1. #1
    La fin de l'été arrive mais il est encore temps de profiter des dernières animations de la saison ! Les semaines qui suivent vont répondre à la demande de pas mal de scénaristes en herbe, puisqu'il s'agira cette fois de concours d'écriture.

    Il vous appartient d'imaginer des moments-clés de histoire du héros Sareth, celle dont on ignore pratiquement tout car se déroulant avant les évenements de Dark Messiah. Nous vous donnons bien sûr un thême précis à suivre : racontez comment et pourquoi Sareth s'est fait adopter par son futur maitre Phenrig. Si ca ne vous convient pas, vous n'avez plus qu'à attendre la semaine prochaine pour un nouveau thême

    A vos plumes et faites nous vivre l'action, l'émotion ou l'humour qui décrocheront la clé pour la bêta fermée de dark Messiah !
    Share this post

  2. #2
    Avatar de shibooo Petit nouveau
    Inscrit
    août 2006
    Messages
    27
    Bien le bonjour,
    Cela fait quelques temps que je squatte le forum sans m'être inscrit mais à la vue de ce concours j'ai enfourché ma plume et guidé par ma volubilité j'ai couché sur papier le récit des aventures précédents le debut de ce jeux dont je suis dejà fan.

    Nous y voilà, je me jette à l'eau, soyez indulgent et, cher auditeur, merci d'excuser les quelques (ou plus) fautes d'orthographes qui jonchent ce récit.

    Sans plus attendre: Voici mon récit.



    Mes tripes sanguinolentes se répandent sur un sol de pierre maculé de sang, ma vue se trouble, je sens que mon âme quitte cet amas de chair qui fut autrefois mon corps. Ce silence oppressant entrecoupés des râles m'assure que bientôt ... ho oui bientôt... je vais succomber. J'ai peur. Je veux crier au secours mais mes cris se confondent avec ces atroces sons gutturaux qui s'échappent de mes entrailles. Ho non, pas comme ça mon dieu, pas comme sa....



    La taverne grouille de monde. A l'odeur putride de la sueur et des régurgitations nauséabondes des alcooliques détrempés d'hydromel se mêle le brouhaha typique de ces lieux peu fréquentables sources de litiges mais aussi lieu privilégié des héros de retours de leurs aventures. Des femmes, de l'alcool, tout est là pour faire oublier les durs moments passés à combattre gnomes, orcs et trolls qui pullulent dans les cavernes de Ashan. Dans le fond de cette taverne, un petit groupe d'homme restent étrangement calme et silencieux. Qu'es-ce qui peut bien troublé leur envie de débauche? Je fais quelques pas en avant et je remarque un homme au centre de ce groupe. Il fait trop sombre pour que je puisse distinguer son visage, je continue à m'approcher discrètement de cet attroupement...

    Ha d'accord, c'est encore Sareth qui raconte ces exploits merveilleux je présume... Je l'interpelle alors...

    Phenrig: "Alors Sareth? De quoi es-tu en train de parler cette fois-ci? Des cinq paokai's que tu a dépecés à mains nues?"
    Sareth: "Maître Phenrig! Ho non je racontais juste à ces fières aventuriers la sombre histoire de notre rencontre!"

    Sareth pris alors la parole et tous furent captivés par le flot de paroles intarissables entremêlées d'onomatopées qui constituait son histoire. Maître Phenrig la connaissait par coeur et pour cause il était un acteur déterminant dans le cours de la vie de ce jeune homme. Il s'éloignât donc pour laisse Sareth compter ce récit.



    J'étais donc étendu sur le sol glacé attendant que la faucheuse vienne faire son office. La douleur s'estompait, un froid glacial s'emparait de moi. Je fixais avec effrois ma jambe qui gisait à coté de moi. Comment était-elle arrivée là? Une masse indistincte vient alors rouler contre elle. Dans un dernier effort je me concentrais sur cette forme ronde pour en distinguer les traits. Ho, mais c'est une tête d'orc! Une gerbe de sang s'abatis alors sur moi. Des membres volaient comme au 14 juillet (fête nationale de Ashan). Etait-ce une halucination due à l'hypoxie me guettant par l'effet du sang remplissant mes poumons. Non je sentais ces débris inhumains s'abattrent sur moi. Le silence revient encore plus oppressant qu'avant. J'entendais des pas résonner. La faucheuse arrive... Je fermis les yeux.

