PDA

Afficher la version complète : Blagues



Melkentich
12/03/2014, 10h56
Lorsque vous entrez dans un bouge et que vous y descendez quelques pintes, voir plus, si affinité - et affinité il y aura indubitablement du moment que vous aurez commencé à boire - vous atteindrez alors immanquablement le point culminant du summum de l'humour. C'est en tout cas ce que vous croirez sur l'instant et que vous serez tenté d'oublier le lendemain. Vous serez-même tenté d'avoir recours, tel l'escrimeur à recours à son épée, le fermier à sa fourche, le nécromant à ses cadavres, le cyclope à ses gobelins, recours à la blague. Et c'est peut-être celle qui suit que vous raconterez*!

Il était une fois trois héros légendaires. Ils avaient tous à leurs actifs respectifs maints faits d'armes aussi grandiose les uns que les autres. Néanmoins, ils n'étaient pas adulés de manière unanime. En effet, on oublie trop souvent que des faits d'armes, quel qu’ils soient, implique des morts et que ces morts ont une famille. Même un gobelin dégénéré, un goule pestilent ou une bête des enfers, ne serait-ce même le héraut de la fatalité, ont un papa et une maman qui les pleurent quand il meurt... De leur première mort en tout cas.

Si on ne pouvait donc pas être tous fan des ces types, ils ne restaient néanmoins une discipline à laquelle ils s'adonnaient, une fois par an, et qui forçait le respect*: le lancé de béret. Cela tombe bien car on cette fois là et le championnat de lancé de béret avait donc lieu.

S'avança en lice, devant la foule en liesse, Garant, représentant de la faction inferno. Il avait un béret tout feu, tout flamme, c'est à dire, rouge et en train de bruler. Il salua les badauds, retira son couvre-chef, le fis légèrement tournoyer, et le lança. La distance était tout simplement hallucinante*! 214m*! Du jamais vu. D’emblée, il avait mis la barre très haut.

Après avoir éteint l'arbitre du vide qui s'était malencontreusement retrouvé sur la trajectoire, se fût à Kelthor du bastion de se présenter. Il n'avait jamais l'air en forme à l'époque des moussons, mais là, il n'était que l'image de lui-même. Sans doute avait-il participé à trop de bataille durant cette dernière année. Néanmoins, même ainsi, il restait un sérieux concurrent. Il s'échauffa, un peu avec quelques génuflexions, pris son béret rouge et blanc à deux mains et le lança de toute ses forces à l'instant même où une multitude de mains, faites de terres et de roches, s'étaient saisi de lui pour l'étreindre. Résultat*: 42m. Il réclama un nouveau lancé mais tous les arbitres feignirent de n'avoir rien vu.

Alors que Kelthor se faisait éjecter de force du terrain, vint alors Ariane de la nécropole. Elle avait au lèvre son éternel sourire des mauvais coup. Elle pris son béret, noir et vert, dans la main, et souffla dessus. Avant même qu'il ne touche le sol, un portail s'était ouvert et l'avait aspiré jusque chez elle, à une lieue de là. Les arbitres, agissant bizarrement, comme s'ils étaient pendu à des fils invisibles, tels des marionnettes, validèrent le lancé.

Le public huait encore Ariane quand Akane de l'académie, se positionna. Sans plus de chichi, elle pris son béret doré à deux mains, le souleva et le pria de s'élancer. Ce qu'il fit. Il s'envola, et virevolta, allant toujours de plus en plus haut, de plus en plus loin. Il scintillait dans les rayons du soleil et progressait avec légèreté. C'était beau à voir, émouvant même. Il ressemblait à un papillon de lumière et cela redonnait fois espoir dans la vie. Quelques-uns versèrent quelques larmes de bonheur, alors que d'autres avait un sourire béat. Une clameur s’éleva lorsque le béret sembla traverser un arc-en-ciel. Alors-même que le ciel s'assombrissait, le béret semblait rayonner de plus en plus. Puis, il fut foudroyer. Sans doute la colère du Ciel-Père ne permettant pas que quelqu'un créa quelque chose de volant aussi beau. Ciel-Père était connu pour ne pas aimer les contre-façon, plagiat et pour punir ceux qui ne respectait pas les droits d'auteurs. Surtout les siens... Akane fut disqualifiée.

