Bonjour, bonsoir à tous.

Il y a plusieurs mois déjà, j'ai créé un topic où le but était de développer tout un DLC sur des agents israéliens, rééditant un post datant de 2016 (si vous l'avez loupé, il est ici : https://forums-fr.ubi.com/showthread...on-Dark-Rites).

Aujourd'hui, je crée un topic qui s'inscrit de la même logique que le précédent, en rééditant un ancien post qui présentait brièvement un nouveau gadget sans plus de sources derrière. J'ai du coup fait des recherches plus poussés pour imaginer un nouvel agent avec son gadget, son armement et son histoire pour l'inclure au mieux dans la logique du jeu telle qu'on la connait aujourd'hui.

Je vous laisse juger mon travail

CTU : Unité 777.
Groupe : Défenseur.
Rôle : Roamer, Soft-breacher, Soutien.

Gadget unique : Plaque à Injection d’Acide « El kimia » Mk.II.
La Plaque à Injection d’Acide est un dispositif mécanique qui déploie à l’aide de deux poignées rotatives sur 45° une grande surface d’environ 1 mètre 50 de hauteur et largeur, hérissée de l’autre côté d’aiguilles. Ces dernières vont venir s’enfoncer dans les murs, sols ou les trappes non-renforcés pour injecter un acide corrosif puissant fragilisant la surface. Une fois posée, la plaque va automatiquement se détacher et tomber au sol, ou se fera expulser si le dispositif est posé à l’horizontale. De la même manière que les explosifs, un voyant lumineux indique si la surface a une structure en bois (en vert) ou métallique (en jaune), et si le gadget n’est pas déployable (en rouge).
La surface fragilisée laisse apparaitre de nombreuses lézardes du côté où la plaque est posée, mais pas de l’autre (dans le cas où le mur possède deux couches séparées d’une structure en bois ou métallique, et pas sur les portes de garage par exemple). Cette surface reste en place sans interaction, et elle s’effondre immédiatement avec 1 balle, un coup de mêlée, un explosif (même à proximité), en marchant dessus (si placée à l’horizontale) ou en la traversant en avançant contre elle. Les autres gadgets ne peuvent pas interagir avec la surface, et sont détruits si elle s’effondre. Lorsqu’elle s’effondre, elle ne fait pas plus de bruit que quand elle est détruite par une masse de Sledge (sans le bruit du marteau), à l’opposé des bruyantes grenades à percussion.
Les plaques sont disponibles en quatre exemplaires, et les lézardes sont visibles en surbrillance à travers la carte pour tous les agents afin de facilement repérer où se trouvent les points de rotation disponibles.
Le but de Geber est à la fois d’avoir les outils nécessaires pour le roaming discret tout en étant un excellent support pour les autres agents, que ce soit avec d’autres roamers ou sur l’objectif pour créer des points de rotation à l’abri des regards des attaquants. Par exemple, Geber apporte un excellent soutien aux agents comme Caveira et Vigil pour maximiser leur discrétion, à Ela qui peut emprunter ces points de rotation dès qu’une mine Grzmot se déclenche, ou encore à Alibi qui peut berner avec ses hologrammes un attaquant en le posant devant un mur fragilisé pour faire tomber ce dernier et surprendre l’ennemi.
On peut aussi utiliser plusieurs plaques pour créer de plus grandes surfaces fragilisées : par exemple, en en posant deux en colonne sur un mur, on peut créer une surface suffisamment grande pour foncer directement dedans sans s’accroupir ou sauter l’obstacle.
Aussi, le gadget posé au sol fait office de léger piège si un attaquant pose le pied dessus, le rendant visible d’en dessous. C’est un moyen utile de localiser un ennemi à l’étage s’il rentre dans une pièce précise via les débris tombant au sol.
Cependant, Geber ne remplace pas pour autant entièrement les grenades à impact. Le désavantage des Plaques à Injection d’Acide repose dans le fait qu’elles ne sont pas déployables à distance, et donc il vaut mieux les placer dès la phase de préparation pour planifier son roaming. Le caractère non-explosif du gadget le rend aussi inutile pour éliminer un ennemi ou pour détruire leur équipement. Il vaut mieux entourer Geber d’autres roamers pour profiter de leurs explosifs quand ils sont nécessaires dans ces situations.