    Un torrent de lumière éblouissant transperça alors mes paupière tel milles aiguilles chauffées à blanc. Une douleur incroyable me saisit. J'eu l'impression que mon corps se disloquait, mes vertèbres se remettaient en place dans un craquement macabre, un sont strident me lasserait les taimpants, une sensation de picotement entregnit ma jambes, oui celle là même que gisait à mes coté quelques instant plus tôt.

    "Haaaaa! Je n'en peu plus! La mort est-elle si douloureuse?"

    La lumière disparut alors aussi subitement qu'elle vient. En un éclaire le calme revient. La douleur? Je ne sens plus rien, seul le sol sur lequel je suis couché. J'ouvrit alors les yeux, prêt a rencontré mes aïeux. Le visage que je vis fut tout autre. C'était un homme qui m'était inconnu. Il portait une toge, sûrement un magicien me dis-je. Il arborait un sourire satisfaction et un regard de compassion alors qu'il me tendait la main.

    "Lève toi", me dit-il, "Tu n'a plus rien à craindre".

    Il en a de bonne lui, il me manque une jambe et il me demande de me lever ... Hein? Non j'ai mes deux jambes!

    "C'est un miracle" m'écriais-je tout en me redressant sur mon séant. "Non c'est un sort de soins majeurs" me répondit le mage.
    "Je suis maître Phenrig, je viens de te sauver de ces Orc qui te destinait à être leur dîner" dit-il.

    En effet, tout autour de moi je pu observer l'anatomie de 5 orcs (environ) éparpillés du sol au plafond. Plus tard maître Phenrig m'expliqua qu'il trouva un groupe d'orc en train de se restaurer sur les cadavres de ce qu'il semblait être une femme et un homme. Bien vite je compris qu'il s'agissait de mes géniteurs avec qui je faisait route vers "la terre promise" disait mon père. "Nous deviendrons riches !" clamait-il avant de se faire pourfendre le crâne. Le mage n'avait rien pu faire, la faucheuse avait emporté leurs âmes, les orcs leurs organes. Il exterminât alors ces orcs avant de me trouver à l'agonie...

    Mon coeur s'emplis de haine. Ces immondes créatures avaient balayé sans sourciller les projets de toute une vie. Mon père, ma tendre mère... J'avais soif de vengeance! Mais comment! Comment arriver à assouvir cet ardent désir qui consumait mon être si je ne sais même pas manier une épée? C'est l'air désespéré que mes yeux abandonnèrent les corps de mes défunts parents pour faire face à mon sauveur. Je lui dit alors d'un ton résolu: "Je veux que vous me formiez au maniement des armes! ". Surpris le mage tenta de me dissuader, m'indiqua même la route à prendre pour rejoindre la ville la plus proche. "Pourquoi m'avoir sauver si c'est pour m'abandonner ainsi? Autant laisser les Orcs finir leur repas!". Surpris par cette remarque, maître Phenrig me tendit alors une épée courte en me disant: "Tu est un surprenant jeune homme. J'accepte de te former. Maintenant suit moi, écoute moi et ne discute pas!". Nous partîmes sans nous retourner. Adieu mère, Adieu père...

    C'est ainsi que mon enseignement et mon aventure commença.



    C'est ici que je vous laisse et que je referme le grimoire des comtpes et légendes d'Ashan.
    A vos plumes !

    Shibo
    Share this post

  3. #3
    Beaucoup de lecture et aucune participation? C'est dommage, pour une fois que le concours sortais un peu du commun
    Share this post

  4. #4
    Avatar de Duriel_- Membre de passage
    Inscrit
    juillet 2006
    Messages
    92
    j'aurai bien voulu ecrire un ptit truc mais... vu la precision et la qualité de ton histoire , euh la mienne c'est 3 fois rien
    Share this post

  5. #5
    Avatar de FRguigui Petit nouveau
    Inscrit
    août 2006
    Messages
    20
    Bien, voilà ma petite contribution. C'est pas ultime, mais je ne suis pas très inspiré...

