PDA

Afficher la version complète : La guerre du poison de la vie



Ok8t8
28/08/2013, 10h12
Introduction - Les ruines fumantes d'Ashan


Le Saint Empire gisait vaincu, brisé après les années d’une guerre qui lui avait coûté l’essentiel de sa population. Les ruines fumantes de Gardeserre servaient maintenant de terrain de chasse pour des prédateurs à la faim insatiable, rôdant entre les bâtiments rasés et les ruines de l’ancien palais impérial. Les douves de la cité, devenues des marécages fétides, abritaient poissons blafards et crustacés charognards. Seules quelques vielles forteresses, retranchées dans les montagnes, abritaient une maigre population de survivants, affamée et terrifiée, qui ne gardait plus qu’une infime lueur d’espoir en ses défenseurs du Havre, telle une chandelle nue malmenée dans la pire des tempêtes au cours de la plus noire des nuits du monde.

Le silence s’était emparé de la grande forêt d’Irollan, le chant ancestral des oiseaux remplacé par l’angoisse de ce qui se tapit derrière chaque souche pourrissante, le parfum de mille fleurs noyé dans l’odeur abominable de végétaux en putréfaction, la lumière du soleil jouant dans les feuillages cachée par le brouillard glacial qui s’accrochait aux rares troncs subsistant comme un étrangleur fantomatique s’agrippe à la gorge de sa victime désespérée, les fruits savoureux gâtés et pleins de vers obèses, vomissant des nuées d'asticots gras et dodus.

Les Clan orques s’étaient retirées sur l'archipel des îles Pao et patrouillaient sans relâche l’océan de Jade pour défendre l’un des derniers bastions de la résistance contre les légions infinies. Leur dernier acte sur le continent avait été le sac de Heaumeroc, qu’ils avaient littéralement oblitérée pour empêcher quiconque de tirer profit du plus vaste chantier naval à des centaines de lieues à la ronde. Seuls les centaures avaient refusé de quitter les grandes plaines de l’Est où ils avaient trouvé leur patrie, verte et plane à l’infini sous les cieux d’azur. Mais ils se trouvaient désormais de plus en plus en proie aux attaques de leurs poursuivants qui se moquaient des distances et les poussaient toujours plus loin vers le bord d’Ashan.

Loin, au Sud, la rumeur faisait état de mouvements au sein des Cités d’Argent. Après des années d’hésitation, le grand conseil des Archimages avait enfin réussi à se décider à ne plus passer son temps à se décider. Ce serait la guerre, pour la préservation de toute la péninsule, de ces idiots qui se disaient fils et filles d’Asha, et pour apprendre à ces inconscients de Nécromanciens que l’on ne badine ni avec la Mort, ni avec la Magie !

Ok8t8
28/08/2013, 10h13
Chapitre 1 - La mélopée des Nécromanciens


La face d’Ashan était irrémédiablement changée. Du plus petit cimetière aux plus vastes charniers, de la moindre tombe aux incroyables nécropoles des temps anciens, toutes les sépultures avaient été vidées de leurs occupants. Les Morts s’étaient levés par millions en répons à l’appel de la noire Nécromancie, les corps décharnés et les esprits enchaînés à ce monde cherchèrent leurs nouveaux maîtres. Asha l’Araignée étendait Ses myriades de pattes sur toute la surface de Ses terres, elle appelait à Elle tous Ses enfants oubliés et leur offrait Son ultime présent, la non-mort éternelle.

Ceux qui étaient assez fous pour refuser se voyaient récompensés par le néant absolu.

Après des siècles de planification minutieuse, les grands Nécromanciens coalisés étaient enfin parvenus à obtenir et à user des plus puissantes pierres d’Illumination sur d’anciennes résurgences de veines draconiques oubliées de tous. Le réseau complexe de leys servit alors de conduit pour ce gigantesque afflux de pouvoir et alimenta le mythique Autel d’Asha, situé au cœur de l’antique Shantiri, là où une Larme d’Asha permit l’accomplissement de la seconde phase du rituel.