Shalan vint alors. Grand gagnant de l'an passé, tous l'ovationnait en criant «*Shalan est venu avec son chapeau pointu*!*». Et oui, Shalan arborait un béret aérodynamique et donc pointu. Il fit le beau, salua quasi chacun des spectateurs d'un seul geste, dansa, et amusa la galerie. Il distribua même des cadeaux. C'était une véritable bête de scène. Les juges le prière de bien vouloir d’exécuté et d'en finir avec son lancé. Après leur avoir lancé une petite boutade, qui amusa fort la galerie, il se mit en place. Il se concentra un instant. Puis, il rassembla ses mains en corole avec son béret, pointu et bleu, au milieu. Lorsqu'il les projeta en avant, un tsunami apparut portant le bonnet à son sommet. La distance parcourue était phénoménal. Le béret arrêta sa course dans une rivière lorsque la vague s'éteint. Il continua au fil de l'eau avant d'être récupéré par un castor pour solidifier son barrage. Résultat*: plus d'une lieue. Ariane était fol de rage alors que Shalan était tout sourire. Il alla rejoindre les bancs où des enfants défilèrent sur ses genoux afin de lui soumettre quels cadeaux ils souhaitaient recevoir cet hiver.

La foule commença à se lever, se préparant à partir. Les juges allaient bientôt donner leur verdict et valait mieux partir assez vite si on voulait pas être pris dans la cohue ou faire trop de queue au bar. Lorsque tout à coup, quelqu'un aperçut un concurrent supplémentaire avec son béret noir. Les juges daignèrent arrêter leur délibération pour voir ce qu'il se passait. Puis ils eurent l'air gêner lorsqu'il se rendirent compte de leur oubli puis, avec mauvaise foi, déclarèrent que c'était un challenger de dernière minute, en retard, et pas prévu du tout. Ce dernier, tous le reconnu. Il s'agissait de Kimmundi du havre ou le chevalier au béret comme certains l'appelait. C'était sans doute parce qu'il portait un béret en permanence. Nonchalamment, Kimmundi ôta son couvre-chef et le lança distraitement d'un simple geste du poignet. On aurait dit un geste habitué de celui qui lance son béret pour l'accrocher élégamment au porte manteau le plus proche. Néanmoins, ce simple geste, donna suffisamment d'impulsion au béret pour que celui-ci disparaisse dans le vide de l'espace.

Je vous accorde que cette blague n'a pas vraiment de chute, tout comme le béret de Kimmundi. Mais après quelques pintes, on en rigole toujours*! Ou pas...

WCB.Kimundi
12/03/2014, 12h20
Ca m'a quand même fait bien rire :D Funfact : j'ai tenté de faire du lancer de béret pour l'accrocher au porte manteau du bureau hier justement, mais avec moins de réussite que le Chevalier au Béret.

BluerainFR
12/03/2014, 20h17
Ça me démangeait depuis ce matin :

http://img11.hostingpics.net/pics/694182KimmundiBeret.jpg
;)

Melkentich
14/03/2014, 15h10
Malgré la boisson qui coule a flots, surtout dans votre gosier, vous vous rendez compte que votre auditoire a été bien poli de sourire voir même de rire un peu. Vous décidez de ne pas vous laisser faire. Qu'y a-t-il de pire que la gentillesse, la sollicitude et la politesse lorsqu'on essaye d'être drôle ? N'y a-t-il pas hypocrisie sous roche ? Oui, vous êtes parano, comme tout bon buveur qui se respecte. Ils vont tous voir de quelle blague vous vous chaffez ! (Oui, vous oubliez des lettres sur certains mots. Signe que vous ne devriez prendre les commandes d'aucun véhicule pour rentrer plus tard chez vous ou chez un tiers. Et peut-être même éviter de marcher aussi.) Vous seriez donc tenter de sortir ce que vous pensez être l'artillerie lourde et donc de raconter la blague suivante.

