J'ai pu essayer la Bêta fermée de STEEP le week-end dernier (sur PS4) et j'ai globalement vraiment aimé. Ci-après mon avis détaillé (également publié sur mon site) :

Comme je l'exposais, j'ai aimé ce que j'ai pu voir de STEEP : les sensations de glisse en ski ou en snowboard sont bonnes, les figures, peut-être pas assez variées cependant, sortent sans prise de tête, l'impression de vitesse est présente et les chutes assez spectaculaires pour devenir jouissives, évacuant ainsi toute frustration rencontrée en ratant son meilleur chrono sur un caillou-à-la-con deux mètres avant l'arrivée ! Les épreuves en wingsuit sont vraiment réussies et proposent quelque chose de très rafraichissant : sauter d'une montgolfière pour planer au-dessus de la montagne avant se se poser en parachute et continuer sa descente en ski, le tout sans temps de chargement, c'est véritablement une expérience vidéoludique à vivre, encore et encore !

Car la meilleure idée de STEEP est sûrement de proposer un jeu de glisse en monde ouvert : la montagne devient un terrain de jeu dans lequel on se balade librement, au gré de son humeur, le joueur étant laissé libre de choisir les défis qu'il veut remplir, tout en conservant la possibilité de se téléporter instantanément en n'importe quel endroit préalablement débloqué, ce qui évite d'avoir à remonter la montagne sur les petites jambes de son avatar, ce qui serait franchement laborieux...

La marche à pied ne servira d'ailleurs qu'à repositionner précisément le rider sur de courtes distances - mais également à générer un point de respawn, ce qui est très pratique pour tenter une descente parfaite depuis un point précis - tandis que les épreuves de parapente ne m'ont pas particulièrement fait vibrer. Mais comme rien n'est obligatoire dans STEEP, vous pourrez faire l'impasse dessus. Pour ce qui est des mouvements disponibles, je regretterai simplement l'absence de grind qui permettrait de gérer différemment certaines difficultés (je pense notamment aux barrières anti-avalanches que j'aurai préféré grinder qu'éviter). Mais à l'exception de ce petit manque, le contrôle de l'avatar est plaisant en soit, permettant de loooongues descentes de la montagne - qui peuvent durer plus de dix minutes sans interruption ce qui est, vous en conviendrez, assez épatant (je dois être la dernière personne à utiliser ce mot...).

Le jeu propose également de créer et partager des vidéos et des défis, mais je n'ai pas eu le temps d'exploiter ces possibilités. Mais le concept semble intéressant, le terrain de jeu offert par les développeurs incitant à se lancer ses propres petits défis. L'aspect communautaire est mis en avant, d'autres joueurs apparaissant sur la montagne (avec des résultats assez cocasses - encore un mot de vieux... - dans les zones de réapparition automatiques). Mais en bon asocial, cet aspect du jeu me laisse indifférent.

Le jeu a donc de véritables qualités et promet de belles heures de jeu. Tout n'est cependant pas parfait, et voici selon moi les défauts les plus notables :

- Techniquement le jeu n'est pas fou-fou; c'est probablement le prix à payer pour un monde ouvert, mais la texture des roches, troncs d'arbre, etc est quand même très limite.
- Si le rendu de la poudreuse est vraiment exceptionnel, j'ai regretté que le jeu ne propose pas d'autres "revêtements" : neige verglacée, piste damée, etc. Même dans les snowparks, l'avatar ride de la poudreuse !
- A l'exception des autres joueurs, la montagne est dépourvue de toute vie : des animaux seraient les bienvenus lors de la traversée d'un sous-bois, et on aimerait pouvoir observer des aigles ou chamois avec les jumelles... Et 2-3 êtres humains rendraient les villages traversés - par ailleurs très génériques - plus crédibles.
- Il est dommage que les conditions climatiques ne changent pas; la luminosité change et il existe des pistes de nuit, mais ni blizzard, ni tempête de neige, ni brouillard ou pluie verglaçante ne viennent changer l'expérience de jeu.
- De nombreux éléments d'équipements sont à débloquer, mais ils n'ont pas d'autre utilité que celle de faire du placement produit... A quoi bon changer de planche si elle n'influe pas sur la glisse...
- Enfin, le jeu est un peu trop premier degré pour son propre bien; on nous ressert le poncif du rider cool avec un pote qui lui explique que "caler un max de tricks" permettra de faire grimper sa popularité et ainsi avoir accès à de nouvelles pistes. Le langage djeuns et les marques des gens cools c'est bien, mais ne pas se prendre au sérieux, c'est mieux. Dans 1080°, on pouvait surfer sur un manchot en incarnant un panda. Un panda. Sur un manchot.

Bob Dupneu