Un faisceau invisible s’éleva alors du sanctuaire vers les cieux pour étreindre le Dragon de l’Ordre, recroquevillé dans l’astre sélène, et commença à drainer son énergie. Le chœur des Nécromancien, des liches et des namtarus attendait cet instant pour entamer une lente et longue mélopée funeste qui atteignit son apogée avec le réveil de tous les morts d’Ashan. La guerre contre le poison de la vie pouvait enfin commencer, Asha l’Araignée allait enfin pouvoir naître de la non-mort d’Asha le Dragon…

Ok8t8
28/08/2013, 10h14
Chapitre 2 - L'évasion d'Inferno - Garant I


En l’ardente Sheogh, les dernières années avaient été une période d’intense confusion. La liesse initiale suscitée par le conflit global hors de la prison de flammes se mua rapidement en crainte irrépressible : sans mortels, plus d’accès à Ashan ; si l’Ordre devenait absolu, le Chaos serait à jamais confiné au cœur du monde. Sur l’intercession insistante du Suzerain, les Seigneurs démons acceptèrent un sacrifice et la participation à un rituel complexe. L’idée, jugée délirante par certains, consistait à inverser le processus de déphasage pour envoyer des sbires de l’Inferno hors de ses murs.

La combinaison de nombreuses connaissances ésotériques, l’influence imprévue de l’afflux de Magie provoqué par les Nécromanciens et le sacrifice de près d’un quart de la population des Enfers permit de libérer quelques généraux avec de petites troupes donc l’objectif principal était de sécuriser d’autres portails.

Après deux ans passés à s’entrainer avec acharnement et à choisir ses troupes parmi les hordes de serviteurs des Seigneurs démons, Garant reçut l’assentiment d’Ur-Khrag et d’Urgash lui-même et se constitua un groupe rapide pour aller sécuriser un point d’accès vraisemblablement situé dans les montagnes du Nord. Trois autres généraux eurent l’honneur d’être choisis par le Suzerain pour la plus importante campagne des Démons : Bélias, le favori d’Ur-Vomoch ; Kal-Azaar, l’un des esprits géniaux, ou déments, qui avaient conçu le rituel de sortie et portait la bénédiction d’Ur-Azheel; Xorm, un fou furieux menant tant bien que mal une horde de monstres suivant aveuglément les lubies d’Ur-Traggal.

Alors qu’il émergeait du vortex ardent avec ses troupes, Garant senti pour la première fois depuis des siècles l’air glacé de la surface, mais son cœur s’embrasa d’autant plus des flammes inextinguibles de la fureur. Le rituel avait marché, mais ce n’étaient là point les montagnes qui lui avaient été attribuées ! Une cité dévastée, des fortifications jetées à bas, une vielle nécropole dont les portes avaient été enfoncées de l’intérieur, des pontons, jetées et quais à perte de vue… Il était à Heaumeroc, à l’Est, il ne pourrait mener sa mission à bien ! Ou peut-être que si, car le port était noir de monde, des milliers de cadavres affairés à construire une flotte immense. De la chair morte et de vieux os, c’est tout ce qu’il y avait ici à combattre, et pourtant cela valait tellement mieux que ce qui l’attendait en Sheogh. Brandissant sa hache embrasée, hurlant sa rage si longtemps réprimée, Garant envoya ses troupes à l’assaut. Dans l’instant, la première tête roula à même le sol, pût-il plaire à Urgash que jamais cela ne cesse.

Le dernier espoir d’Ashan et du peuple d’Asha reposait désormais entre les mains de leur némésis ancestrale, les enfants d’Urgash. La Purge pouvait enfin commencer !

WCB.Kimundi
28/08/2013, 15h10
Les infernos qui viennent à la rescousse d'Ashan ? Qui y aurait crû ? Hate de lire la suite !

Ok8t8
27/09/2013, 00h53
Chapitre 3 - L'enfer de Jade - Kat I


Les îles Pao avaient toujours été un environnement pour le moins hostile, aguerrissant les guerriers les plus forts mais tuant impitoyablement à la moindre faiblesse. Depuis longtemps les orques « partageaient » l’archipel avec les autochtones dans un climat de perpétuelles escarmouches sanglantes.

