1. #1
    Avatar de Helair Membre à temps plein
    Inscrit
    février 2017
    Messages
    918

    [Fanfic] Freja : la Valkyrie

    Herior, la Sentinelle => http://forums-fr.ubi.com/showthread....-la-Sentinelle
    Akuma, le Shugoki => http://forums-fr.ubi.com/showthread....uma-le-Shugoki
    Galahad, l'Emissaire => http://forums-fr.ubi.com/showthread....ad-l-Emissaire


    Valkenheim n’avait jamais été une terre des plus accueillantes, et c’était d’autant plus vrai en hiver. Chaque année, le froid tuait des centaines des personnes, et le peu de ressources disponible pendant cette période n’aidait en rien. Si la récolte n’avait pas été bonne, survivre à l’hiver relevait de l’exploit. Mais grandir dans un environnement pareil forgeait le corps et le caractère, et les habitants des montagnes du nord avaient fini par ressembler à leur foyer : froids, redoutables, et mortels. On décrit souvent les Vikings comme des barbares, des brutes sans cervelle qui pillent et tuent pour le plaisir. La vérité est bien loin de cela.
    Chez les Vikings, seule la force à de la valeur. La force physique, la volonté, l’âme, l’honneur… tout cela était source de respect. Tous étaient des survivants, des êtres humains transformés en machine de guerre par un environnement trop rude pour qu’on puisse y vivre sans s’endurcir. Les Vikings aimaient-ils se battre ? Indéniablement. Tuaient-ils pour le plaisir ? Certains peut-être. Ceux-là étaient chassés de leur clan, condamné à errer dans le blizzard jusqu’à la fin. Le Valhalla était avide de guerriers, pas de meurtriers.
    Mais il y a des périodes difficiles… des périodes de famine, pendant lequel le froid empêche toute chasse, le givre toute cueillette. Pendant ces périodes, les Vikings descendent de leurs montagnes, et risquent leur vie pour prendre ce que possède les autres. Ce n’est peut-être pas noble… mais ce n’est pas la noblesse qui nourrira les femmes et les enfants restés en arrière. Malgré tout certains refusent d’agir ainsi, et ne participent pas aux raids. Quel honneur y a-t-il à tuer quelqu’un pour lui prendre sa nourriture ? Certains préfèrent chasser… aussi risquer que cela puisse être.

    Freja était une Valkyrie, une vierge guerrière ayant dédié sa vie aux Dieux. Jamais aucun homme ne poserait la main sur elle. Et si un essayait, le Valhalla l’attendait. Depuis son plus jeune âge elle rêvait de la même gloire que ses frères, une gloire gagnée dans le sang des batailles et qui ne saurait se manifester autrement que par des cicatrices et des os brisés. Elle rêvait de récits épiques, de rentrer victorieuse de la bataille et d’être admirée pour ses prouesses. Elle attendait de pouvoir tuer son premier ennemi, et elle avait décidé que ça se ferait sur un champ de bataille lors d’un glorieux affrontement. La simple idée de faire un raid contre des paysans et des fermiers la dégoûtait. Alors elle était restée. On l’avait raillé, on avait dit d’elle qu’elle ne serait jamais une guerrière si elle fuyait le combat. Alors elle avait choisi sa propre épreuve.
    Elle était partie du village voilà près d’une semaine, sur les traces d’un ours qui avait interrompu son sommeil hivernal pour se nourrir. Quand les raiders reviendraient, elle les accueillerait, une peau d’ours par-dessus son armure. Elle avait pris le même équipement qu’elle aurait pris pour une bataille : son armure, son heaume, sa lance et son bouclier. Elle avait réussi à abattre quelques lapins et renards en chemin pour se nourrir. Ce n’était pas assez pour être en pleine forme, mais ça suffirait. Ca devait suffire. Elle avait traqué la bête jusqu’à sa tanière, une sorte de petite caverne semi-enterrée donc l’entrée avait été rendue presque invisible par l’épaisse couche de neige étendue sur tout le paysage.

    Elle expira longuement, calmement pour essayer de rester aussi calme que possible. Face à une bête aussi imposante, la moindre erreur pourrait être fatale. Elle avait toujours compté sur sa mobilité en combat, mais le terrain ne lui permettrait pas ce luxe aujourd’hui. Certes l’ours aussi devrait faire avec la neige, mais quelque chose disait à la chasseresse que ça le gênerait beaucoup moins.
    L’énorme animal n’était qu’à quelques mètres, et semblait ne pas encore avoir remarqué la présence de la Valkyrie. Tout du moins jusqu’à maintenant. Il leva la tête et sa truffe s’agita. Elle avait beau faire le moins de bruit possible, elle ne pouvait pas camoufler son odeur. Tant mieux, pensa-t-elle, je voulais un combat. L’ours se retourna et regarda Freja. Les intentions de la Viking ne faisaient aucun doute : elle était déjà sur ses gardes, bouclier levé et lance en avant. Elle avait de la neige jusqu’aux genoux, bouger aller être difficile.
    L’ours poussa un premier grondement, assez faible, une simple menace. Freja avança.
    L’ours poussa un second grondement, plus fort celui-ci, en se dressant sur ses pattes arrières. Il faisait largement plus de deux mètres comme ça, le moindre coup de patte pourrait être fatal. Freja avança encore.
    Cette fois, l’ours attaqua. Un grand coup, large, lent, presque plus dissuasif que réellement dangereux. Mais la guerrière nordique ne pouvait pas se permettre de le laisser prendre l’avantage et contre-attaqua directement. Le coup fut facile à esquiver, et le ventre de l’animal était entièrement exposé à un coup de lance. L’estoc fut rapide, mais inoffensif. Si la bête avait grogné en se prenant le coup c’était de surprise, car son cuir l’avait totalement protégé. Elle n’était pas blessée, mais serait plus prudente maintenant.
    Merde ! pensa Freja, qui pensais prendre l’avantage sur ce coup. Elle se rendait compte qu’elle ne pourrait pas blesser sa proie si elle ne frappait pas plus fort que ça. Malheureusement, cela l’obligeait à sacrifier encore plus de mobilité. Et jouer la puissance face à un animal qui peut déraciner de petits arbres d’un simple coup de patte ne l’enchantait pas plus que ça.