C'est l'histoire d'une magicienne. Normal. Pas nécromancienne. Elle s'appelle Gazal. Son truc, c'est la recherche. La recherche magique. Elle aime tellement ça, qu'elle cherche des fois quelque chose à chercher. Un jour, elle trouva que de chercher le pouvoir ultime pouvait valoir le coup. Surtout pour asservir le monde ou le détruire... Accessoirement.

Après être parti sur quelques mauvaises pistes, comme chercher les dragons primordiaux et tout, elle partit en quête du trône du renouveau. En effet, ce dernier donnerait l'accès au pouvoir du vide. Et chacun sait que si le vide était intégrée au shifumi, il battrait la pierre, la feuille, les ciseaux et lui-même. Il suffit maintenant de remplacer la pierre, la feuille et les ciseaux par l'univers et le reste pour comprendre que quelque chose qui est assez puissant pour tout détruire, et même s’autodétruire, est forcément la chose la puissante qui existe. CQFD.

Très peu savait où se trouvait le trône... Très peu étant un chiffre tendant vers zéro car ceux qui avaient su où il était la dernière fois où il avait sévit, étaient tous morts depuis de nombreuses années. Mais bon, de toute façon un truc donnant accès à la puissance ultime doit forcément être quasiment impossible à trouver. Parce que sinon, tout le monde serait ultimement puissant et si tout le monde l'est, cela reviendrait à annuler le principe même de cette puissance : être le plus puissant en la possédant. Cela étant contraire au principe de l'élitiste moyen assoiffé de pouvoir, on cache donc l'accès à ce pouvoir afin que personne ne le trouve. Mais pas trop quand même...

En effet, il existe un accord tacite pour ce genre de chose mis en place par une coalition secrète composé de gens vicieux, torturés, sadiques et quelque peu taquins. Une coalition active sur tous les mondes de tous les univers possibles connus ou inconnus. La première et unique règle de cet accord est que même s'il faut que personne ne retrouve jamais une chose cachée pour une bonne raison (comme éviter l'anéantissement total d'un univers quelconque) cette chose doit être trouvable par un être qui mettra suffisamment d'énergie et de moyen pour le trouver... Tant que cet être joue à une chasse au trésor en résolvant quelques énigmes tordues, mais de bons goûts, voyage d'un point à l'autre d'un espace donné, survis à une multitude de piège, décrypte d'anciens manuscrits, fait appel au principe fondamental ou plus poussé de la physique, etc.

Gazal finit donc par localiser le trône quelque part au delà des cieux. Un quelque part qui ne pouvait pas vraiment être localisé car c'était plutôt nulle part au delà des cieux. Heureusement pour elle, elle n'eut pas à attendre que l'évolution de son monde permette le voyage intersidéral ni même résolve scientifiquement des questions sur ce que serait une zone étant nulle part car il existait un portail justement nommé : le portail vers nulle part.

Le reste de l'histoire n'aurait aucune cohérence si elle n'avait pas fini par le traverser. Ce qu'elle fit donc.

Ce portail avait tant absorber de choses, que c'était un réel capharnaüm de l'autre côté. Gazal entrepris de trier, classifier, inventorier puis ranger par ordre alphabétique tout ce qui s'y trouvait. Lorsqu'elle eut finit, elle trouva ça bien et s'apprêta à s'asseoir sur le trône du renouveau afin de se reposer et souffler un peu. Lorsque tout d'un coup, une pensée la traversa. Si elle s'asseyait, si elle s'emparait du pouvoir ultime et que, comme la légende le veux, ce pouvoir la pervertissait et l'obligeait à détruire tout ce qui existe, il n'y aurait donc plus rien à chercher... Et elle, elle aimait chercher. Elle ne pouvait donc pas se permettre de s'asseoir et que cela arrive. C'est à cet instant qu'un objet lancée à grande vitesse, venu de nulle part (mais pas le nulle part où elle se trouvait et donc un autre qui était ailleurs), la frappa en plein visage et la fît se renverser en arrière sur le trône.

Après moult effet de lumière, arc électrique, changement physique et autres trucs qui accompagnent en général la transmission d'un pouvoir ultime d'un objet à un tiers, elle examina de plus près l'objet qui l'avait frappée.

