PDA

Afficher la version complète : accusation ubisoft par john beiswenger contre assassin's creed



zebisebi
26/04/2012, 17h48
Bonjour en lisant certains article sur internet j'ai trouver ceux-ci
ou l'on parle d'une personne qui accuse ubisoft d'avoir copié sur son roman Link et de mettre ses éléments sur assassin's creed

L'AFFAIRE UBISOFT

Le 16 avril 2012, John L. Beiswenger a déposé une plainte auprès de la Keller Law Firm de Pennsylvanie, afin de poursuivre l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft. En effet, Beiswenger accuse Ubisoft d'avoir délibéremment copié sur l'un de ses ouvrages, à savoir son roman Link, paru en 2003, pour construire l'intrigue principale de la série la plus rentable du développeur, Assassin's Creed.
Dans Assassin's Creed, le protagoniste, Desmond Miles, un jeune homme de l'ère moderne, a la possibilité de revivre les souvenirs de ses ancêtres grâce à une machine appelée l'Animus qui décode la mémoire génétique enfouie dans notre ADN. Or, dans son roman, Beiswenger mets en scène une technologie similaire, qui conciste à placer des sujets dans une machine qu'il appelle le «bio-synthétiseur» (bio-synthetiser en anglais) pour qu'ils revivent les souvenirs de leurs aïeux à «travers leur âme». Beiswenger fait également part d'autres similarités entre son livre et la saga de jeux vidéo; tous deux traitent d'éléments reliés à l'Église, la Bible, Dieu et le fruit défendu. Dans Assassin's Creed, des éléments similaires tiennent une importance capitale au dénouement de l'intrigue.
John L. Beiswenger réclame à Ubisoft près de 1,05 million de dollars pour avoir baffoué ses droits d'auteurs. Dans le cas où le juge serait favorable envers Beiswenger, il pourrait remporter plus de 5,25 millions de dollars. Beiswenger exige également que la sortie du prochain opus, Assassin's Creed III, prévue pour la fin octobre 2012, soit annulée définitivement et que tous les produits dérivés de la série soit retirés du marché. Cependant, étant donné plusieurs divergences entre le roman et le saga de jeux vidéo, le dossier Beiswenger ne semble pas assez solide pour pouvoir convaincre un jury.
En faisant cela, Beiswenger s'est attiré la colère de plusieurs milliers de joueurs, et ce à travers le monde. Son roman Link est désormais l'un des pires vendeurs du site Amazon.com, sur lequel il est classé une étoile sur cinq.

soutenons UBISOFT que les fan d'assassin's creed crie non a John L. Beiswenger

bee61
26/04/2012, 17h59
on en a parlé déjà longuement dans le topic principal:)

aucune chance pour lui

miss-chibi
26/04/2012, 18h01
oui , ça fait depuis plusieurs jour que l'on n'en parlent dans le topic officiel de AC III...
mais on n'a arrêté dans parler ,vu que ça ne débouche sur rien ...
Cependant ,il y a jamais eu de topic officiel sur ce sujet .

zebisebi
26/04/2012, 18h01
oki j'avais pas vu
merci

zebisebi
26/04/2012, 18h10
je voulais juste savoir ce qu'en pense les fan de cette affaire
comme pourquoi avoir attendue 5 ans pour ça?
juste parce qu'il veut mettre la haine au joueur ou parce qu'il ne connaissait pas assassin's creed
en tout cas
je vous le dis ces un templier lol

bee61
26/04/2012, 19h12
regardes le 1er topic du menu "important : Assassin's Creed III ///topic officiel" , de la page 84 à la page 88, on a fait le tour de la question:)

Linkpogo
26/04/2012, 21h39
"Le débat" sur la chaîne GameOne, un participant (Guillaume???) qui a fait son enquête rassure les fans, l'auteur du bouquin ne peut pas déposer (trademark) une simple idée. De plus, au pire, son bouquin n'est que protégé par copyright aux USA, donc Assassin's Creed III sortira assurément dans le reste du monde, désolé pour les fans américains (ce qui serait le comble pour une histoire se passant durant la révolution américaine!!!).

