PDA

Afficher la version complète : Assassin's Creed et politique



Ramoran
14/11/2014, 13h51
Il est assez peu fréquent qu'une formation politique réagisse à un jeu vidéo, je tiens donc à le signaler :
http://www.lemonde.fr/pixels/breve/2014/11/14/jean-luc-melenchon-s-emporte-contre-assassin-s-creed-unity_4523542_4408996.html
Personnellement je n'ai pas joué à ce jeu, mais voyant la bande annonce, j'ai la désagréable impression qu'on présente une caricature grand-guignol et de l'Histoire, où les révolutionnaires sont réduits à un troupeau de brutes sanguinaires. Peut-être le jeu est-il plus complexe que cela, en tout cas je serais curieux d'avoir l'avis de personnes ayant approfondi le jeu (même si c'est un peu tôt) : quelle est la représentation donnée de la Révolution dans ce jeu?

bee61
14/11/2014, 16h08
j'ai vu ça aussi

plutôt surprise que par les temps qui courent un parti politique, de quelque bord qu'il soit, quel qu'il soit, ne trouve rien de plus grave à dénoncer ....
tous ces gens (les politicards) ont décidément plus le sens du buzz que le sens des réalités

Ramoran
14/11/2014, 17h41
Oh ne crains rien, ils trouvent des tas d'autres choses à dénoncer, qui sont en effet plus graves. Et je ne suis pas sûr que cette histoire fasse le moindre buzz, ni même que ce soit le but. C'est simplement que le parti de gauche est très chatouilleux sur les représentations de la Révolution, comme ils l'ont montré à plusieurs reprises. On ne peut pas reprocher à un politique de prendre trop au sérieux l'histoire. En revanche, dans le cas qui nous occupe, ont-t-il raison de s'attaquer au contenu du jeu? Est-ce que oui ou non ce jeu caricature les révolutionnaires en bêtes sanguinaires, avec force giclures d'hémoglobine? Plus généralement, le jeu tient-il un propos historico-politique, ou bien fait-il un spectacle ludique, qui utilise une imagerie quelconque? On peut habiller des jeux semblables avec de multiples vêtements : gothique, médiéval-fantastique, post-apocalyptique, space-opera, mythologique, zombinologique etc. Pourquoi pas le style guillotine? ça change un peu. Mais si ça n'est que cela, on peut regretter que l'Histoire ne serve qu'à renouveler l'imagerie de créateurs en mal d'inspiration, et qu'elle soit traitée si légèrement (et si lourdement).
Morrowind, jeu pour lequel je me suis inscrit à ce forum, pouvait recevoir des interprétations politiques. Il est vrai que Morrowind est un jeu d'une richesse inégalée, et reste assurément le meilleur jeu au catalogue d'UBI (ce qui est logique : ils ne se sont occupés que de la transposition française). Cependant, on peut espérer qu'ils ne se sont pas emparés de la Révolution juste pour la guillotine et le sang qui gicle, on peut espérer qu'il y ait un contenu. C'est pourquoi j'aimerais l'avis de ceux qui y ont joué. Je précise enfin que ce topic porte bien sur le jeu, et non sur les personnalités politiques.

bee61
14/11/2014, 18h15
ouai bof .. en fait, ça me fait le même effet que les levées de bouclier un peu ridicules et surjouées de la PETA parce qu'on chassait la baleine dans ACBF : tout ça pour ça, beaucoup de bruit pour rien comme dirait Shakespeare

après je conçois qu'on éprouve des élans de sympathie pour telle ou telle organisation, mais là en l'occurrence puisque tu avais l'intention de le prendre, tu peux aussi juger par toi-même en jouant, sans avoir à suivre obligatoirement la "ligne du parti" ; je pense pas que ça ferait de toi un social-traitre :p

Tezoa
14/11/2014, 19h45
Merci pour ce lien intéressant, et merci d'ouvrir ce débat :-)

Je n'ai pas suffisamment avancé dans le jeu (grumf, à cause des problèmes techniques), mais du peu que j'ai pu voir jusqu'à présent (prise de la Bastille, Etats-Généraux, et balade dans le quartier latin) l'histoire est survolée, on est bien dans un récit parallèle et on ne fait à ce stade que survoler l'histoire.

Pour le moment je trouve que l'opposition richesse/pauvreté génératrice de révolution est assez bien représentée quoique superficiellement. La balade dans le quartier latin, l'animation populaire dans les rues, Notre-Dame dévastée, sale, envahie par des révolutionnaires mais aussi par des poivrots et des pilleurs, pose l'ambiance pour 1789 : c'est le foutoir, et le souffle épique et révolutionnaire n'est pas là, on est plus dans l'émeute désorganisée.

Je ne suis pas assez forte en histoire de la révolution pour savoir si Robespierre et sa terreur ont été plus un mal qu'un bien. Mélanchon s'indigne que le jeu le présente comme un pur vrai méchant - ce sera intéressant de voir aussi comment est traité Napoléon.

spider-kid
14/11/2014, 20h56
Lol ils ont vraiment que ça a foutre les politiques ... sérieusement de manière général je me situe a peu près dans le même sens politique que lui mais faut arrêter de donner son avis sur des choses qu'on ne connais pas ... sérieusement il a jouer au jeu pour donner son avis sur le traitement historique ?