Les Paos, quoi qu’ils soient, étaient de redoutables adversaires, toujours sur le pied de guerre, jamais loin de menacer toute implantation insuffisamment protégée. Le Bastion avait perdu tant et tant de sentinelles que presque plus personne ne voulait aller dans la jungle, fut-ce pour chasser. La réponse était venue des harpies, d’anciennes créations des Magiciens qui s’étaient rebellées dans le sang et les larmes en même temps que les orques. De là, un lien indéfectible s’était tissé entre les deux races, comme avec tous les esclaves de l’Académie qui avaient dû se battre pour leur liberté. Leurs plumes les portaient assez haut pour ne pas craindre les chasseurs Paos, souvent embusqué dans les arbres, et leurs permettaient de prévenir les patrouilles des attaques. Seuls les mande-morts arrivaient à déjouer ce stratagème, des barbares inconscients se ruant dans les bois pour porter la mort là où ils le pouvaient.

Après de longs mois et de nombreux efforts initialement infructueux, Kat était parvenue à rencontrer l’un des chefs de clans Pao. Sa surprise fut grande quand elle comprit que ses ennemis de la veille avaient eux aussi maille à partir avec leurs défunts. Lentement, une fragile confiance s’établit entre les premiers habitants des îles et leurs envahisseurs. Avec le temps, les deux peuples en virent même à lutter flanc à flanc sur les navires de guerre défendant le cœur de la résistance.

Ok8t8
27/09/2013, 00h54
Chapitre 4 - Duel à Heaumeroc - Garant II


Le choc du premier contact fut abrupt, voilà bien longtemps que personne n’avait osé lui porter atteinte directement. Les goules, esprits simples dans des corps vigoureux mais peu puissants, n’avaient pas été une rencontre satisfaisante, loin de constituer une menace digne de ce nom. Guère plus que les squelettes, tas d’os gauches que ses déments envoyaient voler aux quatre vents. Non, résolument, le seigneur vampire n’était pas un adversaire ordinaire. Faible. Le sang des namtarus était manifestement débordant de pouvoir pour faire d’un frêle humain cette machine à tuer impitoyable, inaltérable, invaincue. Jusque-là… Et quelle vitesse ! Même lui, pourtant rompu aux combats sauvages des luttes incessantes de Sheogh, n’avait encore jamais vu ça.

Les échanges s’enchainaient sur un rythme soutenu. La grande épée frappait juste et fréquemment, mais les blessures n’étaient que superficielles, l’acier et les flammes des Enfers se riant presque de ces piqures malvenues. La hache par contre trouvait souvent l’empreinte rétinienne du non-mort, mais non point son enveloppe carnée, peu de coups portaient mais chacun comptait dans cette danse erratique.

L’infernal était un atout supplémentaire. Les bêtes n’agissant guère selon les mêmes pensées que les gens, le vampire n’arrivait pas à bien prévoir ses assauts et ce « style » incohérent. Alors qu’il partait encore sur un léger déplacement du côté opposé à la hache ardente, il trouva la corne sur sa trajectoire directe. Plutôt que de risquer son cœur, il repartit sous l’autre flanc pour en finir avec le destrier. Sans regarder. Il ne put donc que supposer, puis comprendre qu’il avait oublié quelque chose, une de ces infimes vérifications dont est fait un combat pour ne pas se retrouver en fâcheuse posture. Une sensation rare, presque oubliée, la douleur. Il sentit ses cheveux s’enflammer, sa tête se fendre, son corps se dessécher et s’effondrer en un nuage de cendres brulantes…

Garant profita de l’instant pour souffler un peu, la lutte avait été réellement acharnée et le vampire n’avait pas manqué de lui rappeler de vieux instincts. Se battre. Toujours. Pour se défendre, pour attaquer, pour s’emparer de quelque-chose… Pour vaincre ! Tout simplement. N’était-il pas l’un des élus d’Urgash, un héraut de la désolation et du changement ?

Tout autour de lui ses troupes achevaient le massacre de la horde d’esclaves de la Nécropole. Partout, des charniers de fortune exsudaient une fumée épaisse, méphitique, acre. Ses ordres avaient bien été suivis, par peur de son châtiment ou par simple bon sens : brûler les cadavres pour ne pas qu’ils se relèvent. En parcourant les ruines, Garant constatait à quel point la cité avait souffert en seulement quelques années, il ne restait presque rien d’utilisable. La situation était sans doute pire que prévue, comment les pathétiques enfants d’Asha auraient-ils pu survivre face à cela ?