GuiHavas
26/04/2012, 21h42
Sans prendre particulièrement la défense du mec, je trouves vraiment abusé que les fans d'une série comme Assassin's Creed réagissent sans aucune nuance à cette affaire.
C'est quand même David contre Goliath, le mec tout seul avec sa bi... et son couteau et son bouquin face à une multinationale du JV, il y a tout de même un certain parallèle avec les aventures de Desmond contre Abstergo...

Mais je serai bien le premier à avoir les boules si le jeu ne devait pas sortir.... ( ce qui reste fortement improbable vu le poids financier d'Ubisoft )

Linkpogo
26/04/2012, 21h57
Nan mais c'est comme si tu faisais un jeux vidéo sur les sorciers, balais, école de sorcellerie et que JK Rowling te colle un procès pour plagiat! A part si maintenant tu decrivais en plus un tournois de sport comme le Quidditch, ce qu'elle a inventé dans ce cas précis.
Après faut pas être de mauvaise fois, peut-être que le mec ne s'intéressait pas au monde du jeu vidéo avant, mais quand même, y'a cinq ans que le premier Assassin's Creed est sortit!!!
Pas forcément question d'argent, mais de réflexion.
( question d'argent pour le gus, oui)

menumaxibestof
26/04/2012, 22h33
Franchement, quand je vois que le mec dit que le concept de la bataille du bien contre le mal a été pompé sur son oeuvre, je me dis que le parallèle on peut le faire avec n'importe quelle oeuvre de science-fiction incluant une machine ou objet permettant au(x) personnage(s) de s'évader de la réalité, à ce moment-là. Des romans comme Les androïdes rêvent-ils de moutons éléctriques (plus connu sous le nom de Blade Runner désormais - ce qui est une connerie à mon sens - ), Au bout du Labyrinthe, ou encore Ubik, pour ne citer que Philip K. Dick peuvent ainsi tous prétendre avoir été plagiées par Assassin's Creed, mais aussi Matrix, Inception, etc...

De même, Dick ou Arthur C. Clarke pourraient (s'ils étaient toujours vivants) porter plainte contre Ridley Scott parce que ce dernier a utilisé le concept de cryogénisation dans Alien, 10 après que les deux auteurs s'en soient servis dans Ubik et 2001 : L'Odyssée de l'espace...
Pour continuer sur Dick, René Descartes pourrait très bien l'accuser de plagiat, parce qu'il reprend ouvertement ses réflexions sur la notion de réalité.

Tu vois bien que tout ça n'a pas de sens. Les oeuvres s'inspirent constamment d'autres oeuvres qui les précèdent, que ce soit pour en imiter certains aspects, ou inversement pour s'en éloigner totalement, et ce, consciemment ou inconsciemment de la part de l'artiste.
Donc à mon sens, et après avoir lu le dossier de plainte (oui, tout à fait, je n'ai peur de rien !), que Beiswenger revendique une certaine inspiration d'Ubisoft sur son bouquin est assez légitime, ce serait tout à fait probable. Mais aller jusqu'à parler de plagiat, honnêtement, je trouve ça surrestimé. Et je pense dire ça assez objectivement (quand je pense que des crétins de fans écervelés se sont rués sur Amazon pour innonder la page dédiée à Link (http://www.amazon.com/Link-Beiswenger-John-L/dp/0741413485/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1335475879&sr=8-1)de mauvaises critiques, dans le but de discréditer l'auteur, et ce sans même avoir lu une page du livre...).

GuiHavas
27/04/2012, 00h05
@Menumaxibestof : il y a une différence dans le droit d'auteur ( et ce aussi bien en droit français qu'en droit anglo-saxon ) qui distingue le concept d'inspiration à celui de citation ou de contrefaçon.

Des auteurs peuvent ainsi partager les thématiques de la paranoïa technoïde, des mulit-nationales qui contrôlent les comportements d'individus, voire même aborder la question de notre existence réelle ou révêe/virtuelle/passée etc..
Pour reprendre tes exemples, le concept de cryogénie ( qui consiste à conserver un corps à très basse température pour en étudier les effets chimique à distinguer de la cryonie qui tente de conserver à très basse température la mémoire génétique et intelligente d'un individu ) n'a pas été inventé par Dick ou C.Clarke, ils l'ont utilisés comme support à une réflexion en tant que thématique de leurs oeuvres.
Ici on perçoit une inspiration : les oeuvres ont beau appartenir au champ de la science-fiction et en partager certaines thématiques, elles n'abordent pas les mêmes sujets et ne les traitent pas de la même manière.
La dramaturgie, les enjeux et les personnages sont éloignés et répondent à des motivations différentes.

