au secours qu'on a quelque chose à faire du regard des autres. Le vrai suicide, celui qui ne se rate pas, s'en fout complètement. Ce n'est ni du courage ni de la lâcheté, c'est juste l'impression de ne plus avoir aucune autre solution. La phase terminale d'une déprime trop importante. C'est une maladie, pas un problème d'éthique !

Ramoran
06/05/2006, 15h15
Pourquoi le suicide a-t-il deux fois plus de succès en nombre de posts que le meurtre?

GrandPapaMagie
06/05/2006, 15h33
Est-ce que le succès se compte en nombre de posts ?

Shilderick
07/05/2006, 02h17
J'imagine qu'évoquer ses envies de meurtre ça n'a rien de très reluisant surtout qu'en général ça passe rapidement, par ailleurs le débat philosophique est vite tranché (enfin j'espère) en gros si jamais on a déja eu envie de tuer dans sa vie je suppose qu'on a pas trop envie de s'en souvenir; dans ce sens les envies de suicide sont probablement beaucoup plus marquantes parce que lorsque l'on a eu envie de se foutre en l'air ou que c'est arrivé à un proche on s'en souvient toute sa vie et on prend le temps d'y réfléchir, d'y revenir.

Pour revenir sur l'argumentation de Le solitaire j'ai l'impression que tu parles le plus souvent d'individus qui évoquent l'envie de se suicider, qui montrent des signes. Or le fait est qu'assez souvent ceux qui passent à l'acte ne sont pas ceux qui en parlent, qui montrent ces signes évidents d'instabilité mais au contraire des gens qui font semblant d'aller bien voir très bien, qui jouent le jeu sans broncher, qui portent le poids de leur mal de vivre jusqu'au jour ou.. d'ou bien souvent l'incompréhension des proches et la difficulté de savoir pourquoi ils en sont arrivé là. Il ne faut pas négliger la capacité des individus à mettre leur souffrance de coté dans leur existence sociale, à l'inhiber tout simplement dans leurs rapports avec les autres, pudeur, tabou social ou simplement le sentiment d'endurer quelque chose de trop profond pour que ça aie le moindre sens d'en parler avec de gens qui en toute amitié vous retournerons des formules aussi curatives et pleines de sens que "ça va passer" , "t'en fais pas" , "laisse le temps au temps..", "t'as tout pour etre heureux je comprends pas" "tu vas rebondir" (peut etre mais pas forcément comme tu penses..)et bien d'autres encore..

Vae-primat
09/05/2006, 07h31
Pour ce qui est du "débat" courage/lâcheté, je pense que vous faites une confusion entre le candidat au suicide et le suicide.
Autant on peut qualifier l'acte, en lui-même, de l'une ou l'autre appelation, autant on ne peut qualifier l'acteur d'aucun qualificatif et, ce, pour la simple raison qu'il faudrait être à sa place pour le comprendre.

Or le fait est qu'assez souvent ceux qui passent à l'acte ne sont pas ceux qui en parlent, qui montrent ces signes évidents d'instabilité mais au contraire des gens qui font semblant d'aller bien voir très bien, qui jouent le jeu sans broncher, qui portent le poids de leur mal de vivre jusqu'au jour ou..
Ça c'est la belle excuse pratique ; l'excuse qui déculpabilise: "On ne savait pas".
Désolé de te contredire mais, à part ceux qui le font sur un coup de tête impromptu, tous les candidats au suicide montrent des signes. Le problème est qu'on ne leur accorde pas d'importance ou, plus généralement, qu'on ne les comprend pas...et dans ce cas il est plus réconfortant et déculpabilisant pour ceux qui restent de se dire qu'il n'a pas montré de signes de son intention plutôt que de se dire: "Merde, j'aurais dû lui porter plus d'attention, m'occuper un peu plus de lui au lieu de me concentrer sur moi et de l'embêter avec mes soucis de robinetterie".
Si on a ce genre d'excuse, c'est que quelque part on s'en sent inconsciemment responsable. Je parle évidemment des proches et connaissances.
Le problème principal est que l'on a tous nos petits soucis. Certains arrivent à en faire abstraction pour s'occuper des autres, d'autres considèrent qu'ils ont assez de problèmes que pour s'occuper, en plus, de ceux des autres. Ceux-là donneront des réponses du genre:

"ça va passer" , "t'en fais pas" , "laisse le temps au temps..", "t'as tout pour etre heureux je comprends pas" "tu vas rebondir"
Ceux qui se sentent concernés opteront plus pour l'écoute attentive, la relativation du problème et les solution qu'on peut y apporter. Cela demande du temps, de la disponibilité, de la sensibilité, de l'opiniâtreté et de la pertinence. Et sans vouloir être négatif ce ne sont pas des qualités à la portée du premier venu. Non pas qu'elles manquent toutes mais que l'absence d'une seule, à l'instant critique, peut faire basculer la décision.


Pourquoi le suicide a-t-il deux fois plus de succès en nombre de posts que le meurtre?
Je ne parlerais pas de succès mais d'intérêt.
Le suicide va à l'encontre du sacro-saint principe d'instinct de survie et, dans ce contexte, tout le monde est intéressé.
Le meurtre fait appel à des notions plus diffuses et aléatoires qui ne peuvent être prises en compte que pour certains individus dont les barrières morales sont inéfficaces ou corrompues.
C'est du moins la vision de la majorité car la finalité de l'acte est la même (la mort d'un individu), il n'y a que l'objectif visé qui diffère : la qualité du mort (dans le suicide, l'acteur et la cible se confondent).