Ok8t8
27/09/2013, 00h54
Chapitre 5 - La mauvaise Estafette - Havre I


L’estafette entra dans ma tente. Elle attendit en silence, le temps que je finisse mes dévotions matinales. Après ma dernière prière, le jeune soldat transit de froid s’avança en me tendant un rouleau de parchemin. Il grelotait.
« Euh, je… Un m’sage d’l’avant-pos’ du pic fendu. »
« Bonjour à toi mon enfant, adresse-toi à moi en m’appelant générale. Alors, quelles nouvelles m’apportes-tu là ? »
Il rougit, honteux d’avoir manqué au devoir le plus élémentaire du soldat envers son supérieur. Il sembla également gêné, surpris que je lui demande le contenu de la missive qu’il avait apportée intacte jusqu’à moi.
« Je… J’ignore g’nérale, c’la pr’mière fois qu’je port’ un m’sage… J’pensais qu’vous v’liez l’ouvrir. »
« Voilà longtemps que je ne perds plus mon temps à desceller mon courrier, sache-le et ne l’oublie pas. »

Machinalement, je fis sauter cachet. Encore un loup, n’y a-t’il donc que ça dans ce maudit duché ? Un loup hurlant, un loup rongeant un os, un loup bondissant, un loup tenant une épée… Le plus original représentant deux loups, ma patience avait vite été épuisée par la consternante héraldique locale.
« Des flammes dans les montagnes… D’étranges créatures à l’air malfaisant… Des patrouilles manquantes… Voilà un message bien pauvre mon garçon, ton sergent aurait-il envie de me faire perdre mon temps ? »
« J’sais pas g’nérale, l’m’a just’ dit d’v’nir ici pour vous donner l’m’sage. »
« Ce n’était pas une question. Et le message date d’il y a trois jours ! Qu’as-tu donc fait pendant tout ce temps, tu visitais les montagnes ? »
« Euh, j’m’suis perdu g’nérale. J’suis d’la vallée moi g’nérale, j’sais pas mon ch’min dans c’te neige et ces cailloux. »
« Elrath ai pitié de nous, que puis-je combattre avec une armée de jeunes paysans ? File, et que je n’ai pas te rappeler ton devoir ! Et cesse d’avaler la moitié de tes mots !»

Le silence revenu, je regagnais la table sur laquelle la carte était posée. La région était sure, le duché du loup connu pour la vaillance de ses troupes, d’innombrables réfugiés avaient progressivement remplis ses terres. Maintenant, il leur faudrait affronter l’impitoyable hiver dans les montagnes. Mais les morts étaient sans cesse plus nombreux, plusieurs passes avaient été prises par les Nécromanciens. Leur avancée était lente, mais presque implacable. Les valeureux soldats mourant, il fallait les remplacer, mais ce n’est pas en maniant une fourche qu’on apprend la guerre et les recrues se montraient au mieux médiocres. Mes nombreuses requêtes pour recevoir de vrais renforts avaient toutes rencontrées une fin de non-recevoir. D’autres champs de bataille avaient plus besoin de militaires.

Ok8t8
08/11/2013, 01h24
Chapitre 6 - Un Plan démoniaque - Garant III


Après avoir sécurisé le point de sortie à Heaumeroc et préparé ses troupes à se mettre en marche, Garant reçu enfin le message qu’il attendait de Kal-Azaar : le plan devait se poursuivre conformément à ce qui avait été prévu, mais les rôles étaient redistribués. Dans le sud, Bélias harcèlerait les cités des nécromants, ses hordes de chiens, de molosses et de cerbères lui fournissant un sérieux avantage face aux maigres garnisons laissées au pays. Les non-morts n’avaient pas envisagés une invasion dans leurs bases arrières, et il fallait en tirer un maximum de profit avant une contre-attaque d’ampleur. Au nord, Xorm serait chargé de la mission initiale de Garant, atteindre d’anciennes ruines dans les montagnes et, si possible, s’en servir pour générer un point d’entrée plus grand et stable, bien à l’abri. Il allait cependant devoir faire tant bien que mal avec les troupes qui le suivaient, guère les plus fiables. Kal-Azaar, pour sa part, était bien arrivé à l’ouest, ce qui laissait un doute à Garant sur le réel échec du transfert. Il se chargerait donc comme prévu de harceler les bandes en maraude, de détruire les postes avancés et de traquer les éventuels survivants.