Après les jeu Assassin's Creed se place dans des période historique intéressante, mais faut pas prendre tout au pieds de la lettre, mais généralement c'est plutôt bien traiter (bon j'ai pas encore pu commencer a jouer a celui là pour en dire plus).

Tout ça me fait au final penser à d'autres événements du même genre ou les politiques tapes sur les divertissements ... un jour les jeu sont violent et entraine les jeunes dans la criminalités ... un coup c'est pas bien on chasse la baleine ... dans les années 80/90 c'était les mangas qui était trop violent pour Mme Royale ... va falloir arrêter qui s'occupe de politique ... et a donner des cours de morale qui s'occupe de la classe politique corrompue plutôt que de nos divertissement qui nous permettent de nous évader de leurs conneries.

Ramoran
14/11/2014, 21h02
bee61 : tu fais une double erreur à mon sujet, la première serait de penser que je vais suivre la ligne d'un parti, or je m'en moque, et je ne serais pas étonné que Mélenchon se plante sur le jeu, parce qu'il n'a aucune idée du genre dont il parle. Mais enfin, cela ne me gêne pas d'être pris pour un genre de néo-stalinien intransigeant. La deuxième erreur relève en revanche de la plus noire des calomnies : non je n'ai jamais eu la moindre intention de jouer à Assassins Creed Unity. Mon honneur est en jeu, je le défendrai jusqu'au bout ! Ma question n'est pas motivée par une envie d'acheter (inexistante) qui serait contrebalancée par la ligne d'un parti, mais par une simple curiosité, sur le sujet de la représentation de l'histoire dans un jeu vidéo. Je suis heureux que Tezoa l'ait compris : enfin une réponse un peu construite, et sans le moindre troll !

GrandPapaMagie
14/11/2014, 22h33
Tous les Assassin's Creed traitent l'Histoire par-dessus la jambe en se contentant de la croyance commune et des articles wikipédia, dans lequel ils insèrent de façon plus ou moins réussie leur histoire d'assassins et de templiers avec un protagoniste traversant le temps et interagissant avec des personnages célèbres. Dans Assassin's Creed 2 par exemple il valait mieux apprécier les décors saisissants de Florence et Venise pendant la Renaissance que de chercher l'exactitude historique de l'accession de Laurent de Médicis à la tête de la ville, et encore moins des inventions farfelues prêtées à Léonard De Vinci.

Comme les autres, Assassin's Creed Unity n'offre qu'une ambiance révolutionnaire et non l'exactitude historique recherchée par Henri Guillemin, de qui Jean-Luc Mélenchon tire certainement ce désir de rétablir Robespierre en héros de la Révolution quand il est présenté de façon populaire (notamment à l'école où l'Histoire est plus sabotée qu'enseignée) comme un sanguinaire qui responsable de la Terreur qui aurait envoyé tout le monde à la guillotine par soif de pouvoir. Mais comprenez bien que si déjà à l'école on nous dit que Voltaire était un chic type, ce n'est pas un éditeur international qui a déjà du mal à coordonner ses différents studios qui va lancer le pavé dans la mare des préjugés.
Ubisoft souhaite faire un jeu qui plait au grand nombre et ils luttent déjà suffisamment pour rendre le gameplay pas trop lourd, alors pour l’exigence du background, on repassera. D'autant que même si les auteurs/designers qui ont travaillé sur le jeu avait décerné plus de subtilité dans la vérité historique, on leur aurait demandé de simplifier. La sortie avant Noël est déjà à l'origine de moult problèmes techniques alors la subtilité ce n'était certainement pas une priorité, surtout pour un jeu très bourrin. Au vu du nombre d'ennemis et de gardes qu'on passe ad patres, ça pourrait s'appeler Mass Murderer's Creed.

Je pense que les réponses ici reflètent l'état d'esprit dans lequel le jeu a été conçu : on s'en balance. On est la pour tartiner le fion des méchants et grimper sur les toits des maisons.

ApparitionSarah
14/11/2014, 22h53
Je suis effayée par les analyses du vieux sage. Si je comprends bien, dans Assassins Creed les développeurs dessinent un fond historique, mais ils s'en moquent en fait; le jeu est bourrin, mais le maniement est pataud. Le jeu est vendu pour Noël, mais il sera peut être jouable pour la fête des morts de l'année prochaine. A quoi bon?

Arkanne
14/11/2014, 23h17
Bah non, voyons, le jeu est aussi délicat et vaporeux que la révolution que "le peuple" du cornichon politicard a fait habillé de dentelles et discutaillant sans rien tailler à la guillotine !

GrandPapaMagie
14/11/2014, 23h25
Je suis effayée par les analyses du vieux sage. Si je comprends bien, dans Assassins Creed les développeurs dessinent un fond historique, mais ils s'en moquent en fait; le jeu est bourrin, mais le maniement est pataud. Le jeu est vendu pour Noël, mais il sera peut être jouable pour la fête des morts de l'année prochaine. A quoi bon?
Comme disait Voltaire pour rigoler à propos de la torture : "Cela fait toujours passer une heure ou deux".