    L’ours s’était remis sur ses 4 pattes et tournait autour de la Viking, qui ajustait constamment sa position pour lui faire face. L’avantage de ce petit rituel était que ça tassait un peu la neige, qui ne semblait absolument pas gêner l’animal dans ses mouvements. Il se rapprochait et s’éloignait, menaçant mais visiblement trop affaiblit par son jeûne d’hiver pour se défendre convenablement. Ce serait donc à elle d’engager le combat pour ne pas geler sur place.
    Quelques coups de lance dans le vide mais dans sa direction le firent reculer et grogner. Elle avait l’avantage de la portée mais trop s’approcher était dangereux. Cependant, elle devrait prendre le risque à un moment ou à un autre, sans quoi elle allait finir par s’épuiser inutilement. Elle devait le surprendre. Un ours ne pouvait pas être très intelligent, n’importe quel comportement anormal le ferait paniquer. Alors elle bondit en avant. Un saut rapide, lance tendue vers la gueule de son adversaire, qui n’eut ni le temps ni les réflexes de bouger. La pointe trancha une partie de la truffe et de la babine, passant juste sous l’œil de la bête qui gronda de douleur et de colère.
    Le retour ne se fit pas attendre : un pas en avant et un véritable fauchage de la patte droite. La Valkyrie esquiva d’un pas en arrière et se remit en position d’attaque : le combat n’allait pas être long mais terriblement mortel. L’ours continua son assaut : un autre pas en avant et un coup de patte, la gauche cette fois-ci. Freja attaqua en même temps, toujours en visant la tête. Si elle touchait un œil, c’était la victoire presque assurée. Mais là encore elle ne fit que déchirer de la peau et mettre l’animal encore plus en colère.

    A cause de ce dernier assaut, l’ours comprit quelque chose. Il comprit qu’il ne se sortirait pas indemne de cet affrontement. Il comprit que cette humaine voulait le tuer et qu’elle finirait par y arriver s’il voulait se préserver. Alors il chargea, croc en avant.
    Cette charge, Freja ne s’y attendait pas. Elle aurait voulu esquiver, mais glissa à cause de la neige et n’y parvint pas. Alors elle leva son bouclier et frappa de toutes ses forces avec sa lance, sans viser quoi que ce soit. Par chance, le coup toucha l’animal à la base du cou. Sans son propre élan l’attaque n’aurait probablement pas fait énormément de dommages, mais il était en train de charger. L’arme s’enfonça profondément dans les chairs, déchiquetant veines et muscles au passage. L’ours hurla de douleur et commença à se déchaîner en s’agitant dans tous les sens. La lance devait être entrée d’une trentaine de centimètres et le lacérait de l’intérieur à chacun de ses mouvements, et le fait que Freja y était encore agrippée n’y était probablement pas étranger.
    L’ours se secouait, balançait frénétiquement sa tête et tout le haut de son corps de gauche à droite pour essayer de retirer la lance. Il essaya désespérément de l’attraper avec sa gueule mais elle était plantée trop près du cou pour qu’il puisse y parvenir. Ses mouvements, d’une force incroyable, faisaient décoller Freja du sol. Si elle avait de malheur de lâcher prise, elle se retrouverait probablement projetée à plusieurs mètres de là et s’en serait fini d’elle. Alors elle tenait, s’accrochait aussi fort qu’elle le pouvait et priait Odin pour que l’ours perde rapidement des forces. Et le Dieu sembla l’exaucer.