Si demain au cinéma tu vois un film qui parle d'un monstre trouvé dans l'espace et qui tue un par un les passagers d'un vaisseau-spatial qui viennent de sortir de cryogénisation, tu sera face à une contrefaçon d'Alien, auquel cas les ayants-droits divers du film ( scénariste, réalisateur, studio et producteur ) pourront tout à fait demander la suspension d'exploitation.

Après tu peux voir des centaines de films ( au bas mot ) qui cite directement Alien, soit pasqu'un équipage de vaisseau se fait descendre par une bestiole ( spatiale, maritime, etc...) soit pasque une bestiole sort du ventre d'un des personnages au milieu du film.
Tant que la dramaturgie et les ressorts de l'histoire ne répètent pas les éléments du film Alien, il n'y a là qu'une citation, ou, pour être plus précis dans le second cas, une parodie ( comme c'est le plus souvent le cas pour la bestiole qui gicle des entrailles )

En dehors de contexte de parodie très précis, l'imitation en matière de création doit se restreindre au champ de la citation, sinon on tombe dans le plagiat, ou plus exactement la plupart du temps dans la contrefaçon, qui est l'objet de la plainte Beiswinger.
A savoir que beaucoup des situations et des évolutions de la dramaturgie des personnages reposent sur ressort du livre et qu'on les retrouve à quasi l'identique dans le jeu, et cela pose problème car l'une ( Beiswinger ) est antérieure ( pour ce que l'on en sait aujourd'hui ) à l'autre ( AC, est-il besoin de le citer ).

Matrix cite en permanence des pans entiers de la littérature de science-fiction : Gibson, Dick, Otomo ( l'oeuvre est tellement référencée en elle-même qu'il est quasi impossible de faire le tour de toutes les inspirations/citations qu'elle contient )
Le génie de l'affaire est que même ce qui pourrait être considéré comme de la contrefaçon par certains auteurs est tellement noyé dans masse qu'il en devient impossible de prouver une contrefaçon réelle de qui que ce soit... )

Dans le cas qui nous occupe, il n'est pas absolument impossible que l'inspiration des auteurs d'AC provienne en grande partie du livre de Beiswinger, ce qui ne serait pas condamnable si ces éléments ne reprenaient pas un peu trop fidèlement la trame, la dramaturgie des personnages et les thématiques abordées.

menumaxibestof
27/04/2012, 07h14
Pour reprendre tes exemples, le concept de cryogénie n'a pas été inventé par Dick ou C.Clarke, ils l'ont utilisés comme support à une réflexion en tant que thématique de leurs oeuvres.

Bien entendu. Et c'est bien la même chose pour notre ami Beiswenger ! Il n'a pas inventé le concept de mémoire génétique, son roman ne fait que reprendre une théorie déjà pré-existente. De fait, il ne peut pas aller accuser une oeuvre d'avoir pompé l'idée sur son bouquin.

Maintenant, j'aimerais que tu me dises en quoi AC te semble vraiment se calquer sur Link, parce que tous les éléments cités par Beiswenger dans son dossier relèvent pour moi de l'inspiration, pas plus.

bee61
27/04/2012, 10h09
polémique stérile ...

déjà, on est manifestement devant un cas de figure où on peut à l'extrême limite parler d'inspiration, donc inutile de partir dans les définitions légales du droit d'auteur en matière de citation ou de plagiat, puisque ce n'est pas du tout le cas ..

et effectivement, j'aimerais bien savoir comment on peut trouver AC inspiré de Link, alors même qu'on a pu voir que la lecture des 1ères pages disponibles dans le lien donné par celui qui a lancé le truc en 1er ne présente aucun rapport avec AC ..

d'autant que dès AC1, les développeurs ont cité leur source d'inspiration, un livre dont j'ai oublié le titre et l'auteur (flemme de chercher) ..
s'ils avaient eu d'autres sources d'inspiration, ils auraient cité aussi, ne serait-ce que pour se protéger et respecter la légalité ..

faut arrêter un peu avec le manichéisme primaire systématique, grosse boîte industrielle et commerciale = gros truand vs petit gars isolé = pauvre victime

GuiHavas
27/04/2012, 12h30
Encore une fois je ne prends pas la défense du gars, je suis juste choqué par la réaction unanime des fans qui condamne le mec sans avoir lu le bouquin ni avoir les attendus préalables à la justification de la plainte devant la Cour compétente.