    La vie du jeune garçon prénommé Sareth aurait dû être aussi brève qu'intense. Cependant, le destin semblait avoir d'autres projets pour lui.
    Fils de bergers, Sareth mena une petite enfance paisible dans un petit village reculé, bien protégé par les inexorables murailles naturelles des hauts monts. Jeune garçon à l'esprit volage, il aimait s'évader dans les contreforts montagneux et les hauts pics, admirant les époustouflants paysages que le montagne lui offrait. Plus encore, il allait parfois jusqu'à dévaler les sinueux chemins pour aller admirer la forteresse située au pied de la montagne. Du haut de son perchoir, il laissait son esprit vagabonder, s'extasiant à la vue des fiers chevaliers séjournant dans la place forte. Il s'imaginait vêtu d'une rutilante armure, arme au poing et cri de guerre à la bouche, plongé dans la tourmente d'une bataille imaginaire. Qui aurait cru que la destiné du jeune berger prendrait un tournant similaire ?

    La mort de sa mère fut la première catastrophe qui vint ponctuer sa vie, décédée alors qu'elle mettait au monde le frère de Sareth. Fou de douleur, l'apprenti berger s'enferma sur lui-même, devenant un garçon silencieux et mélancolique. Il vécu ainsi avec son père jusqu'à l'adolescence, murés dans le chagrin. Dès ses quatorze ans, le jeune Sareth prit son courage à deux mains et vint se présenter à la forteresse qu'il admirait tant. Il était fermement décidé à s'engager dans l'armée, mais ne fut accueilli que par des rires gras et des insultes moqueuses. Personne ne voulait d'un freluquet tel que lui, et fils de berger qui plus est. Dépité, il n'eut d'autre choix que de reprendre sa place d'éleveur de moutons. Afin de passer sa frustration, il commença un solide entraînement aux armes, seul et armé d'un simple bâton de bois. Faisant preuve d'une grande débrouillardise, il fabriqua lui-même des mannequins de paille et des armes de fortune. Le temps s'écoula, son esprit et son corps forgés par les rigueurs qu'il s'imposait lui-même, à défaut de bénéficier d'un véritable entraînement.

    Inébranlable, fougueux et juste étaient les qualificatifs idéaux pour décrire Sareth. Ses qualités étaient appréciées dans l'hameau, le berger offrant la force physique qu'il avait accumulé aux autres villageois. Il acquit une certaine notoriété, et le chef du village lui proposa un travail de forgeron, tâche particulièrement adaptée à sa puissance et lui permettant de grimper dans l'échelle sociale. L'actuel artisan , un homme bourru et fourbe, vit d'un mauvais Å“il ce garçon prêt à lui prendre sa place. Une nuit, il décida de faire taire cet ambitieux. Telle une ombre, il se faufila dans la chaumière du berger, puis poignarda la première silhouette qui passait à la portée de sa lame. Cependant, dans sa précipitation, il se trompa de cible, ayant planté une dague entre les omoplates du père de Sareth. Cette mégarde lui coûta la vie.
    Effectivement, le forgeron ne s'aperçut pas immédiatement de la présence de Sareth, et celui-ci se rua sur lui, ayant assisté impuissant à la mort de son père. Galvanisé par la rage, Sareth se jeta tel un fauve sur l'assassin de son géniteur, lui empoignant ferment le bras. Il tourna énergiquement ce dernier, déboîtant l'épaule du tueur et lui faisant lâcher son arme. S'emparant de la dague, il lamina l'infortuné forgeron, savourant avec délectation chaque coup porté. ˜Revanche !' s'écria Sareth qui laissa s'échapper toute sa haine et sa frustration. Quelques minutes après, une puissante poigne vint l'éloigner du cadavre sanguinolent du forgeron, couvert de sang et d'entrailles. Le bruit de l'affrontement avait ameuté le milicien de garde, qui avait découvert le carnage.