Garant, de son côté, allait devoir constituer une force de dissuasion. En poussant vers l’est, il comptait frapper dans le dos les traqueurs à la poursuite des orques, qu’il devrait ensuite convaincre, ou contraindre, à rejoindre le combat, pour un temps au moins. Il délégua cependant une petite flotte dirigée par Xeriam, une succube, vers les îles Pao, dans l’espoir de « rallier » la résistance à son étendard. Il lui faudrait aussi jongler avec une importante armée qui revenait de l’Irollan en marche forcée vers lui, vraisemblablement pour embarquer à Heaumeroc afin de mettre à feu et à sang l’océan de Jade.

Mais la communication avec Kal-Azaar avait aussi apporté son lot de mauvaises nouvelles. Une secte de Magiciens s’était intéressée de trop près à un ancien artéfact jusque-là jugé inutile et sans intérêt, un trône d’origine inconnue. En déchiffrant les gravures qui le recouvraient, ils étaient parvenus à faire appel à une forme de pouvoir ignorée de tous, le Vide. De ce qu’il avait pu en comprendre, l’invocateur lui expliqua que le Vide était ce qui liait toute chose, une sorte de matrice universelle soutenant toute la création, une force d’équilibre et de stabilité. Malheureusement, les évènements récents avaient provoqué un grand trouble dans le Vide, un bouleversement d’une ampleur inimaginable que certains Néantomanciens pouvaient utiliser à leurs fins. Leur connaissance du Vide fragmentaire, leurs esprits confrontés à une puissance aussi aberrante, ces fous finissaient généralement dévorés par l’essence même qu’ils avaient cru pouvoir maîtriser en libérant des torrents de Néant sur Asha.

Ce danger ne serait pas à prendre à la légère, car déjà de tous bords des esprits forts pensaient pouvoir user de ce pouvoir pour défendre leurs objectifs. Les morts avaient commencé à se multiplier, mais plus nombreux encore étaient ceux qui restaient coincés, quelque-part entre l’existence et la non-existence, cherchant désespérément à se maintenir en ce monde en dévorant ce qui les entourait, dévorés par une faim insatiable de mémoire, une soif inextinguible de vie.

Ok8t8
22/11/2013, 02h32
Chapitre 7 - Une Emissaire imprévue - Kat II


La shamane avait été claire : Ciel-Père dit que les intrus ne sont pas des ennemis, pas eux, pas ici, pas maintenant. Le sang de Kat bouillait dans ses veines, tout en elle la poussait à faire exécuter les prisonniers sans pitié, sans patience, sans les entendre. Mais Kat savait également que le corps que donne Terre-Mère et l’esprit que donne Ciel-Père doivent vivre ensemble, comme la sœur et le frère. Sinon, la personne n’est pas entière.

Elle sortit de la hutte surchauffée de la shamane et se rapprocha de la jungle, fendant la foule croissante de ses pairs. Arrivée à la lisière, elle poussa quelques cris gutturaux, lents et profonds. Rapidement, la jungle lui répondit par une symphonie de cris d’oiseaux, de bruissements de feuilles, de ricanements de singes. Et un feulement rauque.

Sans autre bruit que son souffle puissant et les feuilles qui ployaient sous ses pattes imposantes, le massif félin coula jusqu’à sa sœur, frottant sa truffe humide contre son torse et léchant son visage. Kat plongea ses mains dans l’épaisse fourrure et susurra à son oreille « Prête à ta sœur ta patience de chasseur ».

De retour dans la tente de commandement, l’ambiance était étouffante, les feux apportaient la lumière mais aussi leur chaleur, et les combattants bien trop nombreux pour la structure. Tous ceux qui avaient pu étaient entrés, par leur statut, leur force ou leur ruse, ils étaient là. Un siège simple avait été posé sur un piédestal, que tous puissent voir, ou pour le moins entendre, les déclarations de celle qui allait dispenser le châtiment. Devant se trouvaient quelques démon, fermement enchaînés et cernés de gardes sur leur qui-vive.