Pour rappel l'objet de la plainte ne concerne pas l'utilisation du concept d'immersion dans une mémoire génétique, mais

Beiswenger fait également part d'autres similarités entre son livre et la saga de jeux vidéo; tous deux traitent d'éléments reliés à l'Église (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_catholique_romaine), la Bible (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bible), Dieu (http://fr.wikipedia.org/wiki/Dieu) et le fruit défendu (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fruit_d%C3%A9fendu). Dans Assassin's Creed, des éléments similaires tiennent une importance capitale au dénouement de l'intrigue.

alors même qu'on a pu voir que la lecture des 1ères pages disponibles dans le lien donné par celui qui a lancé le truc en 1er ne présente aucun rapport avec AC
Toi-même tu affirmes que c'est impossible sans avoir lu l'intégralité du bouquin.... donc sans connaitre les développements de l'intrigue et les interactions entre les personnages...

Enfin à l'heure d'aujourd'hui il n'est pas établi que l'idée de la plainte viennent de lui, il est tout autant possible qu'il ait été encouragé/motivé par la firme d'avocats qui le représente et qui ait flairé le bon coup.

La principale inspiration littéraire créditée par les auteurs d'AC est "Alamut", de Vladimir Bartol ( auteur décédé )

Ce récit est basé sur la légende de la forteresse du même nom (http://fr.wikipedia.org/wiki/Alamut). Vladimir Bartol se saisit de l'histoire de la secte des assassins pour dénoncer, 14 ans après l'accession de Staline (http://fr.wikipedia.org/wiki/Staline) au pouvoir et 5 ans après la nomination de Hitler au poste de chancelier, les régimes totalitaires. S'agissant d'un pays lointain, d'une époque tout à fait révolue et d'une aire culturelle distante, le roman de Bartol ne semble pas doté d'une portée politique. Pourtant, subtilement, il met en garde ses contemporains en détaillant les processus qui peuvent mener au fanatisme. Bartol fait preuve d'un grand cynisme et semble se méfier des masses et du danger qu'elles peuvent représenter. Le leitmotiv du vieux de la montagne (http://fr.wikipedia.org/wiki/Vieux_de_la_montagne) est en effet "Rien n'est réel, tout est permis". Y compris la manipulation de masse. Le but premier de Bartol est de mettre en garde : aucun peuple ne devrait jamais abdiquer sa souveraineté, il faut se méfier des populistes qui promettent le paradis (au sens propre comme au sens figuré) et ne jamais dédaigner la raison, fondement de notre humanité

bee61
27/04/2012, 12h51
oki .. je vois, on s'en sortira pas ....

dans ce cas Bartol aurait pu se plaindre que le type aussi a pompé son oeuvre, qui elle-même, etc ...

pour conclure (j'espère, parce que franchement ... ), je citerai un VRAI grand auteur, Shakespeare : "beaucoup de bruit pour rien"

miss-chibi
28/04/2012, 22h58
et c'est quand que le procès commence ?
Parque là on n'en est qu'au début ,non?

bee61
29/04/2012, 11h17
http://www.paranoland.com/emoticones-smileys/smileys/forum/26.gif (http://www.paranoland.com/emoticones-smileys/13-smileys-forum.html) le 3 mai, à 14h10 (heure locale), au tribunal de Langtry (Texas) présidé par le juge Roy Bean ....

GuiHavas
29/04/2012, 12h50
Bee, je comprends pas pourquoi tu réponds si le sujet te saoules autant, fais l'impasse et laisse ceux qui suivent cela ( quelque soit le motif de leur curiosité ) le faire à leur gré

bee61
29/04/2012, 14h22
quelque soit le sujet, je me réserve le droit de plaisanter et d'ironiser, voire de troller, quand je veux, comme je veux et si je veux, sans refuser aux autres le droit de rester pincés .. ou d'en faire autant, d'ailleurs
je ne prendrais réellement la remarque en compte que s'il s'agissait d'insultes ou de vulgarités

je réserve le sérieux le plus absolu seulement à mon travail et à mes réactions à des évènements graves,sordides et/ou sanglants