Armement :

805 BREN A2 (Fusil d’assaut) :



Fusil d’assaut tchèque en version carabine, affectionné par l’armée égyptienne. Calibre 5.56, bonne puissance de feu.

Dégâts : 34 par balle, 20 au-delà de 35m (29 avec un silencieux, 17 à 35m et +)
CPM : 800
Recul : Moyen
Capacité : 30 balles + 1 (180 en réserve, 240 en Chasse aux Terroristes)
Accessoires disponibles : viseur Point Rouge, viseur Holographique, viseur Reflex, Silencieux, Cache-flammes, Compensateur, Frein de bouche, Poignée verticale, Poignée inclinée, Laser.

KSG-NR (fusil à pompe) :



Fusil à pompe unique et ultra-compact, possédant deux tubes de chargement de cartouches mixant les chevrotines classiques et les balles Slug.

Dégâts (chevrotine) : 32 par plomb qui touche, 13 au-delà de 20m
Dégâts (balle Slug) : 74 par balle, 35 au-delà de 20m
CPM : ~75 en tirant le plus vite possible
Recul : Elevé, compensé par le temps entre chaque tir
Capacité : 4 cartouches de chevrotine, 4 cartouches de balle Slug (30 cartouches de chaque en réserve, 60 en Chasse aux Terroristes)
Accessoires disponibles : viseur Point Rouge, viseur Holographique, viseur Reflex, Poignée verticale, Laser.

Helwan 920 (pistolet) :



Copie égyptienne sous licence de l’iconique 92FS pour son armée respective. Reprend le calibre 9mm et l’excellent recul de l’original.

Dégâts : 45 par balle, 22 au-delà de 22m (38 avec un silencieux, 17 à 22m et +)
CPM : ~550 en tirant le plus vite possible
Recul : Faible
Capacité : 10 balles + 1 (70 en réserve, 110 en Chasse aux Terroristes).
Accessoires disponibles : Silencieux, Frein de bouche, Laser.

Gadgets :
1 Caméra blindée ou 2 Fils barbelé.

Armure et vitesse :
1 point d’armure, 3 points de vitesse.

Biographie :

Nom : Tarek Almasi
Date : 24 Mai (38 ans)
Lieu de naissance : El-Mahalla el-Koubra, Egypte.

« Mon visage porte un échec, mais mes actions portent une victoire. »

PARCOURS :
Tarek Almasi a eu longtemps une grande aversion par rapport aux écoles publiques dans lesquels il devait aller : alors qu’il poursuivait une voie scientifique, il était sujet à la moquerie de groupes de personnes pour son physique, et il devait vivre avec cet enfoncement moral sans pouvoir gagner l’attention des professeurs en raison des effectifs démesurés des classes. Pour s’en sortir, il a cherché à viser plus haut jusqu’à ce qu’il puisse se trouver une place dans l’unité 777 de l’armée égyptienne en tant que membre de l’équipe R&D pour la conception de nouvel équipement de terrain.
Son travail au sein de l’équipe scientifique a payé, au-delà de toutes les attentes : chimiste expert dans la synthétisation de nouveaux acides, il a contribué au prototypage de nouveaux systèmes pour créer des brèches sur différentes surfaces sans la nécessité d’explosifs, une révolution pour les manœuvres tactiques d’infiltration.
Tarek n’était pourtant pas satisfait de son travail : il voyait avant tout les défauts de ses travaux, et l’impossibilité de les concrétiser face aux restrictions de production de l’armée lui mettait en tête de devoir créer la meilleure solution possible, malgré le burn-out qui le guettait durant ses heures supplémentaires démentes.
Mais c’est une erreur fatale qui l’a finalement rattrapé. Il n’a suffi que d’un mauvais dosage entre deux solutions acides pour créer une ébullition violente qui a brûlé entièrement sa joue droite et une partie de sa mâchoire inférieure. Il lui a fallu un réflexe miraculeux dépassant sa douleur pour sauver le reste de son visage et se jetant sur la première source d’eau du laboratoire où ne travaillait plus personne à cette heure pour l’aider.
Là où la plupart aurait abandonné le projet après un tel accident, Tarek ne s’est pas détourné de son travail dès sa sortie de l’hôpital. Il a changé entièrement sa manière de vivre pour que la fatigue ne lui coûte plus jamais quoi que ce soit, et il a abouti son œuvre deux mois plus tôt qu’à la date limite de ses travaux. À la suite de cette prouesse scientifique et ce courage incroyable, Six n’a pas hésité à l’inviter dans l’équipe Rainbow pour mettre à profit son expertise au sein de l’équipe. Prévoyant un nouveau refus de l’armée, il a préféré se tourner vers l’offre.

