PDA

Afficher la version complète : Le Clan Mande-mort Pao



Mordminnen
22/08/2013, 23h43
Il y a fort longtemps, dans la sauvage Taumata-Kunyak, le puissant et respecté chaman Pao Kouran eut un différent avec Acamas, champion invaincu des Archipels de la Mer de Jade. Pao, herboriste attitré de la capitale orque, pensait pouvoir nourrir l’animal de combat d’Acamas avec des racines de Bêtes des Ronces. Banni à jamais de la cité, le sorcier brava les courants meurtriers de la Mer de Jade et s’exila sur une île Montagneuse désertée, la Pa-Haute.

Frustré de ne pouvoir plus mettre à profit ses connaissances magiques, Pao Kouran décida de forger son corps pour compenser son besoin d’élévation personnel. N’ayant pour tout vêtement qu’une simple robe de feuilles tissées autour d’une ceinture en os, il gambadait gaiement sur son ilot entre deux séries de pompes, cherchant des pistes de courses et des chemins d’escalade.

Un jour, alors qu’il arrivait au sommet d’une immense falaise, il vit un étrange cercle perché au milieu de la montagne. Il s’approcha du site à pas feutrés, guettant le moindre signe de présence. Son cœur battait la chamade, comme si un Chante-Guerre Crâne-Noir avait décidé de vivre dans son corps avec son tambour. Lorsqu’il arriva à hauteur du cercle, il aperçut un immense bouclier orné de pics acérés. L’écu l’impressionnait par sa splendeur primitive. Pao le contempla un long moment puis se décida à le prendre en main. A peine l’eut-il levé qu’un bout de papier tomba au sol. Hébété, le chaman se baissa pour le ramasser et lut ces phrases :

« Ce bouclier tu porteras,
La vitesse il te donnera.
Les combats tu termineras
Si le vide fait face à toi.
De la traîtrise tu auras la mainmise,
Mais prends garde à l’effet de surprise.

P.S. : Fais gaffe il est quand même un peu lourd.»

Armé de son égide, Pao Kouran devint rapidement le sprinteur le plus rapide de toute l’île déserte. Las de n’avoir aucun adversaire à sa mesure, il captura et dressa un corbeau pour en faire l’émissaire de sa solitude. Il détacha l’oiseau de sa cage pour le faire voler tout droit vers Taumata-Kunyak, un message entre ses serres. Il invitait qui le voulait à se joindre à lui pour suivre un programme d’entraînement spécial, affirmant que quiconque le finirait deviendrait capable de frapper aussi vite que le vent.

Le jour suivant l’envoi de la missive, une embarcation accosta sur la rive est de la Pa-Haute, larguant sur la plage une dizaine d’hommes aux airs hautains et narquois. Pao se dépêcha d’aller à leur rencontre et les salua chaleureusement. Il se racla la gorge et dit avec conviction : « Je vous remercie d’avoir répondu positivement à mon invitation. J’espère que le voyage ne vous a pas été trop pénible. Bien, nous allons pouvoir débuter l’initiation. »

Pour l’occasion, Maître Pao ainsi renommé s’était affublé d’un casque en crâne. Il avait également pris soin de marquer le contour de ses yeux d’un charbon noir de jais dans l’optique d’accroitre son aura mystique. Le troupeau difforme de mercenaires blafards, amusés de l’accoutrement du sorcier, le suivirent le long d’un interminable sentier escarpé. « L’a l’air d’un con avec sa jupe le type », dit l’un des hommes dont le visage respirait l’intelligence.
« Ouais, moi j’m’en tape j’suis juste venu ici pour faire une cure d’amaigrissement », répondit un Fracasseur Enragé qui avait un peu étudié dans sa jeunesse.

Lorsqu’ils arrivèrent au bout du chemin, ils virent un immense trou creusé dans le flanc d’une montagne. Maître Pao s’arrêta pour annoncer à la foule : « Voici votre première épreuve : la construction d’un bouclier. Vous pouvez voir à votre gauche un gisement de fer que je me suis amusé à faire péter avec des Traits de Feu. Vous devrez extraire un maximum de métaux, puis les fondre et les mouler. Je me chargerai de transférer la magie de mon écu légendaire, le Pao-Stentatoire, vers vos créations. »

Dépités, les apprentis se lancèrent à reculons dans leur tâche. Mais lorsque le Fracasseur parvint à détruire en un coup de pioche l’équivalant de fer d'un demi bouclier, les mineurs s’assirent et se mirent à l’encourager. Ils sentaient l’appréhension du travail fastidieux s’évaporer au fil des mouvements du Fracasseur, absolument déchainé. « J’suis pas venu ici pour rien les gars, j’vous l’ai dit ! », hurla-t-il. En à peine dix minutes, chacun avait de quoi se faire une excellente protection.