J'imagine qu'évoquer ses envies de meurtre ça n'a rien de très reluisant surtout qu'en général ça passe rapidement, par ailleurs le débat philosophique est vite tranché (enfin j'espère)
Je serais curieux de connaître l'issue d'un tel débat face à un meurtrier récidiviste car une chose est de connaître l'avis de gens dits "normaux", une autre en est de connaître les motivations de ceux qu'on préfère qualifier d'"anormaux".
Je n'appelle pas ça un débat lorsque tous les participants ont la même vision du sujet. Un débat c'est lorsque plusieurs points de vue sont contradictoires ou opposés. http://www.farcry-thegame.com/fr/images/smileys/coffee3.gif
(enfin j'espère)=>C'est justement en considérant que tout le monde devrait avoir une telle attitude qu'on considère comme étant "normale" qu'on devrait se poser des questions sur comment éviter les dérives considérées comme "anormales".
Moi je considère qu'il est anormal d'appliquer des notions normales pour des actes anormaux mais parfaitement normal d'appliquer des notions anormales pour des actes anormaux. En clair pour ceux qui ont des difficultés avec la langues française:
Il est anormal de chercher des excuses à un meurtrier qui n'a comme seule excuse que son envie de tuer. Se responsabiliser des conséquences de ses actes c'est, à mon avis, les avaliser. Quid des vies qu'il a supprimées qui passent du statut de victimes à celui de complices=>c'est vrai, n'avaient qu'à ne pas être là et l'acte n'aurait pas été commis. Il faudrait peut-être se reveiller un peu, à force de vouloir faire de l'humanitaire, on se retrouve dans un monde de plus en plus bestial et à force de se poser des questions on oublie d'agir.

Armestat
09/05/2006, 10h35
Comment peut on tomber aussi bas alors que Christ Dieu réscussité veille sur nous?

Pfff... Essayez de vopus jeter du 8ème étage, vous verrez que l'histoire du petit truc à la con qui nous retient à la vie, même quand on voit vraiment pas ce que ca peut etre, bah ca existe bel et bien.

Alors quand j'entend des connards dire "non, j'allais me jeter mais j'ai entendu ma mère qui rentrait donc je suis pas allé jusqu'au bout" ou "ouai, j'ai essayé de me taillader les veines dans la salle de bain, mais j'avais oublié de tirer le verrou et j'ai fait ca 5 minutes avant que mon frangin rentre", j'appel pas ca une tentative de suicide mais un gars qui veut se faire remarquer.

Et quand on en arrive là, autant pas se rater.

Armestat
09/05/2006, 10h36
Ah oui, et Vae, tes histoires de signes avant coureurs du suicide, ca tient pas debout. Sors un peu, tu te rendra compte que tout le monde est différent et que tous les candidats ne sont pas pareils.

Vae-primat
09/05/2006, 12h27
Ah oui, et Vae, tes histoires de signes avant coureurs du suicide, ca tient pas debout. Sors un peu, tu te rendra compte que tout le monde est différent et que tous les candidats ne sont pas pareils.
C'est justement parce que tous les gens ne sont pas pareils qu'on ne peut reconnaître un signe que si l'on s'en donne la peine.
Et, oui! Je sors!
Et, non! Tous les candidats aux suicide ne se baladent pas avec une pancarte annonçant leur intention ou avec une tête de misereux, bien au contraire!
Le gars, qui jusqu'alors était reservé et qui organise une fête n'est pas nécéssairement un candidat au suicide mais combien se poseront des questions sur son attitude plus que sur les fringues qu'ils vont mettre, la musique qu'ils vont écouter ou la boisson proposée? Pourtant le signe est lancé pour que quelqu'un s'occupe de lui, mais personne n'y a prêté attention. Et on retiendra juste qu'à sa fête on s'était bien marrés et qu'à le voir il n'avait pas l'air d'avoir des problèmes. Pourtant personne ne se sera occupé du gars mais qui ira se dire que si au lieu de se bourrer la gueule il s'était un peu occupé de l'écouter et de le comprendre, il serait toujours là?
Je ne veux pas dire qu'on est des salauds nombrilistes, juste des gars comme des millions d'autres qui ont leurs propres soucis. C'est moche mais c'est un constat

poildechameau
09/05/2006, 12h41
des gars comme des millions d'autres
aaaaaaaaaaaaaaaaah
C'est horrible!!!!!
j'aime pas savoir ça.

Jolaventur
10/05/2006, 02h48
j'y pense parfois

parce qu'au fond le véritable enfer c'est d'être condamné à vivre

Arkanne
10/05/2006, 12h39
Oui, c'est d'être condamné à vivre avec des cons ! Des prétentieux à l'égo trop gonflé pour voir leur propre connerie et qui te servent du préchi-précha à la sauce blanche de champignons ; il feraient mieux d'aller voir un dermato ! http://forums.ubi.com/infopop/emoticons/icon_biggrin.gif

Armestat
10/05/2006, 13h33
Le suicide, c'est un putain de tabou dans les centres éducatifs, en tout cas au niveau des profs (Je parle pas de la gonzesse branchée qui te raconte entre le friand au fromage et la purée qu'elle en est à sa troisième tentative, mais que pas d'bolle. Là pas de tabou.)

Et vu que tout le monde est pas forcément confronté à plusieurs suicides dans sa vie, bah on ne sait pas ce que c'est que ces signes avants coureurs.

@Jolav: merci, ca nous manquait très certainement les incompétants à tendance gothiques.

Jolaventur
11/05/2006, 02h50
merci des compliments

@Arm c'est incompétents