Quand Kat pris place sur le tabouret, le félin à ses côtés, la clameur se tût et tous écoutèrent sa parole. « Les parents des hommes-bêtes ne sont pas bienvenus, que faîtes-vous sur les terres du Bastion ? »
Une femme démon s’avança du mieux qu’elle put malgré ses liens. Sur un geste de Kat, un garde lui retira son bâillon avant de mettre sa lame sous sa gorge. « Noble chef des orcs… » A peine avait-elle prononcé ces quelques mots que son geôlier l’avait frappée à l’estomac « Pas de jolies paroles, pas de venin sur la langue ».
Se redressant, la succube repris « Nous cherchons des alliés. Garant, mon Maître, est sorti de Sheogh avec des troupes pour combattre les non-morts. Ils sont nombreux et nous ne pouvons gagner seuls. J’ai été envoyée en émissaire pour vous proposer une… alliance. »

L’assemblée explosa de fureur, comment un démon osait-il parler d’alliance après ceux qu’ils avaient fait aux enfant d’Asha ? Le rugissement du compagnon de Kat ramena le silence sous la tente.

Elle se rassit sur le siège et déclara « Vous nous avez créés avec les Magiciens, vous avez torturé les ancêtres pour faire de nous vos créatures. Pourquoi nous allier avec des ennemis ? »
« Nous aussi avons été torturés par l’Académie. Elle nous a invoqués pour nous enchainer, voler notre sang et le verser dans les veines de vos ancêtres. Vous avez été créés grâce à nous, mais pas avec notre aide ! Elle est notre ennemi commun, mais il y a plus dangereux maintenant : les Nécromants. Nous ne sommes pas amis, mais pas non plus ennemis. »

La discussion dura encore quelques temps, mais tous avaient compris ce qui allait se passer. Kat ordonna de relâcher les démons qui, désormais, n’étaient plus les ennemis. Pour un temps au moins. L’un des conseillers autochtones proposa même l’assistance de ses troupes. Tout ce qu’il souhaitait en échange était, pour elles, de pouvoir massacrer un maximum de non-morts.

Trois jours après avoir été abordée par la flotte du Bastion, Xeriam quittait les îles Pao libre et emportait même des renforts. Son Maître serait content, le pari de Garant avait porté ses fruits…

Ok8t8
22/11/2013, 02h33
Chapitre 8 - Le camp en Thallan - Garant IV


Depuis maintenant trois semaines, la horde arpentait les plaines désertes. Partout se manifestait la décrépitude d’Ashan. Alors qu’on lui avait décrit de vastes étendues vertes s’étendant à l’infini sous un ciel d’azur, Garant ne trouva qu’une terre sèche, des touffes d’herbes brunies disparates. Et un océan de nuages gris. Les jours passaient et se ressemblaient, de longues journées de marche dans un paysage monotone.

Heureusement, le voyage était avait déjà à cinq reprises été égayé par des rencontres avec des groupes de non-morts errants. Rien de passionnant, juste un os à ronger, mais les troupes supportaient mal ces périodes d’inactivité. Lui-même trouvait cela fort déplaisant. Sheogh avait mille et une façons de faire souffrir, mais celle-ci y aurait sans conteste une place de choix. En outre, les succubes restées en arrière pour observer la progression du lent ost contournant les montagnes firent savoir que l’armée était effectivement arrivée au port de Heaumeroc, ou du moins aux cendres froides qui le remplaçaient désormais, pour ne trouver aucun moyen de prendre la mer. En Heresh, quelqu’un allait payer pour cet échec.

Enfin, par un après-midi aussi gris et déprimant que les autres, des diablotins revinrent avec des nouvelles d’un camp, deux lieues à l’est. La reconnaissance indiquait une forte concentration de lamashu mais également une pléthore de goules. Seul un petit groupe de liches constituerait une réelle menace à gérer avec tact et carbonisation d’autant plus qu’elle servirait sans doute de garde d’élite à Séria, la commandante ennemie. La place ne semblait pas fortifiée, seule des petits talus servaient de défenses anecdotiques. Après tout, qui donc pouvait bien aller vers l’est ? Il s’agissait sans doute de l’actuel poste de commandement des troupes orientales de la Nécropole, chargées de mettre à mort tout ce qui restait en Thallan.