Kingsalt20
15/11/2014, 14h41
Arkanne, Grandpapamagie et Ramoran vous êtes là ? Ca fait plaisir de vous voir ici ! :)

Pour ce qui est de mon avis sur le sujet ici présent... ça serait trop long à écrire :D

bee61
15/11/2014, 15h45
Bah non, voyons, le jeu est aussi délicat et vaporeux que la révolution que "le peuple" du cornichon politicard a fait habillé de dentelles et discutaillant sans rien tailler à la guillotine !


certes, fichtre oui

a-priori pas la période la plus délicieusement bucolique de l'espèce humaine

PonetteUnique
15/11/2014, 16h04
Arkanne, Grandpapamagie et Ramoran vous êtes là ? Ca fait plaisir de vous voir ici ! :)

Pour ce qui est de mon avis sur le sujet ici présent... ça serait trop long à écrire :D

Nan, ils sont partis, il ne reste que moi... Tout le plaisir est pour moi.
Ki est mélanchon ?
Il a pris la place de Jade chez Ubi ?
En tout K il se mélanche les pinceaux pas croyable ! Bonne pub pour le jeu bien qu'avec tous les mécontents qui en parlent, il n'en ait plus besoin.

Tezoa
16/11/2014, 23h07
Ca y est j'ai compris Mélanchon ! :D

Que ce soit clair je n'ai pas avancé beaucoup dans le scénario, je me suis surtout baladée dans des quêtes annexes et fait des tests de (non-)performance, mais j'ai compris l'idée.

Les rues sont peuplées de forcenés extrémistes qui agressent le petit peuple pour lui demander s'il est du côté de Rome ou de la République, des inquisiteurs qui soupçonnent tout le monde d'être des royalistes et autres révolutionnaires mous du genou... et qui nous attaquent à vue.

En tant qu'Assassin, on n'est ni à gauche ni à droite, bien au contraire. On voit les méchants et les corrompus des deux bords, on est dans la SAGESSE. On prend de la hauteur sur toute cette agitation, perché en haut de Notre-Dame (qu'est-ce que ça doit être beau avec un super-PC de gamer) on écoute le brouhaha de la foule furibarde et des coups de feu mais tout cela ne nous touche pas car on comprend que toute cette populace est en fait manipulée par les templiers et autre oligarques mal-intentionnés.

A voir les bandes-annonces j'avais cru qu'à l'instar de Rad'hön-nâ.... bon, Connor, dans Assassin's Creed III, notre Arno national allait s'enflammer en 1789 et contribuer au soulèvement des opprimés, pour finalement se rendre compte sous la Terreur qu'il s'était fait manipuler comme un Mohawk à peine sorti de sa longère par un Robespierre rendu fou par la pomme, puis résister à Napoléon (sûrement un chef-templier, celui-là).

Bin non, dès le départ, Arno il s'en tape royal (enfin centriste) de la révolution. Tout ce qui l'intéresse c'est une histoire de vengeance personnelle. Au stade où j'en suis, ses "copains" ce sont le marquis de Sade et Mirabeau - tiens, un retourneur de veste adepte de la monarchie constitutionnelle, parfait exemple de l'idéologie qui transpire : "non à l'anarchie !". A ce train-là, vant la fin du jeu il devrait logiquement être aussi copain avec Lafayette

Comme l'indique Ubisoft au démarrage de chacun de ses jeux, ils sont "créés par une équipe de croyances et confessions diverses". En d'autres termes, on ne se mouille pas dans Assassin's Creed, et encore moins dans Unity.

Donc voilà. Mélanchon dépité, ça peut se comprendre. Mais GrandPapaMagie l'a bien résumé, on n'est clairement pas là pour faire de l'histoire politique mais pour faire des double-assassinats à la lame secrète et crapahuter, tel un Quasimodo, mais en mode beau gosse, dans les tours de Notre-Dame.

Zarakim
17/11/2014, 08h53
Ce qui défrise Mélenchon et qui lui déchausse ses dents pourries par la vinasse c'est tout simplement que Robespierre passe pour ce qu'il a vraisemblablement été : une ordure responsable de la Terreur et des milliers d'arrestations / d'exécutions arbitraires qui en ont résulté. (y a qu'à voir par exemple la mission "Des têtes vont tombées" dans laquelle Paton est arrêté pour trahison par Rob. Renseignez-vous juste sur les noyades de Nantes pour comprendre l'étendu de la barbarie de l'époque.
Étrangement, la terreur s'est arrêtée suite à son passage à la guillotine. Après on peut toujours trouver discutable les lignes scénaristiques du jeu mais personnellement ça ne m'a pas choqué. C'est terrible à quel point les militants anti-fasciste sont en réalités les pires facho du pays. A partir du moment où tu n'es pas de leur avis ils te tombent dessus à bras raccourcis. Alors j'invite l'ami Jean-Luc à garder ses avis en particulier quand il ose dire que le jeu dénigre les Français et ce qui nous rassemble surtout qu'il est le premier à le faire.