    Après plusieurs dizaines de secondes qui parurent durer une éternité pour la Valkyrie, l’ours commença à être épuisé. Ses mouvements avaient rendu sa plaie béante et ce qui semblait être des flots de sang s’en échappaient continuellement. Mais la bête n’était pas morte pour autant. Profitant de l’accalmie, la chasseresse retira sa lance d’un coup sec et fit un bond en arrière pour se protéger d’une éventuelle attaque. Il n’en fut rien, car l’ours était visiblement trop affaibli pour faire quoi que ce soit. Il respirait lourdement, de la bave mêlée au sang de ses babines entaillées s’écoulant d’entre ses crocs.
    Même s’il allait finir par mourir de ses blessures, Freja savait que l’agonie de l’animal pourrait durer des jours, si ce n’est des semaines. Être aussi résistant n’était pas toujours un avantage il faut croire. Elle se devait de l’achever. Cependant, elle se devait de garder à l’esprit qu’une bête blessée et condamnée n’allait pas se laisser faire pour autant. L’avantage dont elle disposait est que, contrairement à un humain dans la même situation, l’ours n’allait pas venir se sacrifier pour tenter de l’emporter avec lui. Non, même s’il se savait déjà mort, il ne pourrait jamais accélérer sa perte. Il allait tenter de survivre le plus longtemps possible. C’était instinctif.
    Il grogna et sembla passer en position d’attaque, ce qui eut pour seul effet de forcer sur sa blessure. Il y eut un jet de sang et la bête s’effondra sur son flanc gauche, sa patte ne pouvant plus le soutenir. C’était une occasion en or. Freja s’élança en visant le cou de sa proie. Elle allait sectionner tout ce qu’elle pouvait d’un seul coup : artère, trachée, œsophage… peut-être même la nuque si elle frappait assez fort. Elle poussa un cri, comme pour se galvaniser pendant son effort, et frappa.

    Le fer traversa le cou de l’ours de part en part et s’enfonça dans la neige à tel point qu’il toucha le sol. La peur de rater son coup (et d’en subir les conséquences) avait donné à la Valkyrie une force qu’elle-même n’aurait jamais soupçonné posséder. Elle avait frappé si fort que sa main, pourtant toujours fermement agrippée à sa lance, touchait la fourrure de l’animal à l’endroit de l’impact.
    Celui-ci ne vivait d’ailleurs plus, ce dernier assaut l’avait achevé. Tant bien que mal, Freja retira sa lance du cadavre de son adversaire et la planta dans le sol à quelques pas d’elle. Tuer la bête avait été la première étape, elle devait maintenant la dépecer pour récupérer sa peau, et prélever le plus de viande possible pour nourrir le village en attendant le retour du raid. Le reste irait aux charognards.
    L’adrénaline commençait à retomber et ses membres se mirent à trembler légèrement. Pas plus d’une minute auparavant, elle était passé à eux doigts de se faire déchiqueter et avait agi complètement par instinct. C’était passé face à une bête, ça ne passerait pas face à un homme.
    Elle leva la tête et pris une grande inspiration avant de se laisser tomber dans la neige. Elle pouvait bien s’accorder quelques minutes avant de retirer son trophée. Elle l’avait mérité.

    Quand ils la verraient en revenant, ils seraient obligés de reconnaître sa valeur.
    Share this post

  2. #2
    Avatar de steepy68 Membre à temps plein
    Inscrit
    janvier 2014
    Messages
    591
    top!
    Tu peux citer la source ?
    Share this post

  3. #3
    Avatar de LOUERN-_- Forumeur fou
    Inscrit
    février 2017
    Lieu
    Dans un autre monde... Helheim peut être...
    Messages
    1 491
    Envoyé par steepy68 Go to original post
    top!
    Tu peux citer la source ?
    C'est effectivement sympas, bravo Helair

    PS: je crois que la source c'est son imagination Steepy68
    Share this post

  4. #4
    Avatar de steepy68 Membre à temps plein
    Inscrit
    janvier 2014
    Messages
    591
    wouah !
    faut qu'il écrive des bouquins
    Share this post

  5. #5
    Avatar de LOUERN-_- Forumeur fou
    Inscrit
    février 2017
    Lieu
    Dans un autre monde... Helheim peut être...
    Messages
    1 491
    Envoyé par steepy68 Go to original post
    wouah !
    faut qu'il écrive des bouquins
    Ou allez voir un psy, vue ses idées bien brutales et barbares ^^ remarque... c'est hitchcock ou Stephen King qui avait fait un tabacs en utilisant ses cauchemars pour inventer des histoires il me semble ^^

    Vas y Helair, on va te trouver un éditeur.
    Share this post

  6. #6
    Avatar de Helair Membre à temps plein
    Inscrit
    février 2017
    Messages
    918
    Yo !

    Alors ouais, la source c'est mon, mon esprit dérangé et torturé, du temps libre, et du café fait avec de la redbull (je vois des son !). Bon, en vrai j'ai pas de café... j'aime pas ça.

    Pour le bouquin... ça suit tranquillement son cours depuis quelques années, peut-être un jour ^^
    Share this post

  7. #7
    Avatar de Roi-Angmar Membre de passage
    Inscrit
    avril 2017
    Lieu
    Laisse tomber tu conner pas
    Messages
    81
    En même temps sa photo de profil c'est Zaraki donc on peut s'attendre a de bon combat sanglent, magnifique fanfic quand je lit un telle talent j'en tremble de joie VIVE LE MASSACRE !
    Share this post

  8. #8
    Avatar de Helair Membre à temps plein
    Inscrit
    février 2017
    Messages
    918
    Zaraki m'inspire beaucoup
    Share this post