En quelques ordres à peine, Garant fit mettre ses troupes en ordre de bataille. Tous connaissaient leur place et leur rôle, manquer à son devoir n’était pas une option. Immédiatement, la horde démoniaque se lança à l’assaut. Maniaques et déments fauchaient les rangs des goules, appuyés par des saccageurs déchainés qui creusaient des sillons dans les cadavres en se ruant sur les lanceurs de sorts adverses. Les diablotins ricanaient en se ruant sur les lamashu tandis que les succubes les soutenaient de leurs projectiles magiques.

Pour une bataille de cette ampleur, Garant était resté en arrière. Contre l’infâme magie des Nécromants, ce n’est pas une seule hache qu’il fallait mais une véritable pluie de flammes. L’objectif était simple, terrasser Séria pour priver les forces ennemies de leur appui le plus important, après cela, ce ne serait plus qu’un vulgaire nettoyage. Malgré la violence de l’attaque, la progression était trop lente au goût de l’émissaire de la discorde. Les non-morts tenaient bien le terrain et trop d’entre eux se relevaient peu après avoir fait une petite sieste en pleine bataille.

Alors que son opposante venait juste de relever l’une de ces increvables liches dévoreuses d’âmes pour combler une faille dans ses rangs, Garant parvint à la repousser, téléporta un saccageur grièvement blessé dans la brèche et lui insuffla une énergie nouvelle en attisant son feu intérieur. D’un coup puissant de ses poings de basalte vivant, le démon d’Ur-Khrag broya l’épaule et la moitié du torse de la Nécromancienne qui, dans un étrange cri semblant plus de frustration que de douleur, disparu.

Le reste du combat fut un véritable moment de plaisir pour les fils d’Urgash. Sans chef pour la contrôler, l’armée ennemie n’opposait plus qu’une résistance de principe, ayant perdu dans la non-mort le plus élémentaire sens de la survie. Alors qu’il passait ses troupes en revue, Garant se félicitait de son utilisation astucieuse du déphasage qui lui avait permis de gonfler, pour quelques temps, ses effectifs. Et surtout de concentrer les pertes sur des troupes qui, de toute façon, ne seraient restées que quelques heures sur Ashan.

Il allait maintenant falloir prendre le contrôle du reste de la région et tenter de s’allier les centaures arpentant les plaines infinies.

Ok8t8
04/12/2013, 13h41
Chapitre 9 - La mauvaise Nouvelle - Jezziel II


J’avais à peine pu prendre quelques instants pour réfléchir qu’on demandait à nouveau à me voir. Le capitaine Enior s’inclina respectueusement. Il tenait un courrier dans sa main droite gantée. Etait-ce la journée des nouvelles ennuyeuses ?
« Générale Jezziel, pardonnez-moi de vous importuner mais j’ai reçu des nouvelles alarmantes du pic fendu. »
Ma curiosité piquée, je lui accordais l’attention nécessaire.
« Générale, un rapport lapidaire du sergent Thoss nous informe que l’avant-poste est tombé face à un assaut massif de troupes démoniaques. Le message est parti avec l’un de ses derniers hommes qui a réussi à fuir blessé. Par chance, une de nos patrouilles a trouvé son corps et nous a rapporté le présent message. »
« Quand a eu lieu l’attaque capitaine ? »
« D’après la date, deux jours, générale. Le sergent nous écrit que c’est une véritable armée qui leur est tombée dessus, pas juste un petit groupe de reconnaissance. Essentiellement des monstres écorchés qui se servent de leurs propres os pour frapper et vomissent une substance mortifère. »
« Des tourmenteurs et des lacérateurs ? Ce sont des démons puissants, ils ne doivent pas nous trouver ici ou nous serions en danger de mort. Capitaine, renforcez vos patrouilles, triplez les effectifs, et qu’importe si vos hommes sont transis de froid ou n’ont pas le temps de dormir, je veux que rien ne puisse approcher de ce camp sans alarmer une sentinelle. Nous levons le camp demain à la première heure pour la gorge du serpent de glace, les ruines nous fourniront une protection contre les esquilles lancées par ces déments. »

Tout en donnant mes ordres, j’écrivais un énième message au commandement impérial. Après l’avoir scellé, je le tendis au capitaine.
« Voici une lettre de la plus haute importance, confiez-la à votre chevalier griffon le plus rapide, il doit atteindre le château du loup dans la journée et revenir au plus vite. Sans ces renforts, nous sommes tous morts. Elrath nous vienne en aide. »
Je me signais et vis que le capitaine faisait vivement de même avant de s’incliner et de sortir précipitamment. Le temps nous manquait et il le savait aussi bien que moi.