Après qu’ils eussent forgés leur équipement, Pao entreprit ses incantations. Lorsque le soleil se coucha, chacun pouvait jouir d’une extraordinaire vitesse, d’une sensation de légèreté que leur ADN n’avait jamais été capable de leur fournir. Les mercenaires prirent vite goût à leur pouvoir et commencèrent à respecter l’étrange ermite qui les avait conviés. Dès lors, ils sentaient que leur avenir allait radicalement changer, que leur force ne serait plus aussi brute. Certains prirent peur que la finesse du mouvement ne leur déforme les traits.

Le Maître avait planifié son entraînement méthodiquement dans ce qu’il appelait la Phase de Développement :

• Le premier jour, les disciples construiront leur bouclier magique.
• Le deuxième, ils s’habitueront à son usage.
• Le troisième, ils sauront frapper sans prévenir.
• Le sixième, ils devront sauter du haut d’un Pont Détruit et en revenir vivant.
• Le neuvième, ils sauteront du même pont, referont surface et seront capable de frapper encore.

Pour l’étape finale de leur formation, Pao Kouran emmena les apprentis dans un canyon perdu dans les reliefs. Il se retourna vers ses élèves et dit : « Voici le lieu le plus dangereux de l’île. Malgré son apparence de fente classique, cette gorge peut vous être fatale. Pour dire vrai, elle regorge de morts-vivants tentant de sortir de leur prison de roche. Nous allons voir si votre vitesse et votre concentration auront raison de ces bras tentant de vous happer. Afin de parfaire votre initiation, vous devez être capable de vous sortir de cette Etreinte de la Terre et de pouvoir frapper encore et toujours. Apprenez à dissiper la magie qui vous entoure. Bonne chance. »

Pao Kouran se dépêcha de rejoindre la sortie du canyon hanté par un chemin adjacent. Au bout de deux heures, un disciple à la peau rouge arriva, un piercing vert entre les narines. Il semblait parfaitement calme, comme si son épreuve eut consisté à attaquer une Araignée Soie-de-Lune. « Je te félicite mon enfant, tu es à partir de cet instant le premier membre officiel du Clan Pao. Mais dis-moi, comment as-tu fais pour arriver aussi vite ? », demanda le maître. « Bouah, facile. Je suis un Broyeur. J’me suis déjà pris je ne sais combien de Boules de Feu dans la tronche et ça ne m’a jamais qu’éraflé.»

Cinq heures après, tous étaient revenus sains et saufs. Ils pouvaient dorénavant se vanter d’être les membres fondateurs du Clan Pao. Un Mande-Sang s’étonnait d’ailleurs de cette désignation peu originale et proposa le nom de Clan Mande-mort Pao, appellation qui fut admise à l’unanimité. Les autres membres craignaient tellement l’être qui en était à l’initiative, buveur de sang invétéré capable de se faire un cul-sec de Guerrier Chaton broyé, qu’ils n’y virent aucune objection.

Le clan vit ses rangs grossir rapidement, fort d’une notoriété accrue notamment grâce aux nombreuses conférences publiques organisées par le Fracasseur à Taumata-Kunyak. Aujourd’hui, la popularité des Pao est telle qu’il n’est pas rare de les voir engager par n’importe quelle faction. Se baladant souvent par groupe de quatre, ces soldats, neutres par appât du gain, prennent un malin plaisir à attaquer là où, maintenant, on les attend. Car la malédiction du bouclier l’avait prédit :

« De la traîtrise tu auras la mainmise,
Mais prends garde à l’effet de surprise. »

Bullkitu
23/08/2013, 02h47
:D. Jerry

solune69
27/08/2013, 08h51
Ha Ha ha :) J'ai bien ris, merci pour cette petite histoire ;)

jeffroi69
27/08/2013, 14h14
Filous ces Pao ! Merci :-)

WCB.Kimundi
28/08/2013, 11h11
Ce côté humoristique est très sympa et surtout bien utilisé, bravo :D Si tu en as d'autres, n'hésite pas !