PDA

Afficher la version complète : Decks du Havre, influences historiques et incidences en termes de gameplay



Elindar1
28/03/2014, 14h13
Salut à tous !

Ayant l’esprit vagabond pendant un trajet en bus, j’ai eu quelques réflexions sur les liens entre le gameplay de certains decks, et les influences historiques de ces decks. Je les partage ici pour ceux que ça intéresse, afin que d’autres les complètent, les critiquent, voir en proposent d’autres sur d’autres decks.
Etant surtout un joueur Havre, je vais me concentrer sur cette faction, bien que je vous proposerai quelques courtes pensées sur d’autres decks à la fin.

Introduction sur le Havre
Rien de bien original ici, les influences de l’Europe Chrétienne et médiévale sont clairement identifiables. Des chevaliers, des prêtres, des anges, jusqu’ici, tout le monde avec un minimum de culture historique a vu d’où vient l’inspiration. Mais cette période revêt différent aspects, dont on peut isoler certaines caractéristiques dans des decks précis, et voir en quoi ces caractéristiques influent sur la façon dont ce deck est joué. Je ne sais pas si c’est par la volonté des designers du jeu ou non, mais certaines similitudes sont assez intéressantes à souligner. Entrons tout de suite dans le vif du sujet avec un premier exemple !

Cassandra Fortune, le Saint Empire Romain Germanique.
Le plus évident pour commencer, l’organisation impériale du Havre tire clairement ses sources dans cet imaginaire. L’Allemagne (oui il va y avoir quelques anachronismes, mais on est dans un univers fantastique donc ce n’est pas un problème !) est aujourd’hui connue pour son organisation sans faille et sa rigueur. On retrouve dans Cassandra Fortunes un gameplay avec une logistique en béton dans la gestion des ressources (fortunes d’accélération de mana et collecteurs impériaux) et dans l’organisation des troupes sur le champ de bataille(formations pour maximiser l’efficacité des capitaines du loup et des créatures avec garde (prétoriens consacrés). L’extension de la guerre au monde économique (accélaration et blocage des ressources de l’adversaire) peut être lue comme une application du concept de guerre totale de Clausewitz, qui dépasse la sphère strictement militaire. On retrouve aussi, caractéristique du Saint Empire Germanique, une place centrale de la religion catholique, très structurée dans les formes, avec la Dévotion Impériale de Cassandra. Mélange entre pouvoir temporel et spirituel, combat pour le Trone et l’Autel (d’Asha, où on se sacrifie pour sa croyance, renvoie aux premiers martyrs), ce deck reprend ainsi de nombreux éléments du Moyen Age occidental chrétien.

Alia, le fanatisme inquisitorial.
La place du catholicisme reste prépondérante, mais plutôt que mettre l’accent sur la structure et la hiérarchie comme le fait Cassandra, on trouve ici les thèmes de la guerre de religion (pour la Vrai Foi) mis en pratique sur la table de jeu. L’utilisation du domaine du feu par Alia rappelle le registre de la condamnation aux flammes des enfers. L’objectif ici est la purification, même au prix du sacrifice de créatures alliées (boule de feu et flamme interdite qui touchent aussi les alliés), qui rappelle la phrase attribuée à Simon de Montfort lors de la croisade contre les cathares : « Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens ! » Ce côté guerre de religion apparaît aussi par la double nature des chevaliers croisés lors des croisades en Terre Sainte : protéger les pèlerins, combattre les infidèles. Ainsi, l’utilisation de soin via le domaine de la lumière et la capacité d’Alia reprend bien ce côté de protection. Les ordres croisés d’hier, comme l’Ordre de Malte (hospitaliers, d’où les hôpitaux), existent encore aujourd’hui et se consacrent au soin. Enfin, les decks Alia Rage donnent berserk à toutes les créatures, ce qui renvoi au fanatisme des belligérants lors de conflits religieux, ils sont tellement aveuglés par la haine qu’ils foncent tout droit sans réfléchir !

Sandalphon aggro, le corsaire du Roi
C’est un peu moins évident que pour les précédents, mais j’aime beaucoup cette image de corsaire pour définir Sandarush. Sandalphon est un corsaire, c’est un dire un capitaine de vaisseau qui ne mise pas sur la force brute, mais sur sa vitesse et sur la précision de ses coups pour vaincre un adversaire. Sa science de la navigation est assurée par la maîtrise de l’astrologie (domaine des cieux) et sa connaissance des marées (domaine de l’eau). Il va très vite grâce à son accélération de mana (capacité de défausse) afin de porter des coups décisifs, mais si ça résiste trop, il ne passe pas. Sa connaissance de la navigation peut lui permettre d’attirer l’adversaire en eaux dangereuses, où il sera tenté par les sirènes d’Ulysse (le Chant des Egarés) qui pourront le faire naufrager (wombo combo). La religion est bien moins présente, mais il reste quelques restes inhérents au Havre, la prière des marins avant de partir et celle au retour au port ?

Je n’ai ni Siegfried ni Jezziel, donc je ne connais pas trop les decks associés à ces héros. Pour Morgan et Kieran je n’ai pas trop trouvé de similitude dans le genre, quelqu’un a des idées ?

Quelques éléments sur le Sanctuaire
L’influence asiatique saute aux yeux. Le style de jeu d’un deck Takana Fortune me fait penser aux confréries de samourais japonais, la capacité Honneur donnant ce côté d’union dans un destin commun. Les domaines de magie de Noboru, ténèbres et lumières, les deux dans un seul héros, est forcément un écho au Ying et au Yang, mais je ne connais pas assez bien pour parler d’incidences sur le gameplay. De manière générale, l’influence de l’école chinoise de stratégie (Sun Tzu et compères) basée sur l’esquive et la manœuvre plus que sur la force brute est assez bien représentée dans toute la faction sanctuaire (repositionnement stratégique), et plus particulièrement dans les decks Shalan Bounce qui ne font que s’évader et refuser le combat. A développer pour ceux qui connaissent mieux que moi !

Autres factions
L’influence arabe et orientale sur l’Académie est clairement établie, même si j’ai du mal à comprendre la présence de titans. Je ne connais pas trop la culture orientale, donc je vais avoir du mal à trouver des correspondances de la sorte pour eux !
Le Bastion me laisse perplexe, car c’est un mélange de mythologie nordique (orcs) et grecque (cyclopes, centaures…) Peut être un style de combat proche des tribus barbares qui ont envahi l’Empire Romain ? Voir les celtes avec des pratiques telles le druidisme et le chamanisme ?

Kioro-Djirane
28/03/2014, 21h57
Bon ça part un peu loin parfois mais y'a d'l'idée quand même ! Une petite lecture sympa. :)

Rhadasama
29/03/2014, 15h52
J'ai trouvé ça très intéressant. N'hésite pas à approfondir ! :)