Grhyll
12/12/2013, 14h54
C'est bien chouette, tout ça ! (J'espère qu'on a bien le droit de poster des commentaires...) Je serais pas contre que ça soit encore plus détaillé, et que les chapitres soient plus longs, mais bon, on peut pas tout avoir, j'imagine :)
(Et à un moment tu parles d' "orques", je pense pas que ce soit voulu ^^' )

ABD-UL
12/12/2013, 15h08
excuse moi je me suis inscris et je ne sais pas comment débuter le jeu pardon aide moi car j'ai tellement envie de jouer

Grhyll
12/12/2013, 15h31
...et tu ne sais pas utiliser un forum non plus, a priori... Il y a une campagne solo à jouer dans le jeu pour apprendre les règles. Et sinon, tu devrais soit créer un topic, soit trouver un topic déjà existant lié à tes soucis, mais éviter de poster quelque chose qui n'a rien à voir sur un topic complètement inadapté...

H31ch1_0k8t8
14/12/2013, 11h43
C'est bien chouette, tout ça ! (J'espère qu'on a bien le droit de poster des commentaires...) Je serais pas contre que ça soit encore plus détaillé, et que les chapitres soient plus longs, mais bon, on peut pas tout avoir, j'imagine :)
(Et à un moment tu parles d' "orques", je pense pas que ce soit voulu ^^' )

Merci :), bien sur que tu peux commenter, tant que ça parle du sujet de base ^^

Pour ce qui est des détails, je fais ce que je peux, j'essaye de faire avancer le récit principal tout en gérant des éléments annexes/connexes. Et pis c'est que le temps passe vite quand on rédige ! En outre, tous les acteurs ne m'inspirent pas également et j'ai plus ou moins de choses à leur faire faire, ce qui influe sur la longueur des "chapitres". Je préfère travailler par petites séquences que sur de longues parties, quand je vois le boulot de certains je suis impressionné, vu la longueur de ce qu'ils écrivent, c'est un peu hors de ma portée je crois :p

Pour ce qui est des orques, peux-tu le dire à quel endroit stp ? Je me sens mal de tout relire "juste" pour trouver... Je ne vois pas non plus trop le souci, peux-tu m'expliquer ? Je me ferai une joie de te répondre :)

Grhyll
16/12/2013, 13h40
Quand je parle de détails, je pense à ce que fait vraiment tel personnage à un moment donné du chapitre, quelles émotions le traversent, quel est le décor qui l'entoure, qui sont les gens à côté de lui, tout ça... Mais bon, c'est clair que c'est pas évident à traiter quand il y a plusieurs factions en jeu !

Pour les orques, c'est juste qu'a priori un orque c'est une créature marine, contrairement à l'Orc qui est une créature fantastique. Il y a 4 occurrences d'orque (un petit ctrl+f permet de les dénicher), et parfois un petit "orc" :)

H31ch1_0k8t8
16/12/2013, 23h09
Pour les détails, je fais ce que je peux... Mon style est assez synthétique à la base, j'ai donc certaines "difficultés" à faire dans la tartine. Mais promis, le jour où j'y arrive, je me trouve un éditeur et je fais de la concurrence à Georges R. R. Martin :p, je va essayer de faire mieux.

"Pour les orques" c'est que je suis un peu "traditionaliste" pour la fantasy, et l'un de mes auteurs favoris est... Jon R. R. Tolkien (oui, je sais, original), et chez lui ce sont des orques. Après, si tu veux voir des mammifères marins dans mes récits libre à toi :)

Je fais aller faire une petite séance d'auto-flagellation pour l'oubli de Ctrl-F...

Grhyll
17/12/2013, 10h28
Ok, je me disais bien qu'il devait y avoir une raison à cette infestation d'orques ^^ Bon courage pour la suite de l'écriture en tout cas :)