C'est alors qu'elle eut cette pensée : « Putain de béret ! ».

BluerainFR
14/03/2014, 17h06
J'ai ri :)

Melkentich
22/03/2014, 19h14
Un jour, je ferai salle pleine avec cette blague ! Et alors, je vous la dédirai, BluerainFR et Kimmundi, vous qui fûtes mon premier public !

BluerainFR
04/04/2014, 06h37
L'impossible quête du béret

Deux cartes de Magic L'Assemblée (MA1 et MA2) et une carte de DoC (DOC) se retrouvent au Paradis.

La première dit aux deux autres :
MA1 - Salut les gars ! Comment êtes-vous morts, vous ?
MA2 - Un jour j'ai accepté la quête d'un type qui me vendait son béret si je lui rapportais un lingot d'or. J'ai finalement trouvé un autre type qui vendait un lingot d'or, mais ça m'a coûté un bras.
DOC - Vu que tu es un hécatonchire à cent bras, ça n'a pas dû te gêner trop en effet...
Hécatonchire - Détrompe-toi ! Sur le chemin du retour, quand je me suis rendu compte qu'au final j'étais en train d'échanger un bras contre un simple béret, je me suis senti bête et honteux, alors je me suis suicidé pour laver mon honneur aux yeux de ma conscience. D'ailleurs je le regrette maintenant.
MA1 - Mais c'est étonnant quand même ce qu'il t'arrive, moi aussi j'ai croisé le même type, il m'a aussi dit qu'il me cédait son béret pour un lingot d'or. Et j'ai aussi trouvé pas loin un autre type qui vendait un lingot d'or. Je lui en ai acheté un, mais ça m'a coûté un œil. Mais c'est ça qui m'a tué.
Hécatonchire - Mais pourtant, tu es un cyclope de la forteresse, non ? Tu dois bien pouvoir résister à ça ?
DOC - Laisse-moi deviner, tu es devenu aveugle, et du coup sur le chemin du retour vers le type au béret, tu es tombé de la falaise ?
Cyclope - Non, pas du tout, ça s'est infecté et je suis mort d'une maladie nosocomiale. Et toi, tu es mort comment ?
DOC - Ne m'en parle pas ! J'ai aussi croisé un gars qui vendait des bérets, d'ailleurs le même que vous sûrement. J'ai aussi acheté un lingot d'or chez un vendeur du coin, mais ça m'a coûté un organe.
Cyclope - Et alors ? Ça s'est infecté ?
DOC - Non, pas du tout. Je m'appelle Morgan, donc Morgan - Organe + Or, égal je suis mort !

coshikipix
04/04/2014, 08h23
>-<

tout ca pour ca... j'ai ri mais je ne sais pas encore si c'était nerveux ou du à la blague XD

Melkentich
04/04/2014, 09h52
Pas mal Blue... Ca m'a fait sourire ;o) Et un sourire en plus, c'est toujours ça de gagné dans une journée !

PukinggoB
04/04/2014, 21h11
Chapeau l'artiste xD

BluerainFR
05/04/2014, 21h26
C'est l'histoire d'un zombie qui a lu ma blague précédente.

Ha ha ha ! Quelle bande de bras cassés ces mecs !
http://www.momcards.fr/template/images/cards/monsters/228-zombie-putrefie.jpg
Moi j'ai réussi à l'acheter le béret !
mais comme j'arrive pas à le porter, je le laisse au placard

Note de moi :
Ha ha ha ! Cette blague est si marrante, les bras m'en tombent.

Ce post me fait sûrement autant pitié qu'à vous, mais je sais pas pourquoi, je me sentais le besoin de le faire. Surtout que ça ne tue personne. Au pire, c'est nul, au mieux ça arrachera un léger sourire.

NB: et aussi, ce n'est pas une offense sur les personnes handicapées. Éventuellement sur les zombies handicapés au pire, mais je ne crois pas que les zombies existent dans la réalité. Et même si ça existait, je n'aurais à priori rien de spécial contre eux. Cette blague est du même niveau que celles que l'on fait par exemple sur nos respectés amis les belges, et qui en rigolent bien autant que nous d'ailleurs :)