    Pour voir commis cette barbarie, Sareth fut banni à tout jamais du village. Dès lors, il entama une existence d'ermite, vivant reclus dans les recoins de la montagne. Telle une bête sauvage, il vivait au jour le jour, s'installant dans des grottes le temps d'une nuit, chassant pour se nourrir.
    Un an passa. Sareth n'était plus réellement humain, plus à l'état d'animal sauvage qu'être civilisé. Il aurait sans doute vécu ainsi le restant de ses jours si une rencontre ne changea pas radicalement sa vie. Par une froide nuit, une étrange silhouette vint se réfugier dans la grotte où l'ermite passait l'hiver. Ne remarquant pas qu'il avait affaire à un être humain, Sareth attaqua violement ce visiteur indésirable. Toutefois, il sentit un grand froid l'envahir, puis ses membres s'engourdir et tomba à terre comme un arbre coupé par un bûcheron. Le derniers mots qu'il entendit furent un vague ˜Tsss... pathétique.' Il venait tout juste de rencontrer son sauveur et père spirituel, maître Phenrig.

    Au cours des années qui suivirent, le mage rééduqua Sareth, puis le forma comme apprenti. Le fait que Phenrig se trouvait dans la grotte à ce moment là n'était pas un hasard. Il commençait à se faire vieux, et il était grand temps qu'il lègue son savoir à un autre. Parcourant le pays à la recherche du disciple idéal, l'érudit finit par arriver dans le village natal de Sareth. Ici, il entendit l'histoire incroyable du jeune berger banni, et su qu'un esprit aussi fort serait idéal. La véritable formation de Sareth commençait, et c'était là le début d'un grand périple.
    Share this post

  6. #6
    Avatar de raven.fr Passionné des forums
    Inscrit
    octobre 2005
    Messages
    309
    Houa et nous écrivez pas non plus un Silmarillion lool ! Non parce qu'en faite, se sont des histoires plutôt courtes qu'on veut, des nouvelles fantastiques (bien que vos 2 écrits sont très plaisants à lire ).

    Disons que la taille vraiment vraiment max. pour vos prochains écrits à tous correspond à la taille que se qu'a écrit Guigui (pensez à ceux qui ne lisent que les imagines dans les journaux ) et surtout :

    N'HESITEZ PAS A PARTICIPER MÊME SI VOUS TROUVEZ QUE C'EST NUL CE QUE VOUS ECRIVEZ CAR C'EST TOUJOURS FAUX !!!!

    Et puis, c'est toujours le premier pas le plus dur à faire et on est la pour laisser parler notre imaginaire de gamer avant tout

    Amis écrivain à bon entendeur Salut
    Share this post

  7. #7
    Avatar de Torvalds42 Fidèle des forums
    Inscrit
    juillet 2006
    Messages
    203
    Je n'ai jamais été bon en français^^
    Share this post

  8. #8
    Avatar de shibooo Petit nouveau
    Inscrit
    août 2006
    Messages
    27
    Je n'ai jamais été bon en français^^
    Ma prof de français m'avais clairement dit qu'elle arretais de quoter mon orthographe tellement j'était null. "J'abandonne" qu'elle disait

    Et voilà les temps modernes qui arrivent! Word et son correcteur orthographique est là! Bénis soit-il

    Et pour la forme, peut importe! Chacun à son style et aucun n'est moins bon que les autres, c'est juste différent.

    Maintenant, si vous voulez pas gagner de clef beta privée de dark messiah, NE PARTICIPEZ SURTOUT PAS !!! Bha oui, vous risquer de gagner par manque de bol

    Disons que la taille vraiment vraiment max. pour vos prochains écrits à tous correspond à la taille que se qu'a écrit Guigui (pensez à ceux qui ne lisent que les imagines dans les journaux ) et surtout [...]
    C'est dur de faire cours Désoler du roman


    J'en profite aussi pour demander si il y a un date butoire au concours?
    Share this post

  9. #9
    Avatar de Ex_Shua Passionné des forums
    Inscrit
    juin 2006
    Messages
    340
    On devrais relancer le concours sur un autre sujet d'ici le début de la semaine, donc la fin du concours est (je crois) prévus pour la fin de la semaine prochaine.
    Share this post

  10. #10
    Avatar de raven.fr Passionné des forums
    Inscrit
    octobre 2005
    Messages
    309
    Ouai mais pour les limites faut pas non plus stresser sur le nombre de ligne que vous faites c´etait simplement pour eviter les VRAI romans la la taille des textes est bonne mais fodrait pas que ca soit beaucoup plus
    Sinon je suis decu qu'il y est si peu de monde qui participe même s'ils ont pa forcement envie d'avoir la cle sa montrerai qu'il n'y a pa que photoshop dans la vie
    Share this post