RAPPORT PSYCHOLOGIQUE :
« Geber », de son nom de code en l’honneur d’un des plus grands chimistes arabes de l’Antiquité, porte aujourd’hui une marque taillée à vif sur sa peau qui est pour lui à la fois le symbole d’une défaite et d’un renouveau en lui. Elle lui a rendu extrêmement minutieux dans tout ce qu’il entreprend et à toujours prévoir un nouveau plan si une action tourne mal, des qualités d’un agent d’élite qui le rend très vertueux.
Pourtant, le poids qu’il subit à cause de sa nouvelle apparence lui est parfois réellement lourd à porter. Certaines altercations ont pu être notés entre Tarek et l’agent Porter à la suite de remarques désobligeantes de la part du second, qui selon lui se voulaient « sarcastiques comme à ses habitudes », mais qui pourtant ont été très mal prises (et qui ne seront pas répétés dans ce rapport).
Il reste malgré tout l’un des meilleurs éléments du secteur R&D de l’équipe Rainbow, ce qui est rassurant pour son intégrité au sein de l’équipe. Son savoir et son engouement lui a permis de se rapprocher des spécialistes Pichon et Alvarez. Leur mise en commun des savoirs sur la technologie de pointe, le renforcement balistique et la synthétisation d’acides sont des atouts de choix pour créer de l’équipement à la hauteur de l’équipe Rainbow.
Tarek Almasi est donc une personne qui a besoin d’un certain soutien psychologique pour l’aider à trouver une certaine forme de dérision face à son visage, pour l’aider à relativiser face aux mauvaises remarques et de potentiels nouveaux échecs. Pour l’instant, des progrès sont notés par rapport à son humeur quotidienne, mais il est encore trop incertain de dire qu’il n’y a aucun risque de rechute morale.

FORMATION :
Armée de terre égyptienne
Unité 777, secteur R&D

EXPÉRIENCES NOTABLES :
2008 : Libération d’otages au Soudan dans le désert du Sahara.
2011 : Opération Pacified Sea, premier usage concluant des charges non-explosives dans le cadre d’une opération d’infiltration d’un réseau de pirates en Somalie.

NOTES :
Tarek Almasi a publié une dizaine de traités sur les avancées de ses recherches dans la synthétisation de nouveaux acides. Ses découvertes novatrices sur les usages plus poussés de ses nouvelles formules ont une grande influence sur le domaine scientifique, et elles peuvent potentiellement marquer l’Histoire selon la popularité qu’il reçoit. De son côté, il reste humble en se rappelant le prix de ses recherches, mais il est inévitablement une source d’inspiration pour beaucoup de scientifiques qui ont pu le côtoyer.

Quelques lignes de dialogues en partie :

Au spawn, Chasse aux Terroristes :
« Oui, je sais : j’ai quelque chose sur le visage. »
« Le premier hmar qui me dit que je suis une tête brûlée, je lui fait bouffer mes semelles. »
« Il n’y a pas de clim aseptisée comme au labo, ici… »
« Un peu de silence ne fait pas de mal, vous savez. »
« Aux grands maux les grands remèdes ; même s’il faut prescrire du plomb. »

Déploiement de la Plaque à Injection d’Acide :

« Les murs n’ont plus seulement des oreilles… »
« La paroi est fragilisé, profitez-en. »
« Le mur est à notre avantage. »
« Plaque à Injection d’Acide posée ! »
« Surveillez les lézardes au sol. »

Réanimation d’allié :
« Khra, ça doit faire mal. »
« Je relève un allié. On règlera la douleur plus tard. »
« Réanimation ! »

Merci à tout ceux qui ont eu le courage de lire jusqu'au bout
Si vous un avis à me partager